Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 22 janv. 2015

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

MISS.TIC femme capitale

Avec ses graffs, ses tags et ses dessins au pochoir, le street art est un drôle de phénomène et peut-être le fait artistique le plus marquant de notre époque. Phénomène très ambivalent en tout cas puisque, lié à la délinquance (« Je te salis ma rue ») et poursuivi par la police comme tel, il produit en plus d’un cas un art véritable et mis à la portée de tous.

Jacques Dubois
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© CM

Avec ses graffs, ses tags et ses dessins au pochoir, le street art est un drôle de phénomène et peut-être le fait artistique le plus marquant de notre époque. Phénomène très ambivalent en tout cas puisque, lié à la délinquance (« Je te salis ma rue ») et poursuivi par la police comme tel, il produit en plus d’un cas un art véritable et mis à la portée de tous. Ainsi, combattu sans beaucoup de relâche en ce qu’il souille et abîme les lieux publics, il voit ses meilleurs exécutants être de plus en plus reconnus, exposés (en galeries), conservés (en musées).

Parmi les figures-phares de son irrésistible ascension, on comptera l’étonnante Miss.Tic à laquelle Christophe Genin (dont nous avons évoqué ici même l’ouvrage Le Street art au tournant, 2013) consacre un fort beau volume et dont les dessins au pochoir si typés ont maintes fois orné les rues de Paris depuis 1985.

Miss.Tic est une enfant de Montmartre, élevée en milieu populaire et ayant perdu ses parents avant d’atteindre l’âge adulte. Sans avoir étudié les arts plastiques, elle s’est lancée tôt dans le bombage au pochoir et a donné à voir sur les murs de la ville quantité de pièces et tableaux dont les quelques composantes sont presque invariables : une jeune femme grand format de style vamp ou racoleuse, sa robe noire qui la moule, une pose provocante, l’expression d’un désir ou d’un fantasme à travers un slogan qui joue avec les mots, et pour finir la signature moqueuse : Miss.Tic.

© CM

De celle qui est devenue une des vedettes de l’art des rues, Christophe Genin choisit de décrire et d’illustrer la manière plutôt que de raconter l’histoire. De là que le présent volume se présente comme un album des plus belles créations de l’auteure, toujours datées et situées. Chaque œuvre est ainsi désignée par le slogan aphoristique qu’elle porte. Et l’on citera : « Je te réponds du tac au tag », « Parisiennes femmes fatales », « Égérie et j’ai pleuré », « J’aime l’inconnu et les inconnus », « Tout achever sauf le désir », « Je ferai jolie sur les trottoirs de l’histoire de l’art », « La France du bas résille », « La France aux Maliens la Bourgogne aux escargots ». Encore que les affiches-pochoirs de l’artiste soient très parlantes, Christophe Genin prend soin d’en commenter plus d’une et d’en démonter les effets avec beaucoup de subtilité.

© 

Par ailleurs, Miss-Tic n’a pas cessé de donner à son art une dimension contestataire qui ne peut échapper. Ses pochoirs sont résolument politiques sans cependant qu’on puisse en affilier la créatrice à un camp ou à un autre. On l’a d’ailleurs vue travailler tantôt pour la fête de l’Huma et tantôt pour un ministre de droite. La Poste a également utilisé ses services en diffusant des timbrés illustrés par elle tandis qu’elle est désormais chargée par la ville de Montpellier de concevoir le design d’une ligne de tramway. Et voilà donc artiste officielle celle qui naguère « défigurait » le décor urbain de façon provocante et pratiquement scandaleuse.

Mais s’il est une cause à laquelle Miss-Tic n’a pas cessé d’être attachée et qu’elle illustre de toutes les façons, c’est celle de la femme, de toutes les femmes. Elle mène ce combat sur un mode pour le moins singulier puisque, dans sa petite robe noire et prenant des poses lascives, son héroïne affiche sans relâche les armes de la séduction. Comme si elle attirait les hommes à elle pour mieux les capturer ou les défaire. « Sans solliciter les pièces de Miss.Tic, propose Genin, je crois qu’on peut les inscrire à première vue dans une conception aristotélicienne de la politique. Le bien-vivre commence par l’union nécessaire de deux êtres incapables d’exister l’un sans l’autre. En fait, les choses se compliquent. En effet, pour Miss.Tic, il n’est pas question de subordonner cette vie de couple à la procréation. Dès lors s’il fallait l’inscrire dans un horizon philosophique, ce serait plutôt dans le courant libertin […]. D’où une contradiction qui affleure dans son œuvre : le couple est nécessaire mais insupportable. » (p. 133)

© CM

Miss.Tic au total nous apparaît en grande artiste mi-populaire et mi-intellectuelle, quelque part entre Jacques Prévert et Ferré. Son esthétique est toute participative, elle qui interpelle passants et spectateurs au gré de formules et calembours lancés à tout vent... Elle a en tout cas sa place sur le versant le plus inventif de l’art contemporain. On se réjouira donc de voir les Impressions Nouvelles et Christophe Genin lui consacrer un bel et excitant ouvrage, qui restera.

Christophe Genin, Miss.Tic femme de l’être, avec en fin de volume une traduction en anglais de Michelle Ghanem, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 192 p., 25 €

Pour lire un extrait de l'ouvrage, cliquez ici.

© 

Nota : Les photographies illustrant l'article de Jacques Dubois ne sont pas extraites du livre mais de mes propres déambulations dans Paris (Christine Marcandier)

Prolonger : Lire l'article d'Hugo Vitrani, Miss Tic, la femme qui mur-murait à l'oreille des murs (dont un entretien vidéo avec l'artiste)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert