Le bédé fil, les choix de Papiers à Bulles

Séance de rattrapage avec quatre albums dont il aurait été dommage de ne pas parler. Quatre univers et des auteurs bien différents, quatre coups de cœur, des histoires d’amour, du mystère et de l'humour.. 

Séance de rattrapage avec quatre albums dont il aurait été dommage de ne pas parler. Quatre univers et des auteurs bien différents, quatre coups de cœur, des histoires d’amour, du mystère et de l'humour..

 

Les Amours insolentes de Loustal et Benacquista (Casterman)

En la personne de Jacques de Loustal, Tonino Benacquista a trouvé le peintre idéal pour mettre en images cette série de courtes histoires ayant pour toile de fond le sentiment amoureux dans toute sa diversité, sa complexité, sa part de noirceur et de lumière. Les Amours insolentes, sont 17 variations sur le couple : des scènes, des vies, des histoires d’amour, d’amitié, de sexe… On suit les destinées de ces couples, on revit leurs rencontres, leurs doutes, leurs secrets. Un livre d'une densité rare, sensible, au propos doux-amer, ironique, superbement servi par le dessin reconnaissable entre tous de Loustal.


Le Fils d’Hitler, de Pieter De Poortere (Glénat)

Pieter De Porteere, dessinateur flamand né en 1976 est le créateur de Dickie, visiteur absurde de l’histoire, à la manière d’un " Charlie " gonflé à l’absurde et trempé dans une plume impertinente et acérée. Le dernier opus des aventures de Dickie, Le Fils d’Hitler est une somme d’humour grinçant maîtrisé de bout en bout. Demandant d'emblée " Où est Adolf ? ", De Porteere raconte, caricature, réécrit l’histoire du monde sur le mode « Dickie au pays des SS ». De la naissance (de la conception, même) du dictateur à moustaches jusqu’à la sa (possible) mort à la fin de la seconde guerre mondiale, c’est un festival d’humour décalé et d’irrévérence.

De Porteere joue sur le fil du rasoir avec les codes et les clichés pour mieux rire sans tabou et avec un sens de la dérision et du second degré jamais gratuit.


Images interdites, de Miles Hyman et Philippe Paringaux (Casterman)

 Miles Hyman et Philippe Paringaux semblent avoir été touchés par une grâce romantique tant ces Images interdites en appellent à Edgar Allen Poe et ETA Hoffmann. Des signes inquiétants, une atmosphère pesante, un complot, une vérité insondable, une étrange bâtisse. Un journal. Des preuves. Images Interdites est construit comme une enquête, racontée par la voix du narrateur, héros, élu, victime. L’atmosphère instillée par Miles Hyman, avec ce trait gras et ces couleurs pastel sombres, enfermant le lecteur et situant le récit aux confins d’une nuit qui semble immuable.

Emprunt de cette « inquiétante étrangeté », Images Interdites explore des chemins où le surnaturel et le mystérieux se croisent, de regards fuyants en vérités dérangeantes. L’esprit du narrateur se perd, entre délire obsessionnel et folie bien réelle. Les signes qu’il voit ou croit voir et qui le suivent (où le précèdent) sont autant d’indices, d’évidences, de preuves. Il écrit son journal, témoignage et dossier à charge de sa persécution.

Livre magnifique, tant par son contenu (ce conte fantastique superbement écrit, alternance de pages entièrement muettes et sibyllines) que par le contenant (le tirage bénéficie d’un format exceptionnel 27x37 inséré dans une pochette à rabat et lacet fermoir), Images Interdites est un « voyage extra ordinaire » à la poésie et au charme troublants.


Gaston : 1957-1966, fac-similés d’originaux en version originale (Marsu Productions)

Huitième album de la série Gaston en V.O., ce nouvel hors série est une fois encore un bijou de collection. Pour les fans du héros sans emploi et les passionnés de bandes dessinées, Gaston : 1957-1966 rassemble plus de 230 reproductions traités spécifiquement de manière à conserver l’aspect des originaux avec un rendu somptueux. Composé de photos rares, de dessins de couvertures, d’essais, de croquis de recherche, Gaston 1957-1966 est une véritable plongée au cœur du travail d’André Franquin et dans l’univers de son héros fétiche.– D. B.

 

 

 

Crédits images © Casterman / Glénat / Marsu Productions / Franquin-collector.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.