Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 618 abonnés

Billet de blog 20 mars 2008

La pensée critique selon Eribon, Butler et Mbembe.

Geoffroy de Lagasnerie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Trois figures majeures de la gauche intellectuelle internationale étaient donc réunies, le 19 mars, à la Sorbonne, pour « refaire la gauche ». Devant un amphithéâtre Descartes archi-bondé, Didier Eribon, Achille Mbembe et Judith Butler insistèrent sur la nécessité où nous étions placés aujourd'hui plus que jamais de renouveler la pensée de gauche et la pensée critique. Pour la mettre en rapport avec le présent, avec l’actualité, c’est-à-dire avec les nouveaux « processus de subjectivation » selon Didier Eribon, les nouvelles « formes de vie » selon Achille Mbembe, les nouveaux « mécanismes de minorisation » selon Judith Butler, qui se produisent dans le monde contemporain : la démocratie, la nation, la globalisation, les guerres, les minorités sexuelles et religieuses, le post-colonialisme, furent donc au centre des débats.

Il y fut avant tout question de résistance.

Comment, pour Didier Eribon, résister à la dépolitisation et à la dépossession qu’engendre le fonctionnement de la démocratie représentative, pour faire entendre les voix présentes et faire advenir les "voix absentes", que l’individualisation électorale et la concurrence entre les partis occultent, entravent et répriment ? Bref, comment produire une critique démocratique de la démocratie, et une politique de l’émancipation qui échapperait aux structures institutionnelles qui empêchent le surgissement de mouvements collectifs, imprévisibles, qui politisent nos existences ?

Comment, pour Achille Mbembe, résister à la précarisation des existences et à la fabrication de « formes de vie » invivables qu’engendrent, dans le monde contemporain, les dynamiques néolibérales et postcoloniales ? Comment sortir des « ruines » sans retomber dans le messianisme révolutionnaire et le communisme autoritaire ?

Comment, pour Judith Butler, résister à la manière dont le pouvoir d’Etat et les guerres contemporaines façonnent des cadres de pensée qui conduisent à opposer les minorités les unes aux autres (les minorités sexuelles aux minorités religieuses notamment) ? Et comment concevoir à l’inverse une nouvelle politique des minorités et du droit capable de faire advenir des coalitions transversales et qui feraient tenir ensemble, de manière toujours partielles, les individus précarisés, rassemblés, par-delà leurs appartenances et leurs « identités », par une résistance commune aux coercitions d’Etat.

Tous les trois répondirent ensuite aux nombreuses questions de la salle et notamment aux interventions qui s’étonnaient de la manière dont ils semblaient oublier Marx et le marxisme. Eribon, Mbembe et Butler, soulignèrent à tour de rôle, qu’il ne s’agissait pas d’oublier Marx, mais de le faire vivre en oubliant le marxisme comme doctrine. Car, comme le fit remarquer Judith Butler en conclusion, Marx nous a toujours invités à penser le présent, et donc à actualiser la pensée, quand le présent change.

Dans la cour de la Sorbonne, à la sortie, nombreux étaient ceux qui, après avoir chaleureusement applaudi les orateurs, se disaient heureux et émus d’avoir assisté à cet événement, en regrettant toutefois que cela n’ait pas lieu plus souvent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine