Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 199 abonnés

Billet de blog 21 nov. 2011

Robert Crumb est toujours un bon coup...

...un bon coup éditorial. Capable de sauver la saison entière d'un éditeur de BD. Public fidèle et collectionneur, fonds presque inépuisable, qualité égale, sans surprise ni déception.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart
© 

...un bon coup éditorial. Capable de sauver la saison entière d'un éditeur de BD. Public fidèle et collectionneur, fonds presque inépuisable, qualité égale, sans surprise ni déception. Voilà qui tombe plutôt bien: nous arrivons à la fin de l'année, saison des cadeaux de Noël et des bilans comptables. Chacun sort son Crumb.

Denoël Graphic, déjà éditeur de sa Genèse, sort Parle-moi d'amour, «35 ans in love, l'intégrale» entre Robert Crumb et sa compagne Aline Kominski, 35 euros aussi et presque 270 pages, couverture très fortement cartonnée. Seule la mention «contient des scènes explicites» (mais quel album de Crumb n'en contient pas?) nous retient de placer l'album subito au pied du sapin entre le chaste foulard pour maman et la poupée Barbie aux mensurations elles aussi très explicites que l'on destine à la petite dernière.

Pas de délires sixties sous acides de nabots puissamment dotés par la nature qui besognent frénétiquement de fortes matrones à gros seins et grosses fesses. On est ici dans l'amour monogame et matrimonial de Robert et d'Aline, compliqué d'une petit Sophie qui apparaît entre eux.

Parlez-moi d'amour. © 

Un couple formé au début des années 1970 et qui a commencé par publier son linge sale dans Dirty Laundry justement.

Elle, «the bunch», le «p'tit lot», maîtresse-femme, extravertie, dominatrice dans la vie, possédée au lit (rarement dans le lit d'ailleurs); lui «rabbit», gringalet, timide, refoulé mais chaud lapin dans l'intimité. L'idole de la contre-culture et sa «Jewish American Princess», conspuée comme Yoko Ono. «Juif + Goy = Joy», clame Crumb.

Parle-moi d'amour. © 

«Toutes les autres célébrités ont une maison dans le sud de la France... Pourquoi pas nous?» Au tournant des années 1990, la famille s'exile à Sauve, village médiéval du Gard, aux portes des Cévennes, ses fourches en micocoulier, son chaos karstique, sa maison natale de Robert Filiou et désormais; les séances de gym et la galerie d'art des Crumb-Kominski.

Ce n'est pas exactement le shtetl (le village yiddish) dont rêvait Aline, mais la famille arrivée sans parler un mot de français s'implique dans la vie du village, rabat ses ambitions contre-culturelles à la défense du local, se bat contre les gaz de schiste, contre l'implantation d'une déchetterie ou d'un supermarché... Et Parle-moi d'amour finit par se montrer subversif en détaillant «plus que vous n'avez jamais voulu savoir sur le sexe des seniors».

Parlez-moi d'amour. © 
© 

De son côté, Cornélius poursuit sa publication de l'intégrale en 1.433 volumes avec un douzième opus, Nausea, qui reprend ses adaptations plus ou moins littéraires avec une profonde dilection pour les récits hallucinés, le mysticisme et la folie.

Tout fait ventre. Sartre avec La Nausée (qui donne son titre au recueil) «librement adapté», avec ses cases en biais, tremblée, qui se dévorent l'une l'autre, qui tanguent, ploient sous le texte qui lui même engraisse et s'étrécit, passe de l'anglais au français, sac, ressac, gros plan sur l'œil, gros plan sur la main, sans laisser souffler et provoque les haut-le-cœur chez le lecteur comme chez Roquentin.

© 

Von Krafft-Ebing – psychiatre autrichien, inventeur du couple sadisme-masochisme – qui aligne froidement les études cliniques dans son catalogue des déviances sexuelles, Psychopathia sexualis, étude médico-légale à l'usage des médecins et des juristes. «Cas n°75, masochisme latent, fétichisme du pied. Il empruntait les chaussures de femmes de la maison et, s'il les mettait en contact avec son pénis, il éjaculait», «cas n°97, automutilation. A chaque fois qu'il avait suivi une jeune fille en vain, il coupait un morceau de chair de son propre bras, ou cuisse, ou abdomen et le mangeait, imaginant qu'il s'agissait d'un morceau de la fille», «cas n°152, androgynie. Il abhorrait la pratique de la chasse avec des armes et parlait de préférence de sa poésie et de ses tentatives poétiques. Une personne mentalement anormale et vicieuse. Ce caractère était congénital et donc incurable»...

Nausea © 
© 

Jelly Roll Morton, ci-nommé «inventeur du jazz», victime d'une malédiction vaudou, vendu à Satan par sa marraine, les amours ancillaires de Bécassine, petite bonne bretonne, la crise psycho-mystique de Philippe K. Dick qui découvrit, après s'être fait arracher une dent de sagesse en 1974, qu'il avait été, qu'il était toujours habité par un des premiers chrétiens persécutés dans la Rome antique, qu'il avait des souvenirs de 2000 ans, qu'il parlait latin, grec, sanskrit.

Nausea © 

Les superbes portraits des patientes d'un asile d'aliénés du Surrey tirés par Hugh Diamond au XIXe siècle. Et le journal érotique de l'aristocrate écossais Boswell, et les mémorables coïts du Crétin («The Moron») de Bad Karma avec sa marraine la fée, périlleux assemblage de comics tourmentés parus dans les magazines alternatifs Weirdo, Raw et Hup dans les années 1980.

© 
© 

Pas forcément un bon cadeau de Noël familial, donc, sauf à l'offrir sous le manteau. Alors quoi? Notre agent traitant chez Cornélius nous conseille The Record Cover Collection, beau livre sans histoires au format de 33-Tours: «on a tous un beau-frère qui collectionne les disques».

Janis Joplin © 
© 

Soit 450 et quelques pochettes dessinées par Crumb. Du blues (beaucoup), des célébrités (The Grateful Dead, Janis Joplin, Deep Purple, Bob Dylan, Neil Young, The Who...) mais aussi une anthologie des musiques traditionnelles, du musette, du jazz manouche, du klezmer et bien sûr, son propre groupe, The Cheap Suit Serenaders («fêtes, mariages, pique-niques, festivals et petits clubs»)...

Sans être particulièrement prude, finalement, c'est celui-là qui ira sous le sapin.

  • Parle-moi d'amour, d'Aline et Robert, Denoël Graphic, 264 p., 35 euros.
  • Nausea, de Robert Crumb, Cornélius, 196 p., 20 euros.
  • The Record Cover Collection, de Robert Crumb, Cornélius, 112 p., 25 euros.
© 
© 
© 


Lire aussi:

Prochain article : Chroniques de Jérusalem

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin