Paul Machto

Psychanalyste - Psychiatre

Paris - France

Sa biographie
Né à Alger. En France depuis 1962. J'ai vécu mon adolescence à Bondy (93). Études de médecine à Cochin (Paris) -1968-1973- Interne des Hôpitaux Psychiatriques Région Parisienne . Co-fondateur du Syndicat de la Psychiatrie (1978), puis de l'Union Syndicale de la Psychiatrie (1986). Président de 1990 à 1993 de l'U.S.P.et de l'Association Pratiques de la Folie ( 1992-1993). Psychiatre des hôpitaux. Membre de la Fédération des Ateliers de Psychanalyse. Membre fondateur du Collectif des 39 contre la Nuit Sécuritaire. Chroniqueur à Libération : "Psychiatrie en flagrants délires" en 1978-1979. Psychiatre et Psychanalyste en Seine Saint Denis depuis 1979.  
Son blog
72 abonnés Le blog de Paul Machto
Ses éditions
1 / 4
Voir tous
  • Punis ? Mais de quoi ?

    Par
    De quoi sommes-nous punis ? Qu’avons-nous fait de mal ? Pour être réprimandé, menacé, verbalisé ? A partir d'une anecdote d'une interpellation banale finalement sans conséquence on perçoit combien l'équilibre démocratique est fragile, menacé et comment de glissement en glissement on aboutirait à un " état normal d'exception" selon l'expression de Giorgio Agamben, à la faveur de cette pandémie….
  • Chroniques du confit-né 2

    Par
    Le témoignage d'un ami réalisateur de documentaires, BdS, à propos d'un contrôle et d'une verbalisation abusive. Plus de 225000 procès verbaux ont été dressés par les forces de l'ordre pour non-respect des mesures du confinement depuis leur mise en oeuvre, a déclaré Christophe Castaner jeudi sur France 2...
  • Chroniques du confit-né 1

    Par
    Envie d'écrire, de transmettre mes témoignages et réflexions dans la période inédite que nous traversons. J'ai vu d'ailleurs que je ne suis pas le seul ... une littérature - si j'ose, c'est un peu prétentieux- une littérature de survie ?
  • Chroniques du confit-né 1

    Par
    Envie d'écrire et transmettre mes témoignages et réflexions dans la période inédite que nous traversons.J'ai vu d'ailleurs que je ne suis pas le seul ... une littérature - si j'ose c'est un peu présomptueux- une littérature de survie ?
  • Je n'ai rien dit ...

    Par
    "Lorsqu'ils sont venus chercher ...les communistes, les incurables, les juifs, les opposants ... " Pour paraphraser Martin Niemöller, mon ami Yves Gigou, m'a donné l'idée et plusieurs éléments pour lancer un cri de révolte face à la situation politique actuelle et les conséquences des décisions scandaleuses des gouvernants depuis trente ans, sur le service public hospitalier français.
Voir tous
  • Édition Contes de la folie ordinaire

    Une mère sur une grue !

    Par
    À Reims, une mère aura passé 18 heures sur une grue pour exiger la scolarisation de son fils. Cet événement révèle le scandale incessant qui dure depuis des années sur les carences gouvernementales successives, la comm' plutôt que l'engagement d'une politique sérieuse d'accueil et des soins pour ces enfants et de soutien efficace pour les familles.
  • Édition Contes de la folie ordinaire

    Ah la science... Le poumon vous dis-je !

    Par
    LA science est -elle vraiment pro-psychiatrie ? Un parallèle, osé (?), entre les pratiques d'influence et de lobby des industriels des biotechnologies et la médicalisation de la psychiatrie sous influence des laboratoires pharmaceutiques, et d'une certaine science appliquée à la psychiatrie. Le cerveau, le cerveau, le cerveau... après le poumon, le poumon, le poumon.
  • Édition Contes de la folie ordinaire

    La forêt de mon père, un film lumineux

    Par
    Affiche du film Affiche du film
    Pour le retour dans les salles, ce superbe film de Véro Cratzborn ! Hier en avant-première à Villejuif, il sera en salle le 8 juillet 2020. Émouvant, poétique et ...politique : pour la première fois la question des enfants, des adolescents confrontés à un parent malade, dans le huis clos d’une famille où il y a beaucoup d’amour, une sensibilité à fleur de peau... malgré, « grâce » ???, à la folie
  • Édition Contes de la folie ordinaire

    André Roumieux, UN infirmier de secteur psychiatrique.

    Par
    André Roumieux vient de décéder. Il a publié en 1974 un livre témoignage sur sa pratique qui a eu un immense retentissement. Il avait osé prendre la plume. Pour une fois la parole infirmière en psychiatrie pouvait être prise au sérieux, avec comme slogan intérieur "Il n’y a pas de psychiatrie possible sans liberté totale d’expression".
  • Édition Contes de la folie ordinaire

    Je n'ai rien dit ... à la façon de ...

    Par
    "Lorsqu'ils sont venus chercher ...les communistes, les incurables, les juifs, les opposants ... " Pour paraphraser Martin Niemöller, mon ami Yves Gigou, m'a donné l'idée et quelques éléments pour lancer un cri de révolte face à la situation politique actuelle et les conséquences des décisions scandaleuses des gouvernants depuis trente ans, contre le service public hospitalier français.