Billet de blog 6 févr. 2011

Affaire de Pornic, le Ministre connaissait la pénurie et il n’a rien fait

Club Droits, Justice et Sécurités
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chacun ne peut qu’être ému par la tragique mort de la jeune Laetitia et s’incliner devant la douleur de ses proches.

Une instruction judiciaire a été ouverte et elle doit permettre de faire toute la lumière sur ce crime. La justice doit suivre son cours.

Après une réunion à l’Elysée, dans un communiqué de presse commun daté du 31 janvier, le garde des Sceaux et le ministre de l’Intérieur ont mis en cause magistrats, policiers et personnels éducatifs de Nantes en annonçant des sanctions pour leurs défaillances. Trois jours après, le président de la République n’hésitait pas à surenchérir, avec véhémence et mépris, dans cette rhétorique de larecherche, coute que coute, de sanctions.

Il n'est, assurément, pas normal que le mis en cause n'ait pas été pris en charge par un conseiller d’insertion et de probation ni que, semble-t-il, des plaintes n’aient pas été suivies d’effet.

Est-il pourtant nécessaire de stigmatiser certains alors que depuis des années, relayés en cela par les constatations unanimes de multiples rapports officiels, magistrats et personnels pénitentiaires ne cessent d’alarmer les pouvoirs publics en raison de l’insuffisance criante des moyens affectés à la prise en charge des personnes soumises à des mesures de suivi après condamnations ?

Spécialement, à Nantes au cours de l’année 2010, se sont succédés des rapports alarmistes sur la vacance prolongée d’un poste de juge de l’application des peines et la grave insuffisance des effectifs du service pénitentiaire d’insertion et de probation. Ainsi le ministre savait et il n’a rien fait.

Les réponses annoncées après le drame (notamment faire appel aux retraités pour pallier les carences du système…) ne prennent pas au sérieux la situation des services judiciaires et pénitentiaires de notre pays.

Soumis au règne de la « performance », la justice, se voit privée des moyens nécessaires à son fonctionnement. Ainsi, le budget 2011, n’hésite pas à annoncer triomphalement la suppression de 76 postes de magistrats ! Avec des services pénitentiaires d’insertion et de probation en sous effectifs chroniques, l’administration pénitentiaire doit mettre en œuvre 170 000 mesures pour prendre en charge des délinquants et éviter les risques de récidive !

Privilégiant, dans un tel contexte, le traitement des stocks et des flux, au détriment d’une réponse adaptée à chaque cas et d’un suivi efficace des personnes condamnées, la justice pénale est en perte de sens et d’efficacité.

Cette vérité là le gouvernement se garde bien de la regarder en face.

Comme d’habitude, il refuse d’assumer les conséquences de sa politique et spécialement de l’organisation de la pénurie des services publics conséquence de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) voulue par Nicolas Sarkozy. Comment, alors, tolérer cette volonté incessante de flétrir des professionnels de justice, pour fuir ses propres responsabilités ? Et la crédibilité des objectifs de prévention de la récidive et de protection des personnes, affichés à grand renfort de communication, ne résiste pas à l’analyse.

http://www.droits-justice-et-securites.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou