À Marseille, une grande fête fraternelle pour célébrer la journée de l'Europe

L'Europe s'est invitée au cœur de la cité phocéenne, vendredi 9 mai de 14 h à 20 h, Place Villeneuve de Bargemon. Au pied de l'Hôtel de Ville, des centaines de Marseillais et de nombreux touristes ont célébré la journée de l'Europe (1) dans une ambiance festive où se mêlaient toutes les générations, le plus harmonieusement du monde, avec des concerts, performances, jeux, ateliers. Et des spectacles hauts en couleurs.

L'Europe s'est invitée au cœur de la cité phocéenne, vendredi 9 mai de 14 h à 20 h, Place Villeneuve de Bargemon. Au pied de l'Hôtel de Ville, des centaines de Marseillais et de nombreux touristes ont célébré la journée de l'Europe (1) dans une ambiance festive où se mêlaient toutes les générations, le plus harmonieusement du monde, avec des concerts, performances, jeux, ateliers. Et des spectacles hauts en couleurs.

 Les organisateurs avait clairement affiché leur ambition : « Pour Le 9 mai, ouvrons en grand une fenêtre sur l’Europe ! » Elle s'est ouverte sur un ciel bleu et lumineux et des airs enivrants d’Italie méridionale interprétés par le groupe « Vento del Sud », juste après le traditionnel laïus d'accueil prononcé par Martine Vassal, Adjointe au Maire­­­, chargée des Relations internationales et européennes­.
Ce n'était qu'un prélude… 
Tout de suite après, nous avons assisté à un défilé de mode. Les cheveux blonds se mêlaient aux cheveux blancs, noirs et de toutes le couleurs. La mixité sociale et intergénérationnelle était totale. La présentation des modèles était sans chichi, jeunes et seniors ne marchaient pas comme des automates mannequinés mais normalement. Leur élégance, celle du cœur, allait de pair avec les vêtements confectionnés par de jeunes talents locaux et des jeunes professionnels venus d'Allemagne et d'Italie dans le cadre d'un programme européen d'échange.
 

journee_de_lEurope_2014.png

L'Europe étant la diversité-même, le hip-hop, survitaminé, des jeunes de l'Addap 13 a suivi, enflammant la place Bargemon. Le groupe « Anima Graeca » lui a succédé et incarné l'âme grecque avec son « duo de piano, chant et guitare de musiques grecques et méditerranéennes ».
À sa suite, les cousins ibériques de l'Association Centre Culturel Andalou de Marseille ont présenté un spectacle plein de fougue, mêlant flamenco, danses sévillanes et musique d'Andalousie.
Un violon, un accordéon et une mandoline hongroise pour le plaisir de l’ouïe et voici le public cosmopolite de la place Bargemon sous le charme du Trio Palinka, venu tout droit de Hongrie.
Le programme musical de la place Bargemon s'est achevé avec le quintet marseillais Kabbalah, « un melting-pot de 5 musiciens, 15 instruments, 3 langues où s’entrechoquaient rock, jazz, pop, musique orientale et hip-hop. Un son terriblement actuel et un yiddish plus vivant que jamais ! »
 

 

 

 

 

 

 

 




 


UrbanProd en action

Les jardins de l'Europe
Toute l'après-midi, le public a pu déambuler à son rythme dans le « Jardin de l'Europe », au milieu des stands des associations : Comité Européen Marseille, Institut Culturel Italien, les Jeunes Euroépens du Mouvement Européen - France, Maison de l'Europe en Provence... une association qui n'a pas attendu Aix-Marseille Métropole pour proposer une "alliance provençale" !

Maison_de_lEurope_en_Provence.JPG
La Maison de l'Europe en Provence était de la fête. À gauche, René Lippi (vice-président, responsable du secteur scolaire et universitaire)

Pistes Solidaires, Itinéraire International, Noria – Développements Partages (Noria DP), Centre Culturel Andalou, Cercle Catalan, Centre Galicien, Association valse latino.
Le Parlement Européen, la Représentation de la Commission européenne, avaient pris leurs quartiers dans l'Espace d’échanges et d’informations sur l’Europe - mobilité jeunesse, aux côtés de l'association France Estonie présentée par l'Ambassade d'Estonie, du Consulat honoraire de la République Tchèque à Marseille et du CRIJPA - Centre Régional Information Jeunesse Provence.

Amaury.png
Amaury (Bureau d'Information Parlement Européen). Incollable !
 
Grâce au « speak dating » limité à 1 mn 30 pour chaque candidat, avec la participation du British Council, du Goethe Institut, des Consulats d'Estonie, d'Angleterre, d'Allemagne, de Hongrie, de Grèce, de Bulgarie... vous n'aviez que l'embarras du choix à condition de parler la langue du pays, des jeux vous permettaient remporter des nombreux prix. 
Au stand du Parlement européen, les visiteurs n'étaient pas limités dans le temps et pouvaient poser toutes les questions de leurs choix. Actualité oblige, on a focalisé sur les élections du 25 mai prochain. Amaury, un jeune stagiaire, s'est montré incollable (nous l'avons testé!)

Pointus marseillais et bus londonien
Avec des traversées de 20 minutes sur le Vieux Port, l'Europe vous menait en bateau... ! Vous embarquiez sur des pointus marseillais de l'association Bout'de mer Marseille pour des navigations interculturelles avec de jeunes capitaines européens, représentants de 6 nations (Allemagne, Italie, Grèce, Tunisie, Maroc, Arménie), autant d'ambiances pour vous familiariser avec leurs cultures.

fete_de_lEurope_VP.png

Stationné sous les fenêtres de l'Hôtel de Ville, un bus anglais à deux étages accueillait un concours photo sur le thème « le symbole européen de la journée » organisé par UrbanProd. Ce multimédia de proximité propose de nombreuses actions basées sur le multimédia et la vidéo. Les jeunes y trouvent l'opportunité d'une ouverture culturelle, sociale et citoyenne.

Bus_Londonien.png

Bibliothèque humaine de la mobilité, Ateliers de recyclage et de fabrication de bombes... végétales
L'association Une Terre Culturelle vous invitait à « lire » autrement. Une rencontre avec une librairie vivante ! Des personnes qui faisaient le récit de leur expériences de mobilité en Europe. Avec l'opération Trash(M)ed, vous appreniez les bons gestes, ceux dispensés par les Ateliers euro-méditerranéens de recyclage créatif et de gestes éco-citoyens (Algérie, France, Italie, Tunisie). Encore l'occasion d'échanges interculturels.

fete_de_lEurope.png

Pistes Solidaires Méditerranée proposaient plusieurs ateliers : Eco-citoyenneté, jeux et performances mais aussi fabrication de "bombes", ni plus ni moins ! Des graines mélangées à du terreau et de l'argile verte qui, une fois semées, germent à la vitesse de l'éclair... de vraies bombes végétales !
Les volontaires d’Unis-Cité vous faisaient découvrir leur univers à travers des ateliers thématiques. Vous pouviez aussi partir à la découverte de l'Union européenne grâce à l'Espace jeu et en explorer les multiples facettes avec le puzzle euro-cultures digne d'un « Trivial Pursuit ».
Les « Petits Débrouillards » vous initiaient à l'économie et, sans emphase, levaient le mystère de ses phases.
La journée de l'Europe s'est poursuivie à l'Institut Culturel Italien où nous avons retrouvé le groupe Vento del Sud.  Entre les danses du sud de l’Italie... la Tarantella, la Pizzica et la Tammorriata, son spectacle a exploré la tradition populaire et révélé ses liens avec la musique savante.

Les petits débrouillard à la fête de l'Europe 2014 à Marseille © Philippe Leger

 

Un programme bien rempli
Les associations marseillaises, coordonnées par l'ONG Eurocircle de Ralf Makrutzky, le plus Marseillais des Berlinois, nous avaient concocté un programme bien rempli ! Qui prouve la vitalité de cette Europe dont on ne parle presque jamais, celle de la culture et des échanges qui se construit à côté de celle des États nations et des marchands.
L'événement annuel avait pour co-organisateurs la Représentation Régionale de la Commission européenne en France, le Bureau d'Information du Parlement européen à Marseille, la Ville de Marseille, avec le concours de Marseille Provence Métropole et du Conseil Général 13.
Marseille est restée encore quelques jours dans une ambiance européenne avec «Travellings », 10 spectacles-parcours offerts par les artistes de rue de Lieux publics. Neuf compagnies et artistes européens avaient investi le cœur de la ville, pour un voyage initiatique dans les quartiers de la Canebière, de Noailles, Belsunce, Réformés, Longchamp. Au terme du voyage, « l'Agence Touriste » nous avait découvrir le 11 mai les quartiers Est de Marseille.
Tout au long de ces journées, les artistes de rue ont déroulé  un répertoire européen éclectique de spectacles en mouvement, entre déambulations urbaines et marches artistiques.
 

Monique_Beltrame_Ralf_Makrutzky.png
Monique Beltrame (présidente du Comité Européen Marseille) et Ralf Matkruzky (directeur ONG Eurocircle)



Déclaration prêtée à Jean Monnet : « Si c'était à refaire, je commencerais par la culture !" »
La journée de l'Europe commémore la Déclaration du 9 mai 1950 du ministre français des Affaires étrangères Robert Schuman. Le texte en avait été rédigé par Jean Monnet, un des principaux fondateurs de l'Union européenne, promoteur de la construction d'Europe grâce "à des réalisations concrètes créant d'abord une solidarité de fait (...) première étape d'une Fédération européenne. »
Pour les bâtisseurs de l'Europe : «La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent... Le gouvernement français propose de placer l'ensemble de la production franco-allemande de charbon et d'acier sous une Haute Autorité commune, dans une organisation ouverte à la participation des autres pays d'Europe... Par la mise en commun de productions de base et l'institution d'une Haute Autorité nouvelle, dont les décisions lieront la France, l'Allemagne et les pays qui y adhéreront, cette proposition réalisera les premières assises concrètes d'une Fédération européenne indispensable à la préservation de la paix. » (Extraits de la déclaration Schuman).
Célébrée chaque année depuis 1986 d'un bout à l'autre de l'UE, la Journée de l'Europe commémore cette déclaration. Elles donnent occasion d'activités et de festivités qui rapprochent l'Europe de ses citoyens. Tout en manifestant le dynamisme incroyable d'une Europe de la culture qui s'est édifiée grâce aux programmes européens.
Cette Europe aurait certainement réjouie Jean Monnet.  On compte souvent l'anecdote, probablement fausse mais révélatrice d'une haute conception de la culture, qu'exaspéré par la régression nationaliste du compromis de Luxembourg (1966) et de l'esprit de petit boutiquier des États, Jean Monnet se serait exclamé : « Si c'était à refaire, je commencerais par la culture ! »
Cette année encore, l'ordonnance de cette manifestation qui ne cesse de prendre de l'ampleur dans la plus ancienne ville de France, a été confié à l'ONG Eurocircle.
La première célébration sur une place publique à Marseille remonte à 1994 avec l'inauguration du square Jean Monnet (à l'entrée du technopole de Château Gombert) par Robert Vigouroux, Maire de Marseille, en présence de la petite la fille du « Père de l'Europe », Marianne Monnet-Noblecourt, et de sa petite-fille, Marie  Liebherr. L'organisateur de cette 1ère journée de l'Europe dans la métropole phocéenne était la Coordination Logistique et Technique de la Journée de l'Europe à Marseille (ses membres fonderont l'année suivante le Cem - Comité Européen Marseille). Philippe LEGER

Voir aussi le blog de Jean-Paul BOURGÈS : "Et si ça devenait enfin cà, l'Europe ?"

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.