Christine Marcandier
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 614 abonnés

Billet de blog 13 nov. 2011

Roth, Le Rabaissement

Le Rabaissement, trentième roman de Philip Roth, vers l'épure: 120 pages, 3 actes pour dire qu' «il avait perdu sa magie». «Son talent était mort». Le «il» ne désigne pas l'auteur mais son personnage, Simon Axler, comédien, la soixantaine dont quarante années de triomphe sur les scènes de Broadway.

Christine Marcandier
Littérature
Journaliste à Mediapart
© 
Le Rabaissement, trentième roman de Philip Roth, vers l'épure: 120 pages, 3 actes pour dire qu' «il avait perdu sa magie». «Son talent était mort». Le «il» ne désigne pas l'auteur mais son personnage, Simon Axler, comédien, la soixantaine dont quarante années de triomphe sur les scènes de Broadway. «L'élan n'était plus là. Au théâtre, il n'avait jamais connu l'échec, ce qu'il faisait avait toujours été solide, abouti. Et puis il s'était produit cette chose terrible: il s'était soudain retrouvé incapable de jouer».

120 pages pour dire le sentiment d'échec et d'impuissance d'un homme qui s'effondre, divorce, a le sentiment de «rien de plus que l'inventaire de ses défauts», la tentation du suicide, la dépression jusqu'à l'internement. Puis l'espoir d'un renouveau avec une femme qui a 25 ans de moins que lui. Ensemble, Simon et Pegeen vont tenter de tirer un trait sur leur passé sexuel, amical et professionnel, «même si le dialogue tourne au roman-photo». Peut-on se métamorphoser et/ou devenir un Pygmalion pour l'autre? Aimer un homme et non plus une femme, pour Pegeen, oublier ses démons pour Simon, changer de sexe et «devenir un homme hétéro» pour Priscilla, l'ancienne compagne de Pegeen ? Peut-on se (re)créer? Le constat, implacable, donne son titre au chapitre 3: «Le dernier acte». Rideau.

Que reste-t-il quand tout semble prendre fin? Des rivalités à vif, des souvenirs douloureux, tout ce que Simon Axler tente de reconquérir à travers Pegeen, qu'il a connue enfant, fille de comédiens amis. Une lucidité terrible qui sape les moindres sensations. Le sentiment d'avoir fait de sa vie une mauvaise pièce et, pire encore, d'y jouer faux. «Tout cela demeurait du malgré tout du théâtre, du mauvais théâtre». «Le seul rôle à sa portée était le rôle de quelqu'un qui joue un rôle».

© 

«Ainsi commença la fin». Le livre de Philip Roth ne surprendra pas les lecteurs de l'œuvre du romancier qui retrouvent dans Le Rabaissement l'univers de la scène du Théâtre de Sabbah (National Book Award en 1965), le monde universitaire, le talent à dire les fins, les doutes et désillusions comme l'espoir de trouver un nouvel élan dans le sexe, l'érotisme, la chair, l'art de saisir des crises.

Pourtant le roman déçoit d'abord. Avant d'emporter tant il est ce qu'il décrit. Fin, désolation, vanité. Tout dans le roman dit l'épuisement, la peur de la mort, la sensation que l'œuvre est derrière, dans une forme mimétique de ce «rabaissement» général: concision, épure, thèmes de prédilection de son œuvre livrés bruts, sans développements ou réflexions vaines. A l'image des paroles de Prospero que se remémore Simon, «un brouhaha tortueusement vide de sens et ne désignant aucune réalité, mais ayant cependant la force d'un envoûtement plein de signification pour lui». Philip Roth ne dit pas seulement la fin d'un personnage. Il ne se contente pas de mettre en abyme ses propres obsessions et angoisses à travers Simon Axler, avec l'ironie spéculaire de certaines incises («Si vous êtes dans le métier depuis quarante ans, votre savoir-faire, ça ne se perd pas»). C'est la fin du roman fresque et épopée que Roth matérialise dans Le Rabaissement, l'épuisement des cycles, une Amérique et un monde en crise, «le cauchemar universel».

Philip Roth, Le Rabaissement, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Marie-Claire Pasquier, Gallimard, 122 p., 13 € 90.

©  (pdf, 0 B)

.

Prolonger : Un homme de Philip Roth, à reculons vers la mort, par Dominique Conil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau