Christine Marcandier
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 615 abonnés

Billet de blog 8 mai 2015

Jean-Philippe Cazier, détruire, dit-il

Ce texte & autres textes de Jean-Philippe Cazier naît du silence, d’un silence paradoxal, noir : il est deuil et fuite, « commencé en silence », poursuivi par syncopes. Il est texture, tissu, trouées, volonté d’échapper à cet espace « où aucun mot ne parle plus ».

Christine Marcandier
Littérature
Journaliste à Mediapart
© 

Ce texte & autres textes de Jean-Philippe Cazier naît du silence, d’un silence paradoxal, noir : il est deuil et fuite, « commencé en silence », poursuivi par syncopes. Il est texture, tissu, trouées, volonté d’échapper à cet espace « où aucun mot ne parle plus ».

Comment alors parler de ce Texte et autres textes sans figer ses lignes de fuite ou combler ses failles, sans créer une continuité syntaxique qui n'est pas ? Comment rendre ce qui s’énonce par fragments et « molécules », « silhouette d’une langue en fuite » ? Comment dire, avec ses propres mots, une langue qui se gagne sur le blanc et le noir, par à coups, répétitions lancinantes et additions de parenthèses parfois inachevées ou explorations typographiques — un texte qui est, retour à l’étymon, tissu et « nappe », « texte-nuit », dérive et traces, écrit « ailleurs », tendu vers un futur, celui de « vos rêves ». Au bord de l’effacement, gagné sur la destruction, « un chemin ouvert », vers le désir, une ondulation sonore, l’absente de tout bouquet : la voix est résistance, volonté de ne pas s’éteindre, souffle incarné.

Jean-Philippe Cazier nous plonge, littéralement, dans une langue qui est expérience, sans marge ni repère, dans ce livre qui ne répond à aucun genre connu, ni prose ni vers, tenant des deux, ni journal ni essai — il « n’a pas été rédigé par un scribe-grammairien », n’en demeure pas moins « histoire de ma vie », « roman d’un inconnu » — certainement pas fiction sinon dans la construction langagière d’un espace possible pour que la voix surgisse et advienne. Contre un langage qui serait bruit, parole gelée ou creuse, « ce texte » — singulier dans ses pluriels — « Ne parle pas » « Sauf, de la voix » « D’un monde possible ».

Adresse d’un rêveur à d’autres rêveurs — qui devront imaginer sa « clé » —, Ce texte & autres textes doit être déchiffré « comme une langue étrangère » pour celui qui la parle comme celui qui la lit, dans cet entre-deux que construisent mots et blancs, quête d’un « Etranger insaisissable » qui serait notre monde commun, lieu d'une rencontre. Une fois les repères oubliés, une fois franchies ces portes d'ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible comme l’écrivait Nerval du rêve qui est une seconde vie, on entre dans l’infini d’une bibliothèque, Reverdy, Duras, Mandelstam, Poliakoff, Mallarmé, d’une galerie (Rothko, Nicolas de Staël, Soulages, Hartung, Pollock…), d’une partition musicale — dans cet espace du livre qui est mémoire et bibliothèque, chair des mots et des sons, « limite effilée », un tableau aussi, à la Malevitch « — « effacé englouti » —, illimité translucide de vibrations englouties », un texte extrait du réel et effacé « pour resurgir à nouveau, à l’instant où la lecture traverse, le texte sans cesse

effacé et présent, ouvert dans

l’illimité… »

  • Jean-Philippe Cazier, Ce texte & autres textes, Al Dante, 72 p., 9 €

Jean-Philippe Cazier est poète, traducteur et écrivain. Il contribue très régulièrement au Bookclub de Mediapart comme à sa très riche Edition Gilles Deleuze aujourd’hui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak