Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Carnets d'Europe

Suivi par 36 abonnés

Billet de blog 10 mai 2019

La journée de l'Europe du 9 mai fêtée dans la métropole Aix-Marseille Provence

La fête prend de l'ampleur depuis quelques années au sein de la métropole provençale et concerne désormais trois villes : Aix, Marseille et La Ciotat. Avec des événements qui s’étalent, année après année, sur une plus grande partie du mois de mai, la journée de l’Europe du 9 mai prend en Provence des allures de 14 juillet tahitien.

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La fête de l’Europe du 9 mai n’est pas un événement politique (ndr : plus exactement, elle ne ressort pas de la politique "politicienne"). C’est une manifestation civique et culturelle qui nous concerne tous. »  Faisant chorus aux propos d’Alain Merger, fondateur de la Maison de l'Europe de Provence, Ralf Makrutzki de la direction de l’ONG Eurocircle, la grande association européenne de Marseille, rappelle que  la Journée de l’Europe coïncide avec l'anniversaire de la Déclaration Schuman. « Le 9 mai 1950, la déclaration du ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, a initié la construction européenne. Le rendez-vous annuel auquel nous convie cet acte fondateur, illustre avant tout la volonté de construire un espace de paix durable entre tous les habitants du Vieux Continent. »

Les danseurs et danseuses de Roumanie ont été vivement applaudis dans la cité du bon Roy René. © Philippe Léger


Cette année, sur la proposition du Comité Européen Marseille que préside Monique Beltrame, le théâtre de la Phalange du Lacydon (Marseille ) a donné le 3 mai les trois coups avec « Nous le Peuple Européen », une pièce interprétée par la Compagnie de théâtre « Tyr et Sidon », d’après le texte de Catherine Guibourg mis en scène par Anisse El Kenze.
Le festival d’Avignon constituera le point d’orgue de la tournée de la Compagnie Tyr Sidon dans la région Sud-Est. Des représentations de « Nous le Peuple européen » seront données du jeudi 4 au mardi 23 juillet. Il est prudent de réserver.
La commémoration de la Déclaration Schuman du 9 mai 1950 s’est poursuivie à Aix-en-Provence le jeudi 9 mai avec le bureau du Parlement européen à Marseille aux côtés de la Maison de l'Europe de Provence et de 26 autres associations européennes*.
Le prestigieux centre de la cité du bon Roy René était pavoisée aux couleurs de l’Europe. Entre le Cloître Saint Sauveur, qui date du Moyen Âge, et face à l’entrée de la cour de l'Ancien Archevêché, un fleuron du patrimoine aixois, puis devant la cathédrale rue Gaston de Saporta, le public aixois s’est laissé envoûter par les chants enjoués et les danses virevoltantes proposés par l’association « Amitié Franco-Roumaine », et gréco-chypriotes grâce à « Amitié France-Chypre ».
Sur le podium, la chorale transnational des Negrels a séduit par ses plus beaux chants.
La Noria, l’association culturelle franco-hispanique d’Aix, a donné une touche latine à la programmation artistique qui a fait pendant aux animations présentées à deux pas de là par le Club Franco-Allemand de Provence - 19 rue de Cancel.

Chant et danse de Roumanie © Ph Léger

Toute la journée, place des Martyrs de la Résistance et rue Gaston de Saporta, les bénévoles des associations européennes ont renseigné de manière inlassable les citoyens sur les nombreuses possibilités d’activités offertes dans le cadre européen et international.
La journée de l’Europe à Aix s’est achevée à l’Hôtel de Ville avec un grand débat public animé par 3 personnalités, comme le veut une tradition bien ancrée. Le Professeur Jean Vergès, qui préside le Mouvement Européen Provence, a représenté le monde universitaire ; Frédéric Régis, Président du GEPA - Groupement des Entrepreneurs Provence Aix, le monde économique. Une troisième personnalité a représenté le monde culturel.
Demain samedi 11 mai, ce sera autour d’Eurocircle de rentrer dans la danse… La fête de l’Europe sera célébrée au parc urbain sportif, 461-559 avenue Guillaume Dulac à La Ciotat.  <>

L'éthique... Pas seulement l'étiquette ! © Philippe Léger
Stand du Parlement Européens des Jeunes.
La Pologne vous invite ! © Philippe Léger
Pour vivre et travailler en Europe, autant connaître l'association Concordia... Elle vient d'Italie et lui, d'Arménie. L'Europe, c'est aussi leur gentillesse et leur sourire.
Viva Espana !
Au centre Jean-Philippe Bianco, président de l'Association des Piémontais du Pays d'Aix.
Comme à l'accoutumée, nos amis du Mouvement Européen Provence ont répondu présent.

Quand des pères creusaient leur propre tombe avant de partir à la guerre

D’un bout à l’autre du monde, sur tout le continent européen mais aussi dans les régions ultrapériphériques de l'Union européenne… dans l'océan Atlantique, en Amérique du Sud et dans l'océan Indien, on commémore par des milliers d’événements joyeux et festifs la Déclaration Schuman du 9 mai 1950. Elle a donné le coup d’envoi à la construction européenne… et à la Paix entre Européens. Une idée révolutionnaire qui a changé le destin de millions d’hommes, contraints jusqu’au milieu du 20e siècle, à chaque génération, de partir à la guerre et de s’entretuer.
Comme l’a rappelé en 2012 Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, lors de la remise du prix Nobel de la Paix à l’Union européenne : « la guerre est aussi ancienne que l’Europe. Notre continent porte les stigmates des lances et des fers, des canons et des fusils, des tranchées et des chars. Étant né en Belgique juste après la guerre, j’ai entendu ces récits, de la bouche de ceux qui les ont vécus, lorsque j’étais enfant. Ma grand-mère me parlait de la Grande guerre. En 1940, mon père, alors âgé de dix-sept ans, a dû creuser sa propre tombe. il en a réchappé, sans quoi je ne serais pas là aujourd’hui. Après que deux guerres terribles se sont abattues sur le continent et sur le reste du monde, ... une paix durable s’est enfin installée en Europe. »
Au début de la seconde moitié du 20e siècle, la réconciliation des frères ennemis autour d’un projet de coopération économique a lancé une dynamique européenne, toujours en cours aujourd’hui avec le traité de Lisbonne. Celle d’une « union sans cesse plus étroite entre les peuples de l'Europe, dans laquelle les décisions sont prises dans le plus grand respect possible du principe d'ouverture et le plus près possible des citoyens… Une Union fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'État de droit, ainsi que de respect des droits de l'homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Des valeurs communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l'égalité entre les femmes et les hommes. »
Toutes choses qui méritent d’être défendues, notamment à l’occasion du renouvellement des sièges du Parlement européen le 26 mai prochain.
L’Union européenne n’est pas seulement celle des États, elle est aussi celle des peuples… c’est à dire, on a trop tendance à l’oublier, celle des citoyens. Chaque année, l'événement du 9 mai, qui commémore la Déclaration Schuman, est là pour le rappeler  Philippe LEGER

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier