Billet de blog 17 mars 2017

"Era o hotel Cambridge" d’Eliane Caffé : peinture d’un monde brisé

Le sixième long-métrage de la réalisatrice brésilienne Eliane Caffé est sélectionné parmi les films en compétition du festival Cinélatino, à Toulouse, en mars 2017.

Cinelatino
Festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse - Cinémas d'Amérique latine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Era o hotel Cambridge" d’Eliane Caffé © DR

Contre-plongée sur un immeuble en ruine, « a companhia nacional de tecidos », lieu d’un nomadisme moderne. Telle est la première image que le spectateur, écrasé par le pouvoir d’un édifice-fantôme, aperçoit du sixième long-métrage de la réalisatrice brésilienne, Eliane Caffé. Ce lieu en miettes, déserté par tous, est pourtant investi par certains, les sem tetos, les sans toits de São Paulo. Exilés, réfugiés, venant des quatre coins du monde ou du Brésil, ils tentent d’échapper à la guerre, à la mort et à la pauvreté, réunis avec leur histoire, leurs souvenirs, leurs attentes. Pour chacun d’entre eux, l’idée de demeure est interdite, celle de durée, impossible. L’habitant vit en transit.

Treize ans après Narradores de Javé, la réalisatrice, accompagnée de l’acteur José Dumont , filme le quotidien d’une communauté, urbaine cette fois, qui tente de résister au poids de la menace d’expulsion et des forces de l’ordre. En 2012, plus de mille personnes ont occupé ce lieu abandonné, soutenues par les organisations de soutien, le FLM (Frente de Luta por Moradia) et le  MSTC (Movimento dos Sem Tetos do Centro), groupes qui participent à la réalisation du film. Carmen Silva Ferreira, à la tête du FLM, joue un rôle essentiel, remarquable par sa vivacité et sa sensibilité.

Dans une esthétique où fiction et documentaire se croisent, un film où les acteurs professionnels et non-professionnels se côtoient, le portrait d’un monde en crise émerge, un espace qui se scinde, se sépare, se meurt. La caméra capture les instants qui se juxtaposent, s’immisce dans les lieux clos, donnant à voir les histoires déstructurées de chacun. Les nombreux surcadrages, cloisons du déracinement, isolent les individus. Les très gros plans décomposent parfois les visages, détachant une partie du corps de celui qui le porte. L’être n’est au départ qu’une partie : une bouche, une voix, un regard.

Mais la déconstruction n’est pas une fin en soi. De chaque instant un échange naît, un autre lien se crée. Si l’individu est disloqué, c’est qu’il a un autre ensemble à créer, il est un corps en devenir. L’être est un passant et un passeur. Il témoigne de son histoire passée et construit un à-présent. Les gros plans alternent avec ceux, larges, où la communauté se retrouve, où l’expérience démocratique prend essor. Aux témoignages individuels succèdent les assemblées populaires, les expériences théâtrales, les danses et discussions collectives. Les différents langages se croisent sans transformer L’Hôtel Cambridge en Tour de Babel. Les six langues parlées s’emmêlent et se comprennent. Une vieille femme du Nord-Est apprend le portugais à un jeune Israëlien, un Congolais enseigne à une jeune fille son art de courtiser. Le désordre est celui du monde contemporain, celui infligé par les forces de l’ordre sommées de délocaliser, de déloger, « a desordem total do sistema » (« le total désordre du système »). Era o hotel Cambridge rend compte de la brisure du monde contemporain en même temps qu’il recompose les liens de l’Humanité et tresse les fils d’une histoire de résistance contemporaine.

un article de Loreleï Giraudot

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Palestine
Israël envoie l’armée contre sept ONG palestiniennes et provoque un tollé
En pleine campagne électorale, le ministre de la défense israélien a donné son feu vert à une opération militaire en Cisjordanie contre sept organisations majeures de la société civile palestinienne. Des consuls européens et des experts de l’ONU réaffirment leur soutien aux organisations ciblées.
par Sarah Benichou
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal
Rénovation thermique des bâtiments : les bailleurs sociaux à la peine
Un rapport que vient de publier l’Agence nationale de contrôle du logement social montre que seuls 6,8 % du parc social ont fait l’objet d’une rénovation thermique ces dernières années, avec des résultats en matière de performances énergétiques encore très insuffisants.
par Lucie Delaporte
Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO