Christine Marcandier
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 617 abonnés

Billet de blog 6 mai 2013

Marseille et ses écrivains

Laisser la ville « écrasée par sa caricature » pour retrouver la cité célébrée par les écrivains du siècle : telle est l’ambition de L’embarcadère des lettres, Marseille et ses écrivains. Une invitation au voyage dans une ville muse dont André Chénier écrivait déjà qu’elle est « tout l’univers ».

Christine Marcandier
Littérature
Journaliste à Mediapart
© CM

Laisser la ville « écrasée par sa caricature » pour retrouver la cité célébrée par les écrivains du siècle : telle est l’ambition de L’embarcadère des lettres, Marseille et ses écrivains. Une invitation au voyage dans une ville muse dont André Chénier écrivait déjà qu’elle est « tout l’univers ».

© 

Marseille est un port. Au-delà de l’évidence géographique, la réalité d’une ville ouverte sur l’ailleurs, porte des mondes lointains. La ville est aussi une bibliothèque tant elle a été parcourue : des surréalistes à Camus, en passant par Apollinaire et tant d’autres. Certains y sont nés, beaucoup ont séjourné à Marseille, y ont travaillé — Simone de Beauvoir y eut son premier poste de professeur, en 1931—, écrit (Breton composa Fata Morgana dans une maison du quartier de la Pomme) ou situé des passages de leurs œuvres dans la cité phocéenne. Lorsqu’Apollinaire « las de ce monde ancien » compose Zone, son itinéraire tant géographique que poétique le mène nécessairement au bord de la Méditerranée : « Te voici à Marseille au milieu des pastèques ».

Le livre de Rémi Duchêne s’ouvre avec Albert Camus : qui mieux que l’auteur de L’Etranger pour dire une ville qui est un carrefour ? Camus, l’Algérois, mère d'origine espagnole et grand-père paternel marseillais, est comme la ville-même « au croisement de ces multiples diagonales méditerranéennes ». Les rencontres se poursuivent avec Albert Cohen, Apollinaire, on s’arrête sur le Marseillais Antonin Artaud puis Jean Cocteau dont les poèmes de jeunesse célèbrent l’exotisme et le rêve —

« Les cafés de Marseille

Sont plus beaux que le port

Les marins s’y asseyent

Dans des carrosses d’or

Ou bien sur leurs épaules

Déchargent les bateaux

Plein des glaces du pôle

De fruits et de gâteaux ». 

— Cocteau dont l’œuvre n’aura de cesse de célébrer Marseille et ces « faubourgs du ciel » dans lequel l’écrivain puise d’« étonnantes rumeurs ».

© CM

Les chapitres suivants nous font déambuler avec les surréalistes : Breton, Eluard, René Char, Aragon, puis Simone de Beauvoir qui raconta le choc de découvrir la ville depuis l’imposant escalier de la gare Saint-Charles :

« Marseille, me dis-je. Sous le ciel bleu, des tuiles ensoleillées, des trous d’ombre, des platanes couleur d’automne ; au loin des collines et le bleu de la mer ; une rumeur montait de la ville avec une odeur d’herbes brûlée (…). Je me mis à descendre l’escalier ; je m’arrêtais à chaque marche, émue par ces maisons, ces arbres, ces eaux, ces rochers, ces trottoirs qui peu à peu allaient se révéler à moi et me révéler à moi-même ».

Marseille est pour Beauvoir l’expérience de la solitude (Sartre a été nommé dans un lycée du Havre), d’abord angoissante puis séduisante : « Je trouvais romanesque ce personnage de femme seule ».

Impossible de passer en revue tous les auteurs que Rémi Duchêne nous invite à redécouvrir à travers le prisme de la cité phocéenne, de 1900 à 1950, tant son livre fourmille d’anecdotes biographiques comme de relectures d’œuvres marquantes du siècle. On croise Colette, Giono mais aussi ceux qui n’ont pas aimé Marseille (Céline, Gracq, Gide), Genet fugueur et déserteur à quinze ans ou Ionesco qui réinvente sa géographie.

Marseille aimante les écrivains. Lieu de naissance de certains, étape vers d’autres continents pour d’autres, la ville — comme la Canebière célébrée par Joseph Conrad — mène « vers l’inconnu ».

Rémi Duchêne, L’embarcadère des lettres. Marseille et ses écrivains, JC Lattès, 512 p., 22 € 50

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA