Christine Marcandier
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 3 sept. 2014

Christine Marcandier
Littérature
Abonné·e de Mediapart

Journal de la chute

« Mon grand-père n’aimait pas parler du passé. Ce qui n’a rien d’étonnant, du moins s’agissant de ce qui compte vraiment : le fait qu’il était juif, qu’il ait débarqué au Brésil à bord d’un de ces bateaux où les gens s’entassaient, le bétail pour qui l’histoire semble s’être arrêtée alors qu’il avaient vingt ans, ou trente, ou quarante, peu importe, et ne reste plus ensuite qu’une sorte de souvenir qui va et vient et peut devenir une prison pire encore que celle par où tu es passé ».

Christine Marcandier
Littérature
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

« Mon grand-père n’aimait pas parler du passé. Ce qui n’a rien d’étonnant, du moins s’agissant de ce qui compte vraiment : le fait qu’il était juif, qu’il ait débarqué au Brésil à bord d’un de ces bateaux où les gens s’entassaient, le bétail pour qui l’histoire semble s’être arrêtée alors qu’il avaient vingt ans, ou trente, ou quarante, peu importe, et ne reste plus ensuite qu’une sorte de souvenir qui va et vient et peut devenir une prison pire encore que celle par où tu es passé ».

C’est sur ces mots terribles que s’ouvre le Journal de la chute de Michel Laub, une béance de la mémoire, l’indicible d’une histoire familiale qui a croisé l’Histoire collective. Sur cette faille et cette énigme se bâtit son Journal, autour du mot « Auschwitz » : comment, sans dire « Auschwitz », parler de son grand-père, de son père « et par conséquent de moi ? »

 Le livre interroge des questions identitaires, la notion de transmission, ce qui façonne nos héritages : du père, la couleur des yeux (« marron, tirant sur le jaune les jours de grande lumière »), l’amour de la lecture, des plats préférés — mais aussi ce « grand secret », « ce qui d’une certaine façon a toujours défini ce que je suis, et qui d’une certaine façon également ne peut s’expliquer que par un concept — une vérité, un mensonge, ou les deux à la fois, tout dépend de comment tu réagis à une scène comme celle de mon grand-père effondré sur son secrétaire ».

Le titre de ce livre, Journal de la chute, cache des pluriels : plusieurs chutes, plusieurs journaux, aussi. Le grand-père annotait des carnets, le père a tenté de lutter contre son Alzheimer en tenant un journal. Mais aucun de ces carnets ne semble à même de cerner l’origine, de dire ce qui a été si longtemps tu, de trouver une logique. L’écriture est seulement capable (mais n’est-ce pas l’essentiel ?) de dire des fragments, sans ordre artificiel, de sonder « deux ou trois choses que je sais », de rassembler ces chutes (ces lambeaux, mots épars) — ce qui ne sera jamais su, seulement perçu, aperçu.

© 

Au fondement de tout, la conscience de « l’inviabilité de l’expérience humaine », un néologisme seul à même de définir ce rapport à une filiation d’autant plus forte qu’elle s’est construite sur un silence. Michel Laub ne recule devant rien et confesse tout, ironise sur la part presque éculée de son histoire personnelle : l’alcoolisme, ses histoires d’amour compliquées, les camps dont parlent tant de livres (et Primo Levi, origine d’un silence), de films, de témoignages, et ce thème rebattu « d’un fils face à son père qui va mourir ». L’intime et le singulier rejoignent, là encore, l’universel : la banalité, le commun exacerbent l’insoutenable.

Tout est chute et tentative de renaissance dans ce Journal aussi fragmenté que la mémoire, dans ce livre qui dit des chutes concrètes (celle de João) comme figurées ou narratives. La chute est récit — rupture et initiation — et Michel Laub se confronte à ce qui « sombre », ce que l’on tait et nous construit pourtant en nous rongeant. Le texte revient en boucle sur des scènes fondatrices (une nuit dans un parc, la chute de João, la mort du grand-père dans son bureau, une année au collège) et « ce mot », « Auschwitz ». Dire moins pour comprendre que pour ne pas sombrer, et, si possible, refaire surface. Rendu par une traduction au cordeau de Dominique Nedellec, Journal de la chute est un texte d’une puissance inouïe, d’une violence sourde, d’une ironie dévastatrice. De ces livres dont l’évidence et la nécessité vous frappent et vous accompagnent à jamais — dont la lecture est pleinement expérience.

Michel Laub, Journal de la chute, traduit du portugais (Brésil) par Dominique Nedellec, Buchet-Chastel, 193 p., 18 € (12 € 99 en édition numérique)

Lire les premières pages

Michel Laub a été classé par Granta dans la liste des 20 écrivains brésiliens importants de moins de 40 ans (la prestigieuse et fameuse liste des Under 40 de la revue Granta, une référence). Il est né en 1973 à Porto Alegre. Journal de la chute est son cinquième roman, le premier traduit en français.

Le blog de Michel Laub (en portugais)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar