Billet de blog 4 janv. 2012

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Reconstruire la recherche après les années Sarkozy

Alors que le gouvernement a annulé le financement du programme sur «les contaminants de l'environnement et leurs effets», la recherche a besoin d'une «remise à plat radicale», réaffirme Alain Trautmann, directeur de recherche au CNRS, qui attend du candidat François Hollande, «indécis et flou en la matière», une position claire. 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que le gouvernement a annulé le financement du programme sur «les contaminants de l'environnement et leurs effets», la recherche a besoin d'une «remise à plat radicale», réaffirme Alain Trautmann, directeur de recherche au CNRS, qui attend du candidat François Hollande, «indécis et flou en la matière», une position claire.

-----------

© 

Fin novembre 2011, on a appris que, sur décision du ministère de la recherche et de l'enseignement supérieur, l'Agence nationale de la recherche (ANR) avait annulé son programme 2012 de financement sur les contaminants de l'environnement et leurs effets, programme lancé à peine un an plus tôt... On sait que les cancers liés à l'environnement sont en forte croissance, et que l'étude de l'impact des contaminants environnementaux sur les écosystèmes, les organismes et la santé humaine sont des sujets de recherche d'une grande importance sociétale. La décision ministérielle appliquée par l'ANR indique l'importance réelle qu'accorde notre gouvernement à ces questions. Pour protester contre cette irresponsabilité, des chercheurs viennent de lancer une pétition demandant le rétablissement immédiat de ce programme de l'ANR.

Mais il ne faut pas se contenter de cela et, à partir de la question de la recherche sur les contaminants de l'environnement, on peut pousser un peu plus loin l'analyse de l'organisation actuelle de la recherche et de la pérennité de son financement. Dans le contexte électoral actuel, un tel approfondissemnt de l'analyse peut avoir quelque utilité.

L'ANR est une agence de financement dont on voit une fois de plus qu'elle constitue une structure grâce à laquelle le gouvernement peut décider seul des sujets de recherche qui lui paraissent conjoncturellement importants, en se passant de l'avis des scientifiques et des parlementaires. Son horizon est politique, ce sont les prochaines élections, et non pas le développement à long terme de la recherche. Or les questions de toxicité environnementale ne sont évidemment pas des questions conjoncturelles, susceptibles d'être réglées avec des programmes de 3 ans –en imaginant même qu'ils ne soient pas annulés au bout d'un an. De telles questions de long terme devraient être prises en charge et financées par de structures sachant fonctionner sur cette durée: les organismes de recherche (CNRS, Inserm, Inra) et les universités. Pour les étudier, il faut créer des postes, car le développement d'un secteur de recherche ne peut se faire sans investissement humain. Et d'ailleurs, parmi les promesses du Grenelle de l'environnement, figuraient la création de postes d'enseignants-chercheurs. Ces postes n'ont existé que sous forme d'annonce, puis ils ont été oubliés (voir le texte de la pétition).

Lorsqu'il s'adresse aux médias, le souriant ministre de la recherche, Laurent Wauquiez, est un ardent défenseur du Grenelle de l'environnement. Puis il décide de faire le contraire de ce qu'il a annoncé, pour des raisons sur lesquelles on peut s'interroger. Volonté de faire des économies tous azimuts? Volonté de satisfaire des lobbies de l'industrie chimique qui n'aiment pas que l'on examine de trop près les risques liés à leurs produits, que l'on développe une expertise indépendante sur ces sujets qu'ils aimeraient contrôler?

Les citoyens-électeurs doivent savoir que, concernant les recherches portant sur les risques environnementaux, comme pour toutes les recherches, y compris fondamentales, dont on ignore l'utilité immédiate mais dont notre pays a également besoin, nous disposons d'universités et d'organismes de recherche dont certains, en particulier le CNRS, attirent des chercheurs du monde entier. C'est à ces structures que des moyens importants doivent être attribués. Y compris en période de crise, la recherche a besoin d'investissements soutenus. La solution ne saurait être de multiplier les nouvelles structures du type ANR (agence de financement) ou Aeres (agence d'évaluation de la recherche), ou Labex et Idex (outils de restructuration de la recherche et de l'enseignement supérieur qui, dans les faits, retirent aux organismes de recherche la possibilité de mener une politique scientifique). Il faudrait au contraire renforcer les structures de recherche conçues pour travailler sur le long terme.

La politique actuelle, en tournant complètement le dos à ces principes, nous mène droit dans le mur, vers une recherche désarticulée, hoquetant au rythme de la conjoncture politique immédiate. Nicolas Sarkozy a amplement démontré son savoir-faire en matière d'annonces non suivies d'effets, son ignorance abyssale des principes de fonctionnement de la recherche. S'il est réélu, l'avenir de ce secteur d'activité sera extrêmement sombre.

Dans le contexte actuel, les petits ajustements et autre demi-mesures ne sauraient suffire. Pour pouvoir développer la recherche dans notre pays, dans sa dimension fondamentale comme dans les aspects plus appliqués (comme l'étude des risques environnementaux), il faut rompre avec les structures d'organisation de la recherche mises en place au cours des années Sarkozy, il faut donner aux organismes de recherche et aux universités les moyens de mener une politique scientifique au long terme. Cette analyse a été abondamment développée par les professionnels de la recherche et de l'enseignement supérieur. On pourrait espérer que le candidat du Parti socialiste s'engage clairement dans cette remise à plat radicale, puis dans l'annonce d'un programme précis, chiffré. Hélas, pour l'instant on n'a rien entendu de tel dans la bouche d'un François Hollande, indécis et flou en la matière. S'il ne s'engageait pas franchement sur ces questions, son élection ne changerait pas fondamentalement la donne pour l'avenir de la recherche et de l'enseignement supérieur.

Alain Trautmann, biologiste, directeur de recherche au CNRS, fondateur et ancien porte-parole du mouvement «Sauvons la recherche».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi