Philippe LEGER
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Carnets d'Europe

Suivi par 38 abonnés

Billet de blog 13 avr. 2019

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Des jeunes des deux rives de la Méditerranée ont planché sur les Droits humains

Le Centre d'Information Europe Direct Provence, basé à Marseille au 47 rue du Coq (1er arr.) a accueilli ce vendredi une quarantaine de jeunes (de 18 à 25 ans) du Maroc, d’Allemagne et de France. On y a dressé le bilan de la première phase de la Rencontre «Nouveaux paysages pour les Droits humains», à Marseille du 7 au 14 avril 2019.

Philippe LEGER
A travaillé comme journaliste. Retraité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des participants des associations Dragon Tanger (Maroc) et Grüner Grashalm (Berlin). © Philippe Léger

« Avec deux partenaires, les associations Dragon Tanger (Maroc) et Grüner Grashalm (Berlin), nous avons organisé cette rencontre trinationale sur les "Nouveaux paysages des Droits humains", explique Sostène, un jeune responsable de l’association marseillaise Hors Pistes, porteuse du projet financé par l’OFAJ - Office Franco-Allemand pour la Jeunesse... Une quarantaine de participants ont planché sur les droits humains et réalisé sur ce thème des cartes postales sonores. Il s’agissait d’interroger le tout-venant grâce à la technique du micro-trottoir, dans le centre-ville de Marseille :  marché de Noailles, Canebière, Réformés, place Castellane… » 
Sans a priori, sans ciblage, « au hasard des rencontres », les participants ont réalisé 4 documents audio auprès d’un public rencontré dans la rue. À partir de questions ouvertes, portant sur « le travail, les frontières, les droits de la femme, l’identité... [L’enjeu était de donner un aperçu spontané et fidèle, des réponses données par des habitants de Marseille sur les Droits humains.]»
Hors Pistes propose des activités basées sur la méthodologie de l’éducation populaire. « [La possibilité est donnée à chaque participant de développer son apprentissage interculturel , c’est à dire d’acquérir ou de renforcer ses connaissances, ses attitudes ou ses comportements, en interaction avec d’autres cultures.]»
En discutant avec des membres de l’association Grüner Grashalm, nous avons découvert que deux participantes étaient en fait des jeunes femmes originaires du Pays basque d'Espagne, résidant à Berlin. La rencontre n’était donc pas circonscrite à trois nationalités. Elle ne pouvait être que plus intéressante, plus enrichissante sur le plan de l’interaction, même si durant tout l’échange le groupe a travaillé dans trois langues (arabe, allemand, français), aucune compétence linguistique n’étant requise.
Cette rencontre interculturelle entre jeunes venant des deux rives de la Méditerranée était centrée sur la découverte et l’échange autour des Droits humains, à travers des explorations créatives. Ces Droits sont-ils reconnus par tous et partout dans le monde ?  Ont-ils le même sens pour tous et dans tous les pays ? Comment rendre l’éducation aux Droits humains accessible à tous et pour qu'elle impacte notamment sur la vie quotidienne des jeunes ?
«Nouveaux paysages pour les Droits humains» est un projet composé de trois rencontres. Première rencontre à Marseille : réflexion et réalisation de documentaires sonores sur les Droits humains. « Ils seront diffusés sur une radio locale lors d’un événement de restitution » a précisé le représentant de l’association Hors Pistes.... Phases suivantes au Maroc (en juillet) et en Allemagne (en octobre). Avec d’autres outils créatifs comme la bande dessinée et le théâtre, les participants ont la possibilité de participer aux trois phases.
Après leur réunion à Europe Direct, les jeunes de cette rencontre trinationale ont rejoint la place des Réformés pour déjeuner dans un restaurant turc. Encore un échange interculturel !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org