Le participatif dans Médiapart: Synthèse des propositions

Cette synthèse, relue par les auteurs, récapitule les propositions concrètes qui ont émergé de la discussion sur l'article du 1er février 2017, "Médiapart, média participatif ?"

 Cette synthèse, relue par les auteurs, récapitule  les propositions concrètes qui ont émergé de la discussion sur l'article du 1er février 2017sur "Médiapart, média participatif". Nous avons indiqué en italiques les noms de leurs auteurs.

 Nous ne reprenons pas ici les considérations d'ensemble qui étayent ces propositions. Chacun peut retrouver leurs justications dans les échanges du billet de lancement. La fonction de cette synthèse d'étape est de permettre à chacun.e d'examiner les idées l'une après l'autre, de donner son avis et d'en énoncer d'autres. Nous attendons aussi les réponses de la direction de Médiapart et des journalistes en charge du club.

 Nous rappelons que l'indépendance éditoriale du journal est de la responsabilité de la rédaction et que notre rôle est de rassembler les propositions en vue d'améliorer le participatif..

 La question Médiapart est-il un journal participatif? implique de préciser ce que l'on entend par "participatif".

 De la discussion, il ressort trois dimensions distinctes, concernant la manière dont les blogueurs et les abonnés peuvent participer à l'information et à la réflexion du journal :

 I - Le modèle actuel qui privilégie l'expression individuelle des blogueurs

 Les améliorations proposées portent sur la communication avec les journalistes et la modération des commentaires.

II - La participation interne au Club, de "collectifs" de blogueurs.

 Les améliorations proposées portent sur la mise en valeur et le fonctionnement des éditions participatives.

III - Les espaces de coopération entre le journal et le lectorat.

Il s'agit non seulement de continuer les rendez-vous publics, mais de créer de nouveaux espaces communs pour les échanges d'information et de réflexion entre journalistes et lecteurs : pages locales, groupes de travail thématiques, universités d'été.

Il s'agit aussi d'enquêter auprès des abonnés sur différents sujets.

L'idée d'une instance représentative des abonnés est esquissée mais aussi mise en doute.

Le principe de l'indépendance éditoriale du journal est rappelé.

Ces trois dimensions, qui concernent donc, d'une part, le jeu entre l'individuel et le collectif, d'autre part la coopération entre le journal et le club, ne sont pas exclusives les unes des autres et peuvent s'articuler. Mais le choix d'accentuer ou non la dimension collective et la coopération est un choix politique que seule la direction du journal peut assumer.

 Les questions de la qualitédes contributions et celles desmoyens techniques, indissociables des finalités (la fin et les moyens) sont communes à ces trois dimensions.

 I – Propositions pour améliorer la communication inter-individuelle et problèmes techniques :

 Questions publiques : mise en place d'un espace de dialoguepermanent,d'un tchat facilement accessible à tous, où les abonnés rendraient publics leurs échanges avec la rédaction. Cela permettrait à chacun de savoir si les questions qu'il pose l'ont été par d'autres et d'éviter les redites. Les journalistes et les responsables du club gagneraient du temps en faisant des réponses collectives et pourraient être plus réactifs. Un système de recommandation pourrait indiquer quelles questions sont partagées par un certain nombre d'abonnés. (Utopart, Géraldine Delacroix)

 Problèmes techniques à résoudre : La nouvelle mouture du club présente certaines améliorations réelles et pratiques.  Il est dommage que des fonctionnalités de l'ancienne ne soient pas remises en l'état où elles se trouvaient. (Utopart)

- Messagerie privée : Rétablir l'annonce en caractères gras des nouveaux messages reçus, à côté du nom du destinataire. (Boris Carrier, Utopart)

- Indication des nouveaux commentaires : l'indication "nouveau"en rouge, dans sa version actuelle, ne sert à rien et persiste pour des commentaires que l'on a déjà vus. (Utopart)

- Tracker : bug à résoudre. Sauf pour les billets ou articles fortement commentés, qui se retrouvent régulièrement en tête, ceux qui ne le sont que très épisodiquement disparaissent rapidement dans les tréfonds de la liste déroulante, les rendant quasiment invisibles au lecteur de passage.(Utopart)

- Supprimer la possibilité de modifier ou dépublier un commentaire dès qu'un abonné lui a apporté une réponse. Sinon, les réponses deviennent orphelines, incompréhensibles ou déplacées. Plusieurs commentateurs réclament au contraire son maintien. Débat en cours. (Utopart, Olala, Jean-Claude Charrié, Bruno Doguet)

La modération et l'organisation des débats. Ce chantier urgent doit être ouvert en continu. (Pascal Maillard)

- Filtres : pour améliorer la modération, possibilité pour chaque lecteur de faire le tri dans les commentaires de ses billets en disposant d'un bouton "tous sauf" . Ce serait le pendant du bouton "commentaires de mes contacts". Il lui permettrait d'agir individuellement pour s'épargner le harcèlement des trolls, des militants ou des ennemis personnels. Il ne s'agit pas de censurer les commentaires fâcheux (ils sont publiés, libre aux autres de les lire) mais de s'en protéger personnellement. (Christian Paultre, Michel Delarche, Nico 94, Merienne, Utopart)

 - Pseudonymes : les commentaires ne seraient ouverts qu'à ceux qui écrivent sous leur véritable nom. Cette mesure vise aussi à écarter les trolls. (François Gèze)

 - Éthique du débat : appliquer les recommandations énoncées lors de la réflexion sur ce thème dans cette édition (Mérienne)

 - Organisation arborescente des discussions plutôt que sur le mode séquentiel actuel. Les commentaires recueillant le plus d'avis favorables se développeraient en branches maîtresses porteuses d'autres rameaux, et les autres avorteraient rapidement. De fait, les contributions clés seraient automatiquement mises en évidence. (Crampon)

 - Bouton "recommandé" : qu'il y ait 5 ou 100 recommandés pour un commentaire, le surlignage est le même. On pourrait imaginer une présentation plus graduelle (couleurs, épaisseurs du cadre...) (Crampon)

II – Les collectifs de blogueurs, le commun à l'intérieur du club :

Les éditions participatives sont un cadre favorable pour développer la culture du commun. Elles incitent à la construction de collectifs. Le rôle du rédacteur en chef est important. Il n'y a pas grand chose à changer, sauf la visibilité. Celle-ci pourrait être améliorée par :

- Le triage des éditions par thèmes

- Un classement arborescent.

- Le regroupement dans une "archive" des éditions en déshérence.

(Nico 94, Jean-Claude Charrié, Mérienne)

III – La coopération journalistes – abonnés

Les informations, connaissances, habiletés des lecteurs sont complémentaires de celles des journalistes. Il s'agit d'instaurer des cadres et des occasions de dialogue et de créations communes.

Représentation des abonnés

Les suggestions suivantes sont formulées sur le mode interrogatif car le premier obstacle est celui de la légitimité : serait-il légitime d'instituer une instance représentative des lecteurs?

Si oui, interviendrait-elle dans des instances paritaires rédacteurs/lecteurs, chargées de prendre des décisions, d'assurer leur application et leur suivi? Quel serait le poids de la représentation des lecteurs dans ces instances ?

Sur quels objets? Choix des billets et des éditions à mettre en valeur? Contribution au compte-rendu des activités du club? Instance de recours en cas de sanctions contre un abonné? (Sycophante)

Participation aux émissions du direct

Contribuer à la préparation en donnant des avis (exemple : émission du 22/2 sur la démocratie numérique).

 Transmission des réactions des spectateurs par un modérateur à la fin de chaque émission hebdomadaire, ce qui suppose l'ouverture d'un espace de chat en parallèle á l'émission comme cela est fait parfois. (Boris Carrier)

 Organisation de soirées en direct sur le thème "devenir et évolution de Médiapart".(Pierre Pifpoche)

 Enquêtes de satisfaction, ou consultation des abonnés sur le fonctionnement participatif, organisées par le journal. (Pascal Maillard)

 Pages locales

Créer une nouvelle rubrique du journal, consacrée aux informations locales et alimentée par les contributions des abonnés. Ceux-ci se grouperaient en antennes locales, autour d'animateurs, lecteurs engagés, par ville, département ou région, se concertant pour fournir des informations sur leur lieu géographique sous la responsabilité d’un journaliste dédié.

- Les pages locales supposeraient un cadrage éditorial (des critères permettant de faire le tri des informations à publier), un salarié à temps plein pendant la période expérimentale et la possibilité de générer un chiffre d'affaires complémentaire pour couvrir les frais de gestion.

- Développer des antennes locales à l'étranger (Jean-Claude Charrié, Roger Evano, Nico 94, Boris Carrier)

Groupes de travail par thèmes

Rassembler des lecteurs-contributeurs, connaisseurs d'un domaine, en relation avec un journaliste référent qui, seul, ne peut avoir une vision complète sur des sujets complexes. Par exemple la chronique scientifique que tient Michel de Pracontal gagnerait à l’apport des dizaines de scientifiques  lecteurs de Médiapart. Il en est de même de la chronique littéraire. (Roger Evano, Nico 94)

Université d'été annuelle ouverte à tous où se retrouveraient les groupes de travail thématiques, les contributeurs aux pages locales et les journalistes concernés. Elle continuerait l'expérience des Rencontres avec Médiapart, organisées parCAMédia pendant cinq ans. A la fois vitrine du journal (intervenants extérieurs), présentation du bilan du journal et de ses projets, lieu de discussion et propositions. Les lecteurs étant associés à sa préparation et à son organisation. Il est important de s’inscrire dans le cadre de l’échange de vive voix, du débat et du travail en présentiel. Le numérique peut intervenir en appui, comme outil.(Roger Evano, Pascal Maillard)

Expérimentation d'un processus collaboratif à distance entre groupes de travail et journalistes référents

Un des enjeux est d'acquérir collectivement la capacité d'engager des procès collaboratifs  à distance, comme nouvelle compétence produite par l'outil et simultanément, processus d'appropriation de la mise en réseau numérique. (Jean-Claude Charrié)

Prendre le développement participatif comme sujet d'élaboration permanente

- Rencontre rédaction/abonnés sur le sujet du participatif dans Mediapart, sur deux jours, avec des tables rondes, des ateliers et des restitutions en plénière. Co-conception et co-organisation Médiapart-CAMédia, avec d'autres partenaires éventuels. (Pascal Maillard)

- Création d’un Observatoire des pratiques participatives , donnant lieu à une édition et un forum.Cet espace spécifique d’analyse, de réflexion et de propositions rassemblerait, à un même niveau d’implication, des journalistes, des abonnés volontaires et des observateurs extérieurs à Mediapart. (Pascal Maillard)

- Un poste spécifique dédié au développement participatif (Pascal Maillard)

La synthèse que nous publions ici fait le point au moment d'approfondir la discussion. Elle tient compte des commentaires publiés jusqu'au 8 février. Nous vous invitons à poursuivre le débat de la deuxième étape, aussi bien sur les aspects concrets que sur les principes, aussi bien sur le bilan que sur les possibilités qui apparaissent. Suite à cela, nous publierons le résultat de cette concertation que nous transmettrons à la rédaction de Médiapart.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.