Affaire Cahuzac, bon anniversaire ! mécanismes obscurs et (in)justice

Blocages, silences, arrangements, lenteurs, enfouissements, solidarités (grises) administratives et politiques.Voilà une recette d'hiver, l'hiver de la démocratie : le 4 décembre en fut un des anniversaires.

Blocages, silences, arrangements, lenteurs, enfouissements, solidarités (grises) administratives et politiques.

Voilà une recette d'hiver, l'hiver de la démocratie : le 4 décembre en fut un des anniversaires.

 

L'inspecteur du fisc Rémy Garnier, qui avait lancé l’alerte dès 2008 sur l’existence d’un compte suisse de Jérôme Cahuzac, réclame officiellement la révision du rapport de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire, rapport du député socialiste Alain Claeys. Rémy Garnier y dénonce des passages « mensongers » et «diffamatoires » le concernant : c'est un comble que l'homme qui a aidé à rétablir vérité et justice (fiscale) soit, à ce jour, encore obligé de se battre pour ne pas être disqualifié !

Rappelons tout de même que ce rapport avait tenu à exclure tout dysfonctionnement du gouvernement dans la gestion du scandale Cahuzac malgré plusieurs éléments assez inquiétants pour ce même exécutif.

Pour mémoire, l'article de Fabrice Arfi :

http://www.mediapart.fr/journal/france/071113/l-inspecteur-du-fisc-remy-garnier-demande-la-revision-du-rapport-d-enquete-cahuzac

 

A ce jour, le "verrou de Bercy" n'a donc pas sauté, et semble fonctionner comme une arme défensive, silencieuse et kafkaïenne, dont la force est un savant mélange d'obstination, de lenteur, de surdité organisée et de nomminations habiles.

Vous trouverez ici le dernier billet de Rémy Garnier qui fait le point sur la situation actuelle :

http://blogs.mediapart.fr/blog/remy-garnier/041214/affaire-cahuzac-le-2eme-anniversaire

 

Avant de conclure, je me permets de demander à Madame la Ministre de la Justice, Christiane Taubira de mettre toute son énergie à l'avancée du dossier – protection des lanceurs d'alerte –

Vous avez sans doute en mémoire la magnifique intervention du juge italien Scarpinato au Théâtre de la Ville, en ce mois d'octobre 2014, lors de la soirée «  La corruption, ça suffit ! » et votre billet :

http://blogs.mediapart.fr/blog/christiane-taubira/231014/le-feu-qui-brule-est-celui-qui-eclaire-etienne-de-la-boetie

 

Or tout semble bien inerte au Ministère de la Justice en ce qui concerne ce chantier ; n'oubliez pas ces femmes et ces hommes qui ont pris tous les risques pour faire valoir les principes de notre République. Les laisser seuls à se débattre revient à les abandonner et à enfouir nos principes sous des tombereaux d'arrangements et pressions diverses...

 

Rémy Garnier bataille depuis longtemps ; nous savons que le pire ennemi des lanceurs d'alerte est l'isolement et l'oubli, participons chacun à briser sans relâche l'entreprise d'étouffement : diffusons, informons !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.