Billet de blog 6 mars 2011

Semaine de la folie ordinaire à Reims

Paul Machto
Psychanalyste - Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après La Locomotive, un Groupe d'Entraide Mutuel de Reims, les "V.I.P. en psy" de Grenoble ( "Voix Iséroises de Patients en psy), et les adhérents, patients et soignants, de la Radio Citron de Paris, voici un nouveau collectif à Reims, une ville où ça bouge décidément, qui se manifeste contre le projet de loi sur les soins sans consentement.

Après l'appel à la grève des quatre syndicats de psychiatres hospitaliers pour le mardi 15 mars, premier jour d'examen du projet de loi à l'Assemblée Nationale, les professionnels ont opposé un refus unanime de participer aux groupes de travail proposés par le ministère de la Santé pour préparer les futurs décrets d'application de la loi sur les soins sans consentement en psychiatrie, selon une dépêche A.P.M. du 2 mars 2011.

Il ne va plus y avoir grand monde pour soutenir ce projet de loi, tant l'opposition s'amplifie, avec l'expression de plus en plus forte et nouvelle des associations de patients eux mêmes.

L'appel du Collectif des 39 contre La Nuit Sécuritaire recueille aujourd'hui, approche les 20.000 signataires !

Avec en prime des expos, des initiatives culturelles, des débats, comme par exemple le propose ce Collectif de Reims, du 15 au 19 mars.

Mais aussi, nous y reviendrons, avec cet événement inédit, à Paris dans le 20ème, au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier : le Festival des "Évadés du Bocal" : un mois du lundi 7 mars au dimanche 3 avril 201, des expos, des films, des débats, des pièces de théâtre, des concerts.... à suivre.

Paul Machto

Semaine de la folie ordinaire à Reims

du 15 au 19 mars 2011

La réforme de la loi de 1990 relative « aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et à leurs modalités de prise en charge » qui sera soumise au vote mi-mars à l'Assemblée nationale, signe un virage sécuritaire qui est délétère vis à vis des soins en psychiatrie.

En effet, nous savons d'expérience qu'il n'y a pas de soin possible sans l'adhésion du patient. En instaurant des soins sous contrainte, cette loi anéantirait la relation de confiance, entre soignants et patients, indispensable à la bonne conduite d'une thérapie.

Elle transformerait les soignants en police de la pensée et la vie des patients en liberté surveillée. Ce projet établit ainsi un parallèle douteux qui assimile patient et criminel. Enfin, il porte atteinte à un droit fondamental, à savoir que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.

La seule thérapeutique proposée est une camisole chimique, n'étant en fait qu'une réduction au silence de la souffrance et entretenant l'illusion du soin. Les médicaments font partie de la thérapie, en aucun cas ils ne représentent la thérapie. L'écoute, la parole, la prise en charge psychologique, la mise en place d'un environnement respectueux du patient sont primordiaux

L'introduction, dans les soins, du juge des libertés et de la détention, comme le propose le projet de loi, assimile l'hospitalisation d'office à la détention et rend la levée de cette mesure aussi difficile qu'une levée d'écrou.

Devant toutes ces attaques, à l'initiative de patients, un collectif de soignants et de patients du secteur ZR4 à Reims, propose une réponse.

Soudés au sein des différentes associations, club thérapeutique et centre d'accueil, nous exposons durant ce que nous appelons « La semaine de la folie ordinaire » du 15 au 19 mars, le travail effectué dans divers ateliers.

Notre désir est d'opposer à la négation de la folie et à son enfermement, l'expression et la chaleur humaine.

La mairie de Reims nous soutient en mettant des locaux à notre disposition pendant la semaine de la santé mentale.

Pour le collectif,

Matthieu, Michèle

Exposition

A la maison de la vie associative

122 bis, rue du Barbâtre

Reims

Du mardi 15 au samedi 19 mars 2011

De 9h à 22h30 sauf samedi de 9h à20h

Vernissage le mardi 15 mars à 15h

Soirée débat :

« La folie de vivre »

Jeudi 17 mars 2011 de 18h à 22h

Salle Armonville

7 bis rue Armonville

Reims

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils