Sécurité-sécuritaire-sécuriser

A croire que la devise Républicaine est devenue ces trois mots « Sécurité, sécuritaire, sécuriser »

 

A croire que la devise Républicaine est devenue ces trois mots « Sécurité, sécuritaire, sécuriser ».

Envie de hurler – d'ailleurs pourquoi écrire ici sinon hurler - ce ras-le-bol de tout mettre, tout considérer, tout juger sous cette seule vision, prétexte à tous les enfumages et manipulations  : LA sécurité, comme si c'était la même pour tous, comme si tout était dit, indépassable sécurité, chape de plomb béni pour tous ces faussaires qui nous gouvernent, pas qu'en haut, partout, dans la moindre assoc du coin où chacun se retranche derrière ce mot-fourre-tout, derrière le mirage du pouvoir dérisoire autant que sûr de lui ! LA sécurité comme oméga de civilisation où tout serait sous contrôle : de qui sinon des puissants ? Pas le nôtre c'est sûr.

« La sécurité je vous la dois et je sais mieux que vous comment vous protéger. Vous n'y connaissez rien, vous vous mettriez en danger, vous et vos proches et toute la Nation, à vouloir vous protéger. Alors laisser faire ceux qui savent, ceux qui pensent, ceux qui agissent avec pertinence, efficacité, justesse, droiture, noblesse, engagement valeureux …. ». Voilà ce que j'entends dans ce concert sécuritaire, tsunami décervelant.

Horreur de la vie réduite à se protéger de tous, de chacun mis sous surveillance, en permanence suspect. Putain de vie morte, pourrie par la couillonnade perverse et falsificatrice de ceux qui nous veulent du bien pour leur seul bénéfice. Nous deviendrons tous fous de sécurité comme d'autres d'un pseudo-dieu vengeur bien pratique à le faire parler comme un ventriloque fait parler sa marionnette.

 Et la sécurité de l'emploi, on n'en parle plus ? L'insécurité au cœur de notre société, elle est là : pas de boulot et être désigné comme fainéant qui vit au crochet des alloc tandis que s'étale partout luxe et misère en deux versants d'un même volcan !

 Promis à un bel avenir, pourvoyeurs du big data, voleurs de vie intime et privée, les objets connectés aux multinationales, aux entreprises qui pompent nos données privées pour mieux vendre et intoxiquer le chaland, se proposent de sécuriser nos vies dans les moindre détails, de la naissance à la mort, en prescrivant à tout va sous couvert d'informer, de proposer, de conseiller, de sécuriser puisque nous en sommes considérés comme incapables..

 J'en veux pas de cette sécurité qui enferme, qui bouffe, qui plombe qui fait de nous des pions dans un jeu de dupe planétaire qui nous dépasse, tandis que trépasse "Liberté-Egalité-Fraternité", mots simples, chargés d'Histoire, de sens, de progrès en humanité mis sous une cloche avec son anti-mite, vestiges d'une espérance d'un progrès voulu illusoire.

 L'incertitude et l'insécurité ouvre l'horizon pour le meilleur et pour le pire. Rejeter l'un est rejeter l'autre. La sécurité à tout prix et à tout propos participe à la croissance du sentiment d'insécurité, participe à l'insécurité pour sécuriser par l'illusoire tout-sécuritaire et le totem de la sécurité.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.