Dominique Bry
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 24 mars 2013

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart

Le projet ReLIRE de la BNF, «État voleur» ?

 Le 21 mars dernier, la BNF a mis en ligne sur ReLIRE (le Registre des Livres Indisponibles en Réédition Électronique) « une première liste de 60 000 livres indisponibles du XXe siècle : des livres sous droits d'auteur, publiés en France avant le 1er janvier 2001, et qui ne sont plus commercialisés ». Entretien avec Benoît Peeters qui appelle à la mobilisation des auteurs contre « l’État voleur » (François Bon). 

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart
© Mediapart

Le 21 mars dernier, la BNF a mis en ligne sur ReLIRE (le Registre des Livres Indisponibles en Réédition Électronique) « une première liste de 60 000 livres indisponibles du XXe siècle : des livres sous droits d'auteur, publiés en France avant le 1er janvier 2001, et qui ne sont plus commercialisés ». Entretien avec Benoît Peeters qui appelle à la mobilisation des auteurs contre « l’État voleur » (François Bon).

Parti pris. Au lendemain de cette annonce, l’écrivain François Bon a publié une tribune sur son site Internet Le Tiers Livre Magazine (depuis relayée par le site Actualitté) dans laquelle il n’a pas de mots assez forts pour dire tout le mal qu’il pense de la loi qui rend possible la numérisation et la diffusion des livres indisponibles. 

« L'État s'approprie nos livres sans nous demander notre avis, on nous dépossède de la seule richesse qui fait notre vie – la loi sur les indisponibles est une goujaterie. » 

Que reproche François Bon à la BNF et ReLIRE ? De piller ni plus ni moins ses armoires et de mettre en ligne ses ouvrages sans lui avoir demandé son avis au préalable ; de ne pas publier une liste des ouvrages destinés à la numérisation mais de seulement proposer un moteur de recherche qui permet aux auteurs d’aller vérifier par eux-mêmes quelles œuvres ont été retenues. 

© 

A la veille de la présentation du dispositif dans le cadre du 33ème Salon du Livre de Paris par Nicolas Georges (directeur du livre et de la lecture, ministère de la Culture et de la Communication), Benoît Peeters (auteur et scénariste de bandes dessinées) nous a confié combien il partageait la colère de François Bon et entendait ajouter sa voix à celle de l’écrivain et éditeur. 

La « procédure désagréable » (pour reprendre les mots de Benoît Peeters), expliquée sur le site de la BNF, demande en effet aux auteurs qui souhaitent s’opposer à l’entrée en gestion collective de leurs œuvres d’avoir une démarche volontaire via un formulaire en ligne. La BNF vérifiera alors (dans un délai de 3 mois) la « qualité d’auteur du demandeur » et rejettera ou validera la demande. Ce que pointent donc François Bon et Benoit Peeters (auxquels on peut ajouter l’éditeur Ad Astra qui établit même un parallèle avec Pirate Bay) ce sont bien l’opacité et la complexité de la procédure, comparées par l’auteur des Cités Obscures aux pratiques de Google. Elles-mêmes montrées du doigt à l’époque par… le Président de la BNF. 

© 

François Bon, lui, souligne dans son « manifeste » (le terme est employé par Benoît Peeters) l’iniquité de la mise en ligne forcée : avec le système en place depuis le 21 mars, des auteurs de la liste se tenant à distance d’Internet ou qui continuent de travailler sur leurs œuvres (en vue de publier des éditions corrigées, améliorées, annotées, augmentées), verront sans réaction de leur part (ou de leurs ayants-droit) leur travail numérisé et diffusé en l’état. Quand ils ne se verront pas refuser leur demande d’opposition. La définition de l’indisponibilité des œuvres pose problème. Pour Benoît Peeters, la mise en ligne est un « couac des sociétés d’auteurs » qui ont agi « comme des syndicats qui ne consulteraient pas leur base ». 

La tribune de François Bon est reprise et diffusée sur les réseaux sociaux, Internet se fait alors l’espace et le vecteur d’une colère citoyenne contre le tout gratuit au mépris des droits des auteurs. Ces derniers (François Bon et Benoît Peeters en tête, mais également Denis Bajram, Michel Dufranne et bien d’autres) appellent à la vigilance et proposent de télécharger le formulaire de demande d’opposition. Pour faire du bruit, pour alerter. Ce que devrait rapidement faire un collectif qui est en train de voir le jour.

© 
© 
© 
© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Parc éolien offshore en mer d’Oléron : le gouvernement persiste
Après un débat public très critique, une décision ministérielle publiée le 29 juillet 2022 au Journal officiel confirme la réalisation d’un parc éolien posé en Sud-Atlantique, au large de l’île d’Oléron. Malgré son éloignement des côtes, sa localisation dans le périmètre d’une zone « Natura 2000 » de protection des oiseaux ne permet pas de dissiper les inquiétudes.
par Laurent BORDEREAUX
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit