christophe lemardelé
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Bookclub

Suivi par 620 abonnés

Billet de blog 25 juil. 2012

christophe lemardelé
enseignant, historien des religions
Abonné·e de Mediapart

Sexisme et «intersexisme» dans l’olympisme

Le livre d’Anaïs Bohuon sur les tests de féminité dans le sport de haut niveau tombe à point nommé. Non seulement sa publication précède de peu la tenue des jeux Olympiques de Londres, mais il évoque un sujet qui fait de plus en plus débat dans nos sociétés : absolu du sexe ou relativité du genre ? Et le contexte sportif est un excellent moyen de se rendre compte de la violence symbolique qu’engendrent les normes sexuelles.

christophe lemardelé
enseignant, historien des religions
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le livre d’Anaïs Bohuon sur les tests de féminité dans le sport de haut niveau tombe à point nommé. Non seulement sa publication précède de peu la tenue des jeux Olympiques de Londres, mais il évoque un sujet qui fait de plus en plus débat dans nos sociétés : absolu du sexe ou relativité du genre ? Et le contexte sportif est un excellent moyen de se rendre compte de la violence symbolique qu’engendrent les normes sexuelles.

L’ouvrage est une recherche historique qui contient une grande part de questionnement philosophique et sociologique, c’est pourquoi on ne peut le réduire à un livre sur le sport. En effet, la domination masculine qui s’exerce dans ce milieu en prônant des valeurs de « virilisation » et le rejet de la singularité sexuelle de quelques individus ne sont pas étrangers à ce que vit l’ensemble de la société.

Comment des femmes peuvent-elles être compétitives sur le modèle des hommes tout en gardant la grâce d’une féminité définie par le seul point de vue des hommes ? N’a-t-on pas ce même questionnement dans le monde politique ou dans l’entreprise dès qu’une femme est gagnante ? Il y a donc un effet loupe avec le monde du sport.

L’auteur fait le rappel historique de tests de féminité qui ont été mis en place dans les années 60 par les instances sportives internationales dans le but d’empêcher toute tricherie. Ils ont d’abord été gynécologiques, puis chromosomiques et maintenant hormonaux. Ils sont intervenus dans un contexte de guerre froide qui faisait des athlètes communistes des sportifs douteux, soumis à l’impératif de la victoire. Malheureusement, dans cette obsession de la tricherie, on a exclu des personnes qui n’étaient pas tout à fait dans la norme. En effet, dans le sport comme dans la société, les catégories « Homme » et « Femme » ne sont guère étanches et bien des individus peuvent apparaître ambigus.

Caster Semenya. © 

La dernière athlète en date à avoir payé le prix fort de cet ostracisme a été la coureuse sud-africaine Caster Semenya, qui fut humiliée en étant privée de titre mondial – car on retire ses médailles à l’athlète intersexe, tricheuse malgré soi… –  et, surtout, en voyant son intimité sexuelle être révélée au monde entier. Depuis, les instances sportives ont été sensibilisées au problème, rappelées à l’ordre par l’ONU même, réintégrant notamment la coureuse sud-africaine. Mais sans pour autant renoncer aux tests de féminité – même s’ils se feront avec plus de respect et de confidentialité –, au mépris du corps naturel puisqu’il s’agit toujours de promouvoir des corps normés d’hommes et surtout de femmes (voir l’article récent d’Anaïs Bohuon, « Aux JO de Londres, une police de la testostérone… chez les femmes » dans Mediapart).

Que les députés droitiers opposés à tout enseignement de la notion de genre au lycée lisent ce livre, qui leur montrera qu’il y a bien une réalité qu’il importe de ne pas nier. Mais l’on pense aussi à quelques féministes – Sylviane Agacinski et Nancy Huston, notamment – qui s’inquiètent de voir disparaître la catégorie Femme sous la « loi du genre », car penser la différence, la marginalité, ne peut que nous amener à mieux comprendre la difficulté qu’il y a à se construire en tant qu’individu sexuel, cela quels que soient nos organes, apparents et parfois moins, quel que soit notre désir ou nos désirs. Nous n’avons pas sans cesse à définir la norme – qui n’est qu’une manière de nous rassurer – mais à appréhender le réel pour être plus juste avec les autres mais aussi avec soi-même (sommes-nous si sûrs d’être ce que nous sommes ?).

Quoi qu’il en soit, comme le souligne l’auteur, le grand paradoxe du sport est de préférer des corps artificiels à des corps naturels, et la norme est artificielle, elle sculpte parfois au bistouri des corps qu’il s’agit de sexualiser strictement.                     

© 

Anaïs Bohuon, Le test de féminité dans les compétitions sportives. Une histoire classée X ?, éditions iXe, 2012, 184 p., 18 €.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy