Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Carnets d'Europe

Suivi par 32 abonnés

Billet de blog 4 juin 2019

Strasbourg, symbole de l’Union européenne... ou de la dislocation du rêve européen ?

Cheffe de la CDU en pole position pour succéder à la chancelière Angela Merkel, Annegret Kramp Karrenbaue, dit AKK, prend à contre-pied les traités qui fixent depuis plus de 25 ans le siège du Parlement européen à Strasbourg. Elle déclare vouloir en finir avec cet « anachronisme »… Petit rappel de l’histoire par Monique Beltrame, présidente du CEM - Comité Européen Marseille*.

Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parlement Européen de Strasbourg © Philippe LEGER


« En 1952, soit un an après le Traité de Paris, les Pères Fondateurs de l’Europe créent à Strasbourg l’Assemblée Commune de la première Communauté du Charbon et de l’Acier, la CECA, à la suite à la proposition française de fonder une communauté de destin avec l’Allemagne vaincue pour délivrer l’Europe de la fatalité des guerres.
Le Parlement européen, la plus grande et la seule assemblée transnationale, multilingue, élue au suffrage universel au monde, est l’héritière directe de cette Assemblée Commune.

Pour AKK, la réconciliation franco-allemande appartiendrait-elle au passé ?

Le choix de Strasbourg fut unanimement reconnu comme symbole de cette nouvelle espérance. Ce fut subrepticement que Bruxelles fit construire, sous la pression des Britanniques, un complexe de congrès pour des « sessions additionnelles » à Bruxelles. Les commissions parlementaires où se réunissent les députés pour tisser une Europe des citoyens, prirent l’habitude d’y siéger. 

Après avoir renvoyé vertement la proposition d’Emmanuel Macron de renforcer l’intégration de la zone €uro, Madame AKK, semble ignorer l’histoire. Le traité d’Amsterdam (1997) confirme officiellement la localisation du Parlement européen à Strasbourg.

Pour comprendre le sens de cette décision, encore faut-il se souvenir que Strasbourg fut arraché à la France en 1871 après l’invasion prussienne pour forger « par le fer et le sang », selon l’expression de Bismarck, l’unité allemande. Dans un dessein d’humilier la France, le Roi de Prusse se fait proclamer, Guillaume 1er- Empereur d’Allemagne, le 18 janvier 1871 dans la galerie des Glaces de Versailles.  La douleur des Lorrains et des Alsaciens jointe à la blessure des Français dans une France tronquée, explique l’élan sacrificiel de tout un peuple prêt à mourir sur place lorsque les armées du Kaiser Guillaume II envahirent en 1914 à nouveau le pays, transformant ses plus belles terres à blé en champs de batailles, ses clochers en ruines et ses usines en fumée. Ce fut la première guerre mondiale, le suicide de l’Europe qui conduisit à la seconde guerre mondiale.

 Sans l’élan de générosité, de courage et de foi en l‘humanité de la Déclaration du 9 mai, l’Union Européenne n’aurait pas vu le jour. Aujourd’hui le risque est grand de voir l’Europe subir le sort de ce que l’on nomme avec nostalgie la belle époque d’avant la guerre de 14 ou encore de comparer l’Union européenne au destin du siècle de Périclès (5ème siècle av J.C) où plongent les racines culturelles et démocratiques de l’Europe mais qui finit par se noyer dans le chaos de l’histoire à la suite des rapports conflictuels avec Sparte. 

Le site du Parlement européen, préoccupation de Mme AKK, engendre peut-être des frais de déplacement. Mais que fait alors le Secrétariat du Parlement européen à Luxembourg ?  La Commission européenne, détentrice de l’intérêt supranational, est-elle bien à sa place à Bruxelles ? La capitale belge, qui jouit du titre de capitale européenne, a été contrainte d’accepter la duplication de toutes ses institutions nationales parce que les Flamands rejettent leurs compatriotes Wallons. Triste compromis ! 

Veut-on vraiment faire voler en éclats le continent ? Les vieux démons de l’histoire rodent toujours. A l’heure où une sorte d’internationale nationaliste déferle sur l’Europe, le moment est mal choisi pour Berlin de s’éloigner de Paris. »

  Monique BELTRAME - Présidente du Comité Européen Marseille - 18 mai 2019
NB : À peine élu à la tête de la commission européenne (16 juillet), la présidente Ursula von der Leyen a réaffirmé avec force que "Strasbourg est et resterait le siège du Parlement Européen". (Ph L)

* Texte : Monique Beltrame.
Titre, chapeau et intertitre : Philippe Léger.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé