Claude Neuschwander, indigné au long cours

S'indigner,dire non, résister dans la durée face à des adversaires puissants, faire vivre la démocratie, l'art de vivre et d'agir ensemble... c'est la tâche de la gauche, désormais sans illusion sur le PS, qui exerce le pouvoir "tel un mort", selon la forte formule de François Bonnet. Claude Neuschwander appelle à construire un réseau de militants riches de la diversité de leurs engagements et de leurs implantations.

S'indigner,dire non, résister dans la durée face à des adversaires puissants, faire vivre la démocratie, l'art de vivre et d'agir ensemble... c'est la tâche de la gauche, désormais sans illusion sur le PS, qui exerce le pouvoir "tel un mort", selon la forte formule de François Bonnet. Claude Neuschwander appelle à construire un réseau de militants riches de la diversité de leurs engagements et de leurs implantations.

Un projet de résistance durable

C’est ce qu’il développe dans son livre, « La Gauche sans le PS ? », qui vient de paraître, en version papier et en version numérique aux éditions Le Publieur. Isabelle Neuschwander l’annonce dans son billet du 25 octobre 2014.

Claude Neuschwander a formé son projet lors de conversations avec Stéphane Hessel, à la mémoire duquel il dédie chaleureusement son essai.

L’ultralibéralisme et le totalitarisme ravagent le monde, d’autant plus dévastateurs s’ils s’associent. « C'est essentiellement pour conjurer ce péril et organiser la riposte nécessaire que cet essai a été écrit. L'objectif visé est d'aider à remettre la démocratie vraie au cœur du dispositif politique existant et de servir la gauche, idée qui reste transcendante malgré l'échec désormais patent du parti socialiste. »

 Il appartient aux citoyens indignés de réinventer le militantisme. Il s’agit de mettre en place un réseau social de militants, présents dans la vie quotidienne des communes et des quartiers, élaborant et coordonnant leurs propositions et leurs actions de manière décentralisée. Animer des réunions de proximité, recueillir les préoccupations et les opinions des habitants, décrypter avec ceux-ci les mensonges de la propagande et diffuser une information valide : à partir du débat avec les citoyens, le réseau devra mettre au point des propositions au niveau local, régional, national, européen et mobiliser l’opinion publique.

 « Peuvent faire partie du Réseau tous les citoyens qui souhaitent en devenir les militants. Il ne sera demandé aucune appartenance politique à un parti ou à un groupement politique spécifié. La seule condition posée sera la reconnaissance de la Démocratie et l'importance de la République, c'est à dire l'appartenance à ce qu'il est convenu d'appeler la Gauche au sens large. (...) 

Sont ainsi ciblés comme des militants potentiels, les indignés par les différentes atteintes à la démocratie, les atteintes aux droits de l'homme, le développement des inégalités, les manques de protection de l'environnement, la spéculation, les injustices en matière fiscale… mais aussi les militants déjà engagés dans les associations de quartier, les associations de parents d'élèves, les associations sportives, les grandes associations à caractère social, les mutuelles de toutes natures, les coopératives, les Scop, les mouvements caritatifs, religieux ou pas. » 

Claude Neuschwander énonce  des « embryons de propositions » dans une Charte des priorités reconnues. Il les soumet au débat et aux amendements des premiers membres du futur réseau, pour aboutir au Pacte de base de celui-ci. Il se réclame d’une démarche réformiste et préconise l’économie sociale de marché.  « Nos limites sont le respect de la Démocratie et donc la défense de la République, le refus des inégalités, ou des abus, inacceptables, la construction d'une société respectueuse des hommes, du vivre ensemble, de la préservation de la nature et de la planète Terre. »

Un projet inspiré par des exemples de haut vol

 Lors de sa quatrième Rencontre avec Médiapart,  à Montluel, en juillet 2013, CAMédia a proposé de réfléchir au thème « Réinventer la démocratie dans les luttes et les institutions ». Nous avons organisé le dialogue inspirant et prometteur entre lutteurs expérimentés, ainsi que le relate le billet de Michèle Beaupied, « Souder les portes ouvertes ».

Charles Piaget , Edouard Martin, Olivier Leberquier, Montluel 2013 © Denis Lafontaine Charles Piaget , Edouard Martin, Olivier Leberquier, Montluel 2013 © Denis Lafontaine

Le samedi soir,  inoubliable, nous avons vu le beau film de Christian Rouaud « Lip, l’imagination au pouvoir ». PuisClaude Neuschwander et Charles Piaget, deux acteurs majeurs du combat des Lip, ont réveillé le courage de tous, lors de leur très émouvante conversation.

Ceux qui ont partagé cette réflexion peuvent être d’autant plus sensibles au premier chapitre que Claude Neuschwander consacre à « l’histoire de militants exemplaires ». Il y fait une belle place à l’histoire des Lip – de même qu’à celle du Larzac et à celle de Florange. Loin de la nostalgie, il rappelle que « les règles de base de ces luttes autogérées (...) restent parfaitement valables aujourd'hui, adaptées à la réalité présente, pour conduire les combats qui s'imposent, même dans des contextes radicalement différents. »

Il cite longuement Charles Piaget qui développe six règles ayant assuré la cohésion d’ensemble des Lip et leur capacité à populariser leur conflit. Chacune d’elle, dont je reprends seulement l’intitulé, fait l’objet d’un développement dans le chapitre :

- Le refus de la fatalité

- La longue quête du consensus intérieur

- Toute lutte doit s'ouvrir sur l'extérieur

- Libérer la parole et l'imagination

- Toute lutte un peu longue doit être un lieu de vie, de formation et d'émancipation accélérée

- Les solidarités autour d'une lutte.

Il précise : "Aujourd'hui, il faut ajouter le besoin d'un projet de société du 21ème siècle. Il n'y a plus d'utopie, le vide concernant une autre société possible profite au libéralisme économique. Ce projet peut être élaboré par tous les citoyens en résistance…Aujourd'hui, nous avons besoin d'une société capable de construire du "vivre ensemble" durable et pacifié." »

Claude Neuschwander, Charles Piaget, Montluel 2013 © Denis Lafontaine Claude Neuschwander, Charles Piaget, Montluel 2013 © Denis Lafontaine

 Le projet de Claude Neuschwander s’inscrit dans les convergences démocratiques en cours de constitution. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.