Billet de blog 28 juin 2013

Pour l’indépendance de la justice, nous voulons la réforme du CSM

Il ne faut pas laisser passer une chance historique de progresser vers une Justice mieux garantie.Il ne faut pas s’opposer à cette réforme parce qu’elle irait trop loin.

Club Droits, Justice et Sécurités
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il ne faut pas laisser passer une chance historique de progresser vers une Justice mieux garantie.

Il ne faut pas s’opposer à cette réforme parce qu’elle irait trop loin. S’opposer par calcul politique à toute réforme constitutionnelle du CSM, c’est attendre que, comme dans d’autres domaines de la justice (garde à vue…), la justice internationale impose prochainement ladite réforme à une France qui n’en aurait pas voulu.

Il ne faut pas s’opposer à cette réforme parce qu’elle n’irait pas assez loin. Ni négliger cette proposition de réforme, aussi partielle et insuffisante aux yeux de beaucoup, car il est des moments où l’intérêt national, comme en 1994, réussit à faire adopter des réformes qui renforcent la dignité et donc l’autorité de nos institutions. Et nous saurons demander les étapes ultérieures. Mais franchissons cette première étape.

Face aux temps difficiles, nous avons besoin d’institutions incontestables. Parce qu’il ne s’agit pas que de justice. La justice indépendante et reconnue comme telle est nécessaire à l’économie, à la lutte contre le chômage, aux politiques sociales et fiscales. Le sens de l’équité, la conscience du partage et de la solidarité nécessaire ne seront pas mis en œuvre sans l’autorité constituée de la Justice. Partout dans le monde ce mouvement vers une justice affranchie des pressions et des contraintes s’observe.

En ce sens, cette réforme, encore partielle, va dans le bon sens.

Et donc dans le contresens de ceux qui voudraient garder la main sur la Justice.

Sachons imposer le vote de cette réforme du CSM contre tous les calculs et tous les renoncements :

-       parce que l’avis conforme du CSM pour la nomination de tous les magistrats est un minimum attendu depuis des années et défendu par la Gauche et la Droite.

-       Parce qu’une parité magistrats/non magistrats est conforme aux standards européens.

-       Parce que la formule originale des membres non magistrats proposés, non plus par la seule majorité du moment, mais par des personnalités indépendantes sur le modèle du comité de l’article 255 du traité de l’Union pour la CJUE, donnera une autorité reconnue au CSM.

-       Parce que l’approbation par une majorité positive des commissions des lois du Parlement reconnaîtra le rôle du Parlement sachant dépasser les clivages majorité/opposition quand il s’agit d’intérêt national.

-       Parce que l’élargissement des compétences d’avis du CSM pourra jouer un rôle utile dans la défense et l’explication de la Justice.

Ne perdons pas des années, sachons progresser, cette réforme n’est ni prématurée, ni ultime. Y renoncer serait régresser. L’adopter renforcera notre pays.

Signataires

Elisabeth AUERBACHER, Avocate

Sabrina GOLDMAN, Avocate, Secrétaire Générale du Club DJS

Roland KESSOUS, magistrat Honoraire

Christine LAZERGES, Professeur à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Sébastien MABILE, Avocat à la Cour

Jean-Pierre MIGNARD, Avocat à la Cour

Alain MONOD, avocat au Conseil d’État

Marc MOSSÉ, Directeur des Affaires Juridiques, Microsoft

Frank NATALI, Avocat

Dominique TRICAUD, Avocat à la Cour

Christian VIGOUROUX, Haut Fonctionnaire au Conseil d’Etat

Signer ici: http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2013N42192 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS