Cristo Rey, Leticia Tonos Paniagua

Sortie nationale (France) du 22 janvier 2013. Dans le quartier de Cristo Rey en République Dominicaine, les rafles policières chassent sans ménagement les immigrés haïtiens clandestins. C’est ainsi que la mère de Janvier se retrouve reconduite à la frontière. Son fils Janvier doit alors se démener pour tenter de la faire revenir. Il est contacté par Pedro Lee, bras droit du caïd local Baca, afin de protéger la sœur de ce dernier. C’est le début d’une histoire d’amour. 

Sortie nationale (France) du 22 janvier 2013.

Dans le quartier de Cristo Rey en République Dominicaine, les rafles policières chassent sans ménagement les immigrés haïtiens clandestins. C’est ainsi que la mère de Janvier se retrouve reconduite à la frontière. Son fils Janvier doit alors se démener pour tenter de la faire revenir. Il est contacté par Pedro Lee, bras droit du caïd local Baca, afin de protéger la sœur de ce dernier. C’est le début d’une histoire d’amour.

 

 

Cristo Rey Cristo Rey

Nouvelle version de Roméo et Juliette en République Dominicaine, opposant deux pays dans une lutte fratricide. Le récit est donc bien connu et ne surprendra pas. Dès lors, l’histoire d’amour entre les deux protagonistes cousu de fil blanc n’attire pas toute l’attention, surtout compte tenu du manque de crédibilité dans la naissance dudit amour. Le générique du début laissait attendre une description haute en couleur d’un quartier méconnu, avec les habitants qui improvisent une composition musicale avec leurs objets quotidiens. La comédie musicale aurait été certainement un traitement très intéressant de cette histoire. Hélas, ceci reste en retrait de même que la plupart des habitants invités seulement à faire de la figuration. Même si le film a des prétentions sociales, la société dominicaine reste en arrière-plan. L’histoire quotidienne de ces hommes et femmes aurait apporté un contenu bien plus riche que ce scénario plutôt bancal et assez maladroit dans sa mise en scène. Il est vrai qu’un certain exotisme pour l’inconnu opère réellement et la lutte entre Dominicains et Haïtiens bien représentés par deux demi-frères est un sujet en soi, qui aurait gagné à être central. À part quelques exceptions, les acteurs surjouent leur personnage, mettant un frein bien réel au réalisme social du film. L’intention de rendre compte de cette tension sociale est louable mais les moyens utilisés maladroitement mis en scène. Cédric Lépine

 

 

Fiction

96 minutes. France / République Dominicaine / Haïti, 2013.

Couleur

Langue originale : espagnol

 

Avec : James Saintil (Janvier), Akari Endo (Jocelyn), Yasser Michelen (Rudy), Arturo López (Mon), Leonardo “Big Mato” Vasquez (El Baca), Jalsen Santana (le colonel Montilla), Salvador Pérez Martínez (Don Manuel), Frank Perozo (le professeur Garcia), Moísés Trinidad (Pedro Lee), Marie Michele Bazile (Laurence), Angel Guzmán “El Mandatorio” (Mano Muerta), Roberkis Tiamar (Iris), Euri Camacho (Yoyo), Carasaf Sánchez (Martinez), Stanley Polanco Rodriguez (Charlie), Mayrek Martínez

 

Scénario : Leticia Tonos Paniagua et Alejandro Andújar

Images : Kika Ungaro

Montage : Angélica Salvador

Musique : Mayreni Morel

Son : David Hernández

Maquillage : Ana María Andrickson

Décors : Giselle Madera

Costumes : Ferdinando Erbetti

Production : Les Films de l’Astre, Línea Espiral, Fastforward

Producteur délégué : Sergio Gobbi
Producteurs exécutifs : Leo Proaño, Elisabeth Bocquet
Producteur associé : Joan Giacinti
Directeur de production : Humberto Castellanos

Distributeur français : Équation

 

Longs-métrages de la réalisatrice :

2011 : La Hija natural

2013 : Cristo Rey

 

Contact :

Distribution

Équation

35, avenue Franklin Roosevelt – 75008 PARIS

Tél : 01 56 59 17 17 / Fax : 01 45 63 70 66

e.parmentier@swiftprod.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.