Marie-Laure Delorme
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 618 abonnés

Billet de blog 23 avr. 2008

Antoine Bello : un sarkozyste heureux !

 Plus de 70 % des Français mécontents de l'action de Nicolas Sarkozy un an après son élection du 6 mai 2007 selon un sondage à paraître jeudi. Antoine Bello, écrivain chouchou des "Inrockuptibles" et de "Libération", n'en fait pas partie.

Marie-Laure Delorme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plus de 70 % des Français mécontents de l'action de Nicolas Sarkozy un an après son élection du 6 mai 2007 selon un sondage à paraître jeudi. Antoine Bello, écrivain chouchou des "Inrockuptibles" et de "Libération", n'en fait pas partie. L'auteur des excellents Falsificateurs (Gallimard, 2007), né en 1970 à Boston et fondateur d'Ubiqus, s'était engagé en faveur de Nicolas Sarkozy à l'époque. Un an après, il persiste et signe.

-Vous vous étiez engagé en faveur de Nicolas Sarkozy le 6 mai 2007, dans un journal, face à Marie Darrieussecq qui soutenait, elle, Ségolène Royal. Est-ce que vous le regrettez ?

"Pas une seule seconde."

-Comment jugez-vous, au bout d'un an, le bilan politique et médiatique de Nicolas Sarkozy ?

"Le bilan politique est assez remarquable. Sarkozy a pratiqué l'ouverture avec d'autant plus d'élégance qu'il n'en avait pas besoin, ayant été largement élu. Le gouvernement Fillon a engagé plus de réformes en un an que ses prédécesseurs réunis depuis vingt ans et n'a pas craint de s'attaquer d'entrée aux sujets réputés les plus difficiles : les régimes spéciaux, l'enseignement supérieur, la justice.

Sur le plan médiatique, Sarkozy a frôlé l'overdose mais il semble être entré en crue de désintoxication. Tant mieux car on arrivait au point où son style personnel risquait de compromettre ses chances de succès."

-Quel regard jetez-vous sur la classe politique française ?

"Je suis impressionné par la qualité de la nouvelle génération à droite : Xavier Bertrand, Eric Woerth, Rachida Dati, Valérie Pécresse, Rama Yade ont une véritable envergure nationale. A gauche, c'est assez pitoyable. Toute une aile du PS récuse encore l'économie de marché et son premier secrétaire déclare tranquillement qu'il n'aime pas les riches. J'espère sincèrement que la gauche se réformera. Ce serait le signe que nous sommes enfin devenus une démocratie moderne. On a pu dire que l'Angleterre avait changé le jour où Tony Blair a été élu sur des idées que n'aurait pas renié Thatcher. En France, les deux dernières fois où la gauche est arrivée au pouvoir, elle a nationalité une partie de l'économie et imposé les 35 heures"

-Quel va être le sujet de votre prochain roman ?

"Je travaille actuellement au deuxième tome de mon roman paru en 2007, "les Falsificateurs". Il y sera question entre autres de l'indépendance d'un petit pays et de la guerre en Irak."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua