Michel Granger
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

CAMédia

Suivi par 192 abonnés

Billet de blog 22 avr. 2014

Débattre pour résister

Si l'on veut revivifier la démocratie, ne pas se contenter de quelques élections périodiques ou d'informations reçues passivement devant un écran, il faut réinvestir l'agora où débattre des grandes questions politiques qui engagent l'avenir. C'est une condition pour remobiliser les citoyens.

Michel Granger
Retraité (professeur de littérature américaine)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si l'on veut revivifier la démocratie, ne pas se contenter de quelques élections périodiques ou d'informations reçues passivement devant un écran, il faut réinvestir l'agora où débattre des grandes questions politiques qui engagent l'avenir. C'est une condition pour remobiliser les citoyens.

Alors que la sphère publique est envahie par la pensée en 140 signes, pensée « cui-cui » (twitter, de l’anglais to tweet : gazouiller, pépier), que la com’ fabrique des « éléments de langage » pour les gouvernants, que des groupuscules extrémistes diffusent des slogans (« Laissez-nous nos stéréotypes ! », « Un papa, une maman, c’est naturel ! »), et que les publicitaires fournissent abondance de formules euphorisantes pour mieux positiver, … il est urgent de vraiment penser !

Pas seul, ni dans l’entre soi qui donne bonne conscience et protège de l’altérité menaçante, mais dans la confrontation avec les nombreux groupes et individualités qui composent notre société fragmentée. C’est là que le débat public prend sa nécessité : une délibération sur le modèle des discussions d’un parlement, où l’on informe sur les termes de la question, où l’on prend le temps d’évaluer le pour et le contre et où s’affrontent les points de vue divergents qui devront arriver à une décision majoritaire. Cette étape fondamentale de la vie politique n’est pas à restreindre au seul pouvoir législatif mais doit inclure le maximum de citoyens, si l’on veut que la démocratie ne soit pas un vain mot.

La délibération étendue devrait jouer un rôle central dans une « démocratie continue » (Dominique Rousseau) : une succession de moments où l’on pèse la pensée (libra : la balance), librement (liber). L’échange argumente, réfute, nuance ; il envisage la complexité du problème et son contexte, il exerce la réflexion critique, prend en compte la subjectivité humaine sans se laisser intimider pas la pseudo-rationalité économique, intègre la diversité et les particularismes des multiples composantes de la population, et au bout du compte, mûrit la prise de position. La délibération permet d’échapper au conformisme de masse, à la dominance des idées reçues. Ce travail collectif de réflexion et d’expression ne s’improvise pas : il requiert des règles pour maîtriser le conflit — cette discipline à laquelle tend l’éthique du débat pour favoriser l’expression de tous et limiter la violence verbale.

Les pouvoirs publics, notamment les autorités locales, devraient avoir à cœur de construire et d’entretenir des maisons du débat public, où des salles en nombre suffisant faciliteraient les réunions de ceux qui veulent s’informer, confronter leurs points de vue, c’est-à-dire construire une opinion publique active et éclairée, capable d’intervenir dans le processus de décision. Pourtant, malgré les proclamations de démocratie, les lamentations sur le taux d’abstention, on peut se demander si les « représentants » du peuple souhaitent des citoyens informés qui sachent déconstruire leurs « éléments de langage », mettre à nu l’idéologie anesthésiante et la confronter aux enjeux humains fondamentaux. Les États Généraux du Pouvoir Citoyen, le Collectif pour une transition citoyenne, les MJC et une multitude d’autres associations — sans oublier la 5e Rencontre avec Médiapart au Frioul —  se sont eux résolument engagés dans l’organisation de débats avec les citoyens pour contribuer à susciter une pensée délibérée.

Michel Granger

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON