Billet de blog 15 déc. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

"Despedida" de Luciana Mazeto et Vinícius Lopes

Ana se rend avec sa mère à l'enterrement de sa grand-mère maternelle et séjourne dans la maison familiale tenue d'une main de fer par sa grand-tante durant les jours du carnaval. La nuit venue, aux frontières avec les rêves, Ana découvre un univers fantastique gardé par les êtres mystérieux de la forêt lui permettant de découvrir son propre passé.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie nationale (France) du 14 décembre 2022 : Despedida de Luciana Mazeto et Vinícius Lopes

Après la réalisation de leur premier long métrage Irmã (2020), Luciana Mazeto et Vinícius Lopes poursuivent l'exploration du fantastique par des moyens personnels autour d'une production indépendante où la liberté de ton comme de réalisation trouve pleinement son sens. Leur histoire originale dédiée au jeune public est une réinterprétation d'Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll dans le cadre d'un imaginaire intégrant les racines brésiliennes tout autant que ses problématiques sociales. Contrairement à Alice, Ana de Despedida vit non pas sa chronique initiatique à son unique profit mais bien à destination de toute la filiation féminine transgénérationnelle

Illustration 1
"Despedida" de Luciana Mazeto et Vinícius Lopes © Wayna Pitch

De ce point de vue, Ana fait preuve d'une grande maturité dans sa volonté d'offrir à sa mère une nouvelle place plus saine dans la famille incluant les ancêtres, la déliant du lourd poids du passé auquel elle est invitée à se confronter. Ce cheminement est rendu possible dans le cadre d'une invitation à se réaffilier aux racines locales où l'intolérance à l'égard de la diversité des origines peut enfin être combattue au profit d'un nouveau cheminement personnel. On trouve là un peu de la force iconoclaste du mythique Macunaïma, associé à l'imaginaire onirique et écologique de Miyazaki, la fantaisie de l'animation artisanale tchèque et l'inquiétante étrangeté du fantastique de La Clepsydre (1973) de Wojciech Has. Il s'agit d'un brillant mélange des genres pour une fascinante composition esthétique de chaque plan d'où peut émerger le fantastique pour un résultat tout à fait inédit.

Le conte pour enfant est à cet égard écrit avec une grande intelligence dans sa capacité à mobiliser des références et autant de sous-lectures, du racisme atavique brésilien mêlé au mépris de classe incarné par la grande-tante prête à tout pour arriver à ses fins, notamment en rendant sa nièce aveugle.

Luciana Mazeto et Vinícius Lopes réinvente avec une vive inspiration la forme du conte au cinéma dans un plaisir esthétique de chaque plan.

Illustration 2

Despedida
de Luciana Mazeto et Vinícius Lopes
Fiction
90 minutes. Brésil, 2022.
Couleur
Langue originale : portugais

Avec : Anaís Grala Wegner (Ana), Patricia Soso, Ida Celina, Sandra Dani, Marielly da Cruz, Kiko Ferraz, Silvia Duarte, Clemente Viscaino, Frederico Machado, Kauã Machado
Scénario : Luciana Mazeto et Vinícius Lopes
Directrice de la photo : Lívia Pasqual
Directrice artistique : Gabriela Burck
Assistante réalisatrice : Daniela Strack
Décorateur : Eder Ramos
Costumière : Gabriela Guez
Casting : João Pedro Madureira, Laura Leão
Conception sonore: Kevin Agnes
Musique originale : Caio Amon
Effets spéciaux : Rafael Duarte
Étalonnage : Rafael Duarte
Animation 2D : Osso Produções
Montage : Luciana Mazeto
Producteurs : Jaqueline Beltrame, Leandro Engelke
Producteur associé : Eduardo Piotroski
Production : Pátio Vazio
Distributeur (France) : Wayna Pitch

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte