L'ancien président Valéry Giscard d'Estaing a rejoint les étoiles

Il a incarné la modernité post 68, la fraîcheur et l'ouverture, les réformes. Né en 1926 à Coblence (Allemagne), décédé le le 2 décembre 2020 à Authon (Val de Loire) du coronavirus, Valéry Giscard d'Estaing a relancé de manière inlassable la construction européenne.

Valéry Giscard d'Estaing © Co-opérateurs:  Photographe: Jan van de Vel  Communautés européennes, 2002  Source: EC - Service audiovisuel Valéry Giscard d'Estaing © Co-opérateurs: Photographe: Jan van de Vel Communautés européennes, 2002 Source: EC - Service audiovisuel

Ministre des Finances et des Affaires économiques dans le gouvernement Debré, puis dans celui de Pompidou, VGE (Valéry Giscard d'Estaing) a été président de la République de 1974 à 1981. Il laisse aussi le souvenir d'un grand Européen.

Son septennat a débuté avec l'échec consommé de la politique de modernisation de type soviétique et d'industrialisation du général de Gaulle. VGE avait déboulonné la statue du commandeur à l'occasion du référendum sur la "régionalisation" (1969).

Entretien entre Valéry Giscard d'Estaing, président de la République française, à gauche, et Helmut Schmidt, chancelier fédéral allemand © Co-opérateurs:  Photographe: Christian Lambiotte  Communautés européennes, 1975  Source: EC - Service audiovisuel Entretien entre Valéry Giscard d'Estaing, président de la République française, à gauche, et Helmut Schmidt, chancelier fédéral allemand © Co-opérateurs: Photographe: Christian Lambiotte Communautés européennes, 1975 Source: EC - Service audiovisuel
Sa présidence a été confrontée u aux exigences du cartel de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), aux augmentations spectaculaires et déstabilisatrices des prix du pétrole, déclenchées en sous-main par les États-Unis pour diluer dans l'or noir l'inflation mondiale dont ils étaient responsables. Et rendre rentable l'exploitation des champs de pétrole non conventionnels situés sur leur territoire. Afin de soutenir l'activité économique et maintenir leur standard de vie dispendieux, peu économe des ressources de la planète, catastrophique pour l'environnement.
Doté d'une rare capacité d'analyse et de synthèse, d'une exigence intransigeante (elle lui jouera un mauvais tour lors de l'affaire des diamants de Bokassa), le président Valéry Giscard d'Estaing a relancé la construction européenne avec son grand ami, Helmut Schmidt.
C'est tout naturellement vers lui que les Européens se tourneront pour présider la Convention sur l'avenir de l'Europe

Respectueux de l'indépendance de la presse, ennemi de la censure, son septennat a été marqué par de très importantes réformes de société

VGE a toujours respecté l'indépendance de la presse et n'a jamais exercé de censure*. Il a mis fin aux écoutes téléphoniques. Donné plus de pouvoirs au Parlement.
En matière urbaine, il a incité le gouvernement à pratiquer une politique respectueuse de l'environnement et favorable à la création d'espaces verts.
Sur les sujets de société, ses réformes étaient en adéquation avec l'évolution des mœurs et des réalités sociales : divorce par consentement mutuel ; dépénalisation de l’avortement ; intégration des handicapés à la société ; abaissement de la majorité de 21 ans à 18 ans ; reconnaissance de la raison économique pour le licenciement, ouvrant ainsi le droit à l'indemnisation du travailleur...
La montée dramatique du chômage (indemnisé sous son septennat à 90% sur une période qui fait rêver aujourd'hui) a laissé un mauvais souvenir à une génération habituée jusqu'au premier choc pétrolier à démissionner le soir et retrouver un travail le lendemain... 
Les revendications syndicales aveugles, des adversaires politiques avides de pouvoir, peu respectueux de leurs engagements, irresponsables, ont saboté la présidence d'un des plus jeunes dirigeants de l'Histoire de France.
Il laisse le souvenir d'un homme quelques fois "décalé" mais d'une intelligence exceptionnelle, avec de l'humour, facétieux, aimant les Français et voulant s'en faire aimer, aimant la France et l'Europe... et les jeunes femmes - Oh ! Lady Di !

* Pas de livre, ni de journal, ni de film censuré. Au contraire ! Le seul film pour lequel certains parlent de censure est une commande, un documentaire tourné à sa demande, dont il a fait reporter la diffusion ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.