Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Carnets d'Europe

Suivi par 36 abonnés

Billet de blog 2 avr. 2019

Sport spectacle : le miroir aux alouettes africaines

Arrêt Bosman. Arrêt Malaja. Deux décisions qui ont bouleversé le sport professionnel. Favorisé la composition d'équipes cosmopolites. Fait monter les enchères. Deux arrêts qui ont aussi contribué à revaloriser l'image de l'Africain, de "l'autre", de l'immigré qui cherche à vivre dans la dignité et l’honneur… Et à faire de l'Europe, notamment grâce au football, un miroir aux alouettes.

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les mains de Dimitar Berbatov, à droite, tenant un ballon de football avec l'emblème européen, offert par la DG "Aide humanitaire et protection civile (ECHO)" de la CE © Lieven Creemers - Source: EC - Service audiovisuel. Union européenne, 2015.

Grâce aux arrêts Bosman et Malaja, l'ouverture des frontières européennes est devenue une réalité pour le monde sportif. Tout le monde ne s'en plaint pas... loin de là ! 

« Exil » de nos joueurs talentueux... Faut-il pleurer ou s’en réjouir ? 

Personne ne conteste les avantages que l'équipe de France retire de nos sportifs « exilés ».
Notre concitoyen Zinédine Zidane, « l'enfant de la cité Castellane », n’a jamais joué à l’Olympique de Marseille mais il fait les beaux jours du prestigieux club du Real de Madrid… Hier comme joueur et meneur de jeu exceptionnel ; aujourd’hui comme entraîneur à la valeur reconnue. Ses expériences européennes dans la compétition internationale et pour les coupes du monde, comme celles de ses coéquipiers renforcent le prestige de notre pays.
Les retombées sur l'économie française des victoire de l'équipe de France de football sont loin d'être négligeables. Tout chef d'entreprise vous le confirmera. Preuve que nos dieux des pelouses ne sont pas… d’aucuns diraient « pas seulement ? » des «milliardaires en culottes courtes » qui échapperaient au fisc français pour quelques saisons.
Ils actionnent une corne d'abondance dont bénéficient des chaînes de télévision, le commerce sous toutes ses formes, les clubs, les collectivités territoriales, l'État.
La fièvre footballistique a d'importants retombées économiques. Dans tous les pays, le foot soulève les mêmes passions, les mêmes liesses.
Comme nous le fait observer Maître Michel Pautot, l’avocat des sportifs de haut niveau, responsable de l’arrêt qui porte le nom de sa cliente, la basketteuse polonaise Lilia Malaja, «  depuis des lustres, les Etats n'hésitent pas à naturaliser à la va-vite des sportifs susceptibles de leur apporter des médailles ou des coupes (Ndr : ils boostent aussi l'image d'une ville, d'un pays... et n'oublions pas les retombées économiques !). Dans tous les sports, les clubs font appel à des joueurs étrangers avec des résultats parfois spectaculaires : Liverpool FC a remporté la finale de la Champions League face au Milan AC avec seulement… deux joueurs nationaux ! 
Des clubs anglais et italien ont débuté des matches avec une équipe composée de 100% de joueurs étrangers : Chelsea FC, Arsenal, l’Inter Milan et le PSG également…. L’Inter Milan, vainqueur en 2010 de la Champions League a remporté la finale avec 92,85% de joueurs étrangers et le seul joueur italien est entré sur le terrain à une minute de la fin ! C’est pourquoi nous avons décidé de mesurer annuellement les flux migratoires avec l’étude Legisport, Sport et Nationalités ».


Le sport est un spectacle... mais est-il un spectacle comme un autre ? 

Quand on est un joueur africain talentueux, facile ou pas facile de franchir le mur de la forteresse Europe ?
Un footballeur sénégalais peut-il se produire sur une pelouse française avec la même facilité qu’un dresseur serbe qui fait courir sur un plateau télé des petits chiens blancs portant faux col ? Que des sœurs siamoises qui font des ronds de leurs corps sur la piste du cirque Pinder ?
On parle de déclin du nationalisme sportif. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? Qui est responsable ? Le jeune Africain qui rêve d'un monde meilleur et d'une parcelle de gloire ? Où les dirigeants des grands clubs européens qui s'affirment sur la scène internationale en recrutant abondamment des joueurs étrangers et font monter les enchères ? 
En Afrique, la réussite du sportif est la preuve que le rêve peut devenir réalité. Pas forcément réservée aux seuls professionnels du ballon rond mais pour tous ceux, et ils sont légions, qui sont prêts à se confronter à mille périls, à risquer leur vie, pour réaliser leurs aspirations au bonheur.

Pour les « autres » : l'enfer

En Afrique bien souvent, les footballeurs sont recrutés sur place. Ils arrivent en Europe : tapis rouge et champagne à la signature du contrat. Les « autres », tous aussi sportifs que les premiers, à leur manière, mais qui ne font pas le spectacle qu'on attend d'eux, sont refoulés sans ménagement.
Les «autres » sont aussi les Africains qui tentent de venir chez nous par leurs propres moyens, traversant le désert, subissant les vols et les coups des passeurs... Ils sont les cibles qui enjambent les grillages des enclaves de Mélila ou Ceuta au Maroc.
Le rouge est la couleur de leur sang accroché aux barbelés... Pas d'un tapis d'honneur. Ils sont les cadavres desséchés au bord des pistes dans le désert saharien ou les cadavres gonflés d'eau le long de nos beaux rivages d'Espagne, de Grèce et d'Italie. Trente mille morts, au bas mot... La Méditerranée est un épouvantable cimetière. Des scènes éprouvantes pour les sauveteurs  : des cadavres boulottés, pas toujours par les poissons... «  des enfants en voie de décomposition dans les cales... une jeune dame encore vivante pesant à peine 30 kilos sous les corps en décomposition de ses compagnons de voyage... »* 
Ces « autres », ce sont aussi des rescapés à qui l'on dénie toute dignité, voire des droits, dans les centres de rétention « du pays des droits de l'homme.» Et que les autorités renvoient au pays. 
Pour la Cimade, une association créée en 1939 pour venir en aide aux « évacués » de l’Alsace-Lorraine fuyant l’avancée nazie : « Aujourd'hui, la politique migratoire est menée au détriment des droits fondamentaux des personnes étrangères.»
« The show must go home.» Et le spectacle continue...

*« L'Immigration clandestine : un casse-tête sans fin en Italie » par  Jean-Baptiste Sourou RFI.

Sur  le site de LEGISPORT: « Sport et Nationalités ».

Sur le site du parlement européen : Des visas humanitaires pour éviter la mort de réfugiés et mieux gérer leurs flux ( proposition législative).
La Cimade : Rapport 2017 sur les centres et locaux de rétention administrative.

Assemblée Nationale : rapport d'information sur la situation migratoire en Europe. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo