Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Carnets d'Europe

Suivi par 36 abonnés

Billet de blog 10 déc. 2021

Europe : feu vert pour la coalition tricolore - Par Monique Beltrame*

Les dernières élections législatives ont accouché en Allemagne d’une coalition surprenante. Elle unit les Sociaux-démocrates (rouge), les Libéraux (jaune) et les Écologistes (vert). Des objectifs intrépides, un esprit européen de renouveau, en faveur de plus d’intégration, cimentent le gouvernement tricolore du nouveau chancelier Olaf Scholz (SPD).

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Layen et le futur chancelier de la RFA, Olaf Scholz. Le 18 novembre 2021, Ursula von der Leyen s'est rendue à Berlin, où elle a rencontré Olaf Scholz, alors vice-chancelier fédéral allemand et ministre fédéral des Finances, et a assisté à la cérémonie de remise du prix Henry A. Kissinger, décerné à James N. Mattis, ancien secrétaire américain à la Défense. © Coopérateurs : Photographe : Steffi Loos Union européenne, 2021 Copyright Source : CE - Service Audiovisuel.


Le 26 septembre, les sociaux-démocrates, ont légèrement devancé, avec 25,7% des voix, le parti traditionnel CDU-CSU de l’ex-Chancelière Angela Merkel avec 24,1%... un effondrement, comparé à son niveau le plus bas de 30%.
Dans le système parlementaire allemand, ce n’est pas le parti qui arrive en tête qui prend le pouvoir. Il faut trouver une majorité avec d’autres partenaires et s’entendre sur un contrat de gouvernement.
Après deux mois de tractations et de réflexion, un nouveau contrat a été signé le 24 novembre par une coalition surprenante. Elle unit dans un même élan les Sociaux-démocrates (rouge), les Libéraux (jaune) et les Écologistes (vert). Comment une telle entente est-elle possible ?

SPD : Dans la continuité du plan de relance franco-allemand

Olaf Scholz (SPD), le nouveau chancelier, s’inscrit en fait dans la continuité de l’effort fourni pendant la pandémie pour sauver l’Europe de l’effondrement : le Plan de relance proposé par le « couple » franco-allemand lors de la présidence allemande du Conseil européen le 21 juillet 2019.
Le Ministre des Finances d’alors qui rassura l’ex Chancelière allemande dans cette décision historique, est aujourd’hui le neuvième Chancelier de la République fédérale d’Allemagne. Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne, donnera le nom de NextGeneration.eu à ce Plan qui doit construire et assurer l’avenir.

Les Verts : « Osez plus de progrès ! »

Prenant résolument ce virage ce nouveau contrat porte le nom prometteur de « Oser plus de progrès ». Dans le souci d’orienter le développement économique vers une nouvelle politique en accord avec le changement climatique, il n’est pas surprenant que les Verts se trouve à la tête d’un super ministère de l’Économie et du Climat, confié à Robert Habeck, co-président des Verts et Vice-Chancelier.
C’est certainement avec l’orientation politique de la présidente des Verts Annalena Baerbock, première femme Ministre des affaires étrangères et la plus jeune de l’équipe, que l’on peut mesurer le degré de maturité des écologistes allemands. Elle part du principe que lutter contre le changement climatique implique d’être en capacité de se faire respecter sur la scène internationale. C’est alors que le mot souveraineté « Souveränität », fait son apparition sans complexe dans la langue diplomatique allemande pour assurer à l’Europe une politique européenne indépendante des grands blocs.

Boussole stratégique : l’accord gouvernemental est en faveur de la création d’un ministère des Affaires étrangères de l’UE et mise sur un « partenariat franco-allemand fort »

Un des dossiers majeurs de la présidence française pourrait ainsi avancer : l’adoption de la “boussole stratégique” de l’UE. Un agenda doit fixer le cap de la politique européenne de sécurité et de défense dans les années à venir et pourrait aboutir au Sommet de la défense européenne”, prévu en mars à Toulouse.
Dans cette logique, l’accord gouvernemental tripartite évoque la nécessité d’un ministère des Affaires étrangères de l’UE et met en avant un « partenariat franco-allemand fort ». Ce souhait implique une avancée de l’UE vers un État fédéral européen, selon les principes de subsidiarité et de proportionnalité. La nécessité de modifier les traités s’impose, concernant en particulier la règle de l’unanimité qui paralyse les prises de décision du Conseil Européen.
Le gouvernement tricolore du futur Chancelier Olaf Scholz, social-démocrate, est résolument pro-européen et écologiste. Dans sa volonté de lutter contre le changement climatique il s’engage pour l’augmentation de la production des énergies renouvelables et la sortie du charbon huit ans plus tôt que prévu. Mais à la fois réaliste et soucieux de la faisabilité dans les meilleures conditions, le gouvernement n’exclut pas l’utilisation provisoire du gaz pour l’Allemagne. Enfin, pour ne pas créer de tension avec la France tout en évitant l’opposition des Verts, la question de l’énergie nucléaire n’est pas abordée dans le contrat de gouvernement du Chancelier Scholz.

Un jaune au ministère des Finances

Comment financer un tel programme ? Le choix se porte sur les Libéraux qui obtiennent le ministère des Finances. Il revient à son Président Christian Lindner qui a l’obligation de maintenir le budget en équilibre et gérer la maîtrise des dettes. Pourtant face à la situation sanitaire et les bouleversements liés au changement climatique, la porte reste entrouverte à la négociation sur le Pacte de stabilité et de croissance. On parle d’effort « soutenable ».
La défense des valeurs européennes n’est pas oubliée. La réforme des services numériques pour permettre de mieux réguler les plateformes et intensifier la lutte contre l’appel à la haine et le terrorisme en ligne remportera l’adhésion générale. Mais lorsque la présidence française voudra confirmer le respect de l’État de droit dans les États membres et envisager l’application du mécanisme de conditionnalité du versement des fonds européens, pour l’instant suspendu à une décision de la Cour de justice européenne, la tempête à l’Est du continent ne laisse pas présager un ciel sans nuage.

Le gouvernement allemand souffle un esprit européen de renouveau sur la prochaine présidence française du Conseil
  

Même placée dans une actualité particulièrement agitée, la présidence française si importante dans ses ambitions, aura besoin de l’esprit du nouveau gouvernement allemand, pour s’appuyer sur le socle originel de la construction européenne. Est-ce la réponse au programme souhaité d’Emmanuel Macron à la Sorbonne lors de sa prise de fonction en 2017 et au renouvellement de l’engagement franco-allemand au Traité d’Aix-la-Chapelle du 22 janvier 2019 ? L’histoire prend ici tout son sens et justifie la foi en l’humanité des Pères fondateurs qui lancèrent en 1950, au-delà des atrocités et des folies meurtrières, un projet inouï pour unifier un continent composé d’une myriade de pays que seule la culture éclairait d’un même esprit qu’on appelle civilisation.

* Monique Beltrame,
Présidente du Comité Européen Marseille
(8 décembre 2021)

Sélection photo, titre, chapeau et intertitres : Philippe LEGER

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse