Billet de blog 16 oct. 2013

WORKERS de Jose Luis Valle

Cinelatino
Festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse - Cinémas d'Amérique latine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie nationale (France) du 30 octobre 2013.

À Tijuana, après trente ans de bons et loyaux services en tant qu’employé pour une célèbre entreprise d’ampoules électriques, Rafael s’apprête à prendre sa retraite. Mais son avenir prend un autre tour suite à une entrevue avec son patron. Dans la même ville, Lidia est depuis plusieurs décennies au service d’une richissime femme qui n’a d’yeux et d’intérêt que pour son chien. ce dernier, devient bientôt son employeur.

© CoteCine

En un montage parallèle, le film suit le destin de deux travailleurs « workers » à Tijuana, ville frontière mexicaine côtoyant le mur infâme. De frontières, il en est sans cesse question dans ce film où les classes sociales sont plus que jamais d’actualité, tant dans les rapports professionnels que dans la géographie. Et le travail comme la géographie envahissent ici toute l’intimité la plus personnelle et profonde de ces deux personnages pour leur plus grand désespoir. Après le long métrage documentaire El Milagro del Papa, José Luis Valle se consacre à la fiction avec toujours un profond intérêt pour la réalité filmée. Certaines scènes de Workers sont de longs plans-séquences où diverses histoires se déroulent devant les yeux du spectateur alors que celles-ci ne concernent pas directement les personnages principaux du film. Le propos du film se situe bien dans la critique sociale avec une pointe d’humour noir qui dénonce avec une grande justesse l’absurdité des situations. Les deux « héros » de ce film apparaissent au bout du compte comme une version moderne et minimaliste du personnage de Charlie Chaplin, à l’instar également d’un certain Elia Suleiman. Car il est question ici, comme pour les personnages de Chaplin et de Suleiman, d’une révolte contre un ordre établi, qui apparaît avec modestie et perspicacité là où l’attend la moins. Même si l’on pourrait situer Workers du côté de Parque vía d’Enrique Rivero (pour son souci esthétique et son sujet autour du travail et des conflits de classe), il faut avouer que le subtil humour qui pointe ici et là en même temps que la révolte des personnages tout au long du film font toute la différence. Dans son rapport distancié face aux situations sociales qu’il filme, José Luis Valle touche au plus juste et fait de son cinéma une expression personnelle inédite à connaître. Cédric LEPINE

Festivals et Prix :

Berlin 2013, Section Panorama

Festival de la Rochelle 2013

Festival international du film grolandais de Toulouse 2013 : Amphore d’Or

Biarritz 2013, compétition officielle : Abrazo du meilleur long métrage de fiction

Fiction, 2h,  Mexique - Allemagne, 2013. Langue originale : espagnol

Avec : Jesús Padilla (Rafael), Susana Salazar (Lidia), Bárbara Perrín Rivemar (Elisa), Sergio Limón (Severino), Vera Talaia (la patronne), Adolfo Madera (Emilio), Giancarlo Ruiz (le gérant), Rey Castro (Sarai)

Scénario : José Luis Valle

Images : César Gutiérrez Miranda

Montage : Óscar Figueroa Jara

1er assistant réalisateur : Jonathan Hernández

Son : Pablo Tamez Sierra

Directrice artistique : Gabriela Santos del Olmo

Maquillage : Galaxia Bautista

Costumes : Linda Naitze Ruiz Herrera

Casting : Gabriela Cortés

Production : Zensky Cine (Mexique)

Coproduction : IMCINE-FOPROCINE (Mexique), CUEC

(Mexique), Auténtika Films (Allemagne)

Producteur : José Luis Valle

Productrice exécutive : Elsa Reyes

Directeur de production : Alejandro Sánchez de la Peña

Distribution (France) : ASC Distribution

Vente internationale : MPM Film

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck