Billet de blog 29 nov. 2012

Messieurs, merci de bien vouloir nous oublier un peu

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ceci est un message rapide aux quelques députés qui se targuent de faire appel à l'enseignement de l'histoire dans l'arène, tristement vide, de l'Assemblée nationale. Ceci est un message plus précisément adressé à Monsieur le député Nicolas Dhuicq qui a consacré 5 min de son temps hier à "trois axes de réflexion" permettant de relier le terrorisme islamiste, l'homoparentalité, et l'enseignement de l'histoire.

Les deux premiers "axes" ont déjà été largement condamnés, je vais donc me consacrer ici à la troisième brillante allusion.

Monsieur Nicolas Dhuicq demande officiellement au ministre de l'éducation nationale de remédier au fait que les "enfants de France" apprennent d'abord les histoires "des grands peuples et des grandes nations" au lieu de l'histoire de France. Vous l'aurez compris, l'équation est simple : nous, professeurs d'histoire-géographie, à force d'enseigner une histoire extra hexagonale à des enfants - de surcroît potentiellement privés d'autorité paternelle - nous rendons complice de la fabrique de terroristes islamistes en puissance. Vous aurez également compris que cette brillante démonstration a donc été prononcée non pas lors d'une conversation de bistrot mais dans l'un des lieux emblématiques de la représentativité nationale.

On avait, depuis quelques années, pris l'habitude que certains experts auto-proclamés de l'enseignement de l'histoire se targuent, dans des essais très médiatisés, de dévoiler au grand public le projet de sabotage de l'identité nationale dont nous serions les agents zélés. Nous en avons déjà largement parlé dans des billets précédents, et Claude Lelièvre l'évoquait encore avant-hier dans son édition. Mais je ne m'étais encore jamais envisagée comme laborantine de "terrorisme en éprouvette". 

Cette surpuissance démiurgique que l'on attribue à l'enseignement de l'histoire me gonfle soudainement d'orgueil, et j'en profite au passage pour m'excuser auprès des collègues d'autres disciplines qui, il faut bien l'avouer, ont un pouvoir nettement moins important que le mien (imaginez ici un soupir ronflant d'autosatisfaction).

Car nous, professeurs d'histoire-géographie, depuis quelques années, participons à un  immense lavage de cerveau des enfants et adolescents de ce pays : nous bouleversons l'ordre chronologique des évènements, nous effaçons de la mémoire nationale les grands hommes qui ont fait l'histoire, nous abattons les frontières hexagonales comme des forcenés, nous pactisons avec l'ennemi indien, africain, musulman... Bref, nous sommes les (pro)créateurs d'une France privée de ses racines éternelles et les missionnaires de la "haine de soi".

Depuis deux ans, l'argument est repris en boucle : les nouveaux programmes de collège demandent d'enseigner les civilisations antiques extra-européennes : Inde et Chine ainsi que les royaumes médiévaux africains. 6h d'endoctrinement crypto- internationaliste répartis sur la 6ème et la 5ème. 6h à s'adonner aux délicieux interdits des civilisations non occidentales.

Je comprends que le scandale pénètre jusqu'aux tribunes de l'hémicycle, car vraiment, qu'on se le dise,  il y a là presque une atteinte à la sûreté de l'Etat. 

PS : message de dernière minute de René Char qui demande à Monsieur Nicolas Dhuicq de bien vouloir le laisser reposer en paix. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement américaines
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière
L’arrêt « Roe v. Wade », qui a été abrogé par six voix pour et trois contre, avait fait, il y a 50 ans, de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. La décision de la Cour suprême n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent