Les invités de Mediapart
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 617 abonnés

Billet de blog 17 juil. 2014

Harry Potter, une fable politique

L'écrivain Aliocha Wald Lasowski chronique le récent ouvrage du linguiste et philosophe Jean-Claude Milner, « Harry Potter. A l’école des sciences morales et politiques ». 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

L'écrivain Aliocha Wald Lasowski chronique le récent ouvrage du linguiste et philosophe Jean-Claude Milner, « Harry Potter. A l’école des sciences morales et politiques ». 


Qui ne connaît l’univers d’Harry Potter, créé par J. K. Rowling à travers sept romans (publiés de 1997 à 2007), rendu célèbre par huit films (de 2001 à 2011), où se croisent moldus et Mangemorts, où le puissant mage noir Lord Voldemort affronte l’école de sorcellerie Poudlard ! Le linguiste et philosophe Jean-Claude Milner, ancien élève de Lacan et d’Althusser, plonge dans ses aventures et nous en livre les clés philosophiques et morales. Quels liens le récit entretient-il avec la Grande-Bretagne, son histoire, sa langue, son mode de gouvernement et ses principes politiques ? Quel regard la fable de sorcellerie porte-t-elle sur notre monde sans magie ? Quels enseignements en tirer ? Dans son enquête, précise, minutieuse, qui mobilise aussi bien Flaubert, Dickens et Marx, même si nombre de mystères ont déjà été dévoilés par l’auteure de la saga, Milner privilégie le matériau cinématographique et en tire une vision politique et humaniste.

Être complexe, tiraillé entre raison et sentiment, Potter est le disciple du sage Dumbledore, son mentor politique, fin stratège et diplomate. C’est en autodidacte que le jeune sorcier apprend à lutter contre le mal et découvre les valeurs morales (le courage, l’amitié…). Pour Milner, « Harry Potter tire de lui-même ce qu’il apprend ; il est son propre éducateur ». Dans ce roman d’éducation sentimentale et politique, seule compte la leçon empirique pour découvrir la norme éthique et le juste rapport au pouvoir. Une scène interpelle Milner : au début du Prisonnier d’Azkaban, les Dursley reçoivent à dîner la tante Marge, accompagnée de son bouledogue. Harry la déteste et finit par la faire s’envoler dans les airs. Vêtement, collier de perles, ton impérieux. Milner est catégorique, la tante Marge, c’est Margaret Thatcher. « Dureté à l’égard des plus faibles, servilité à l’égard des plus riches, tout cela était conforme », précise Milner, qui voit dans la transformation en ballon une allusion au Dictateur de Chaplin. D’une comédie, qui se moque des moldus ridicules, on passe à la tragédie, la vision tyrannique de sorciers inquiétants. Oui, Harry Potter est bien une fable politique, où se jouent aussi les questions du patriotisme culturel et de la formation intellectuelle et artistique.

Comparant l’univers d’Harry Potter à celui de la lutte sociale dans le cinéma de Ken Loach ou à la vision de Londres chez Dickens ou Marx, Milner s’interroge : qui est l’employeur des sorciers ? Les elfes de maison sont-ils des salariés ou des esclaves exploités ? Le roman Harry Potter à l’école des sorciers, publié en 1997, date de la privatisation du service public ferroviaire anglais, est aussi une réflexion sur l’économie de marché, le capitalisme. Univers de la magie contre monde du travail ? Créant de la valeur, sans le travail, « la magie sape le machinisme industriel et le profit capitaliste ». C’est une leçon d’humaniste, conclut Milner, évoquant la Lettre sur la tolérance de John Locke (1689) pour finir sa brillante analyse : « Bien que le récit potterien ne soit pas un roman philosophique, il s’achève en méditation de philosophie politique. »

 Jean-Claude Milner, Harry Potter, A l’école des sciences morales et politiques, PUF, 192 p., 13 €

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo