Grèves des hospitaliers - "psychiatriques" - aveux de maltraitance systématique

Un constat s'impose d'après la couverture des mouvements de grève des hospitaliers depuis un an et demi : la maltraitance des patients, surtout s'ils sont "psychiatriques", est de règle dans les hôpitaux au motif ... du manque de personnels.

Constat.

 A lire les articles et dépêches il est clairement établi, au long de l'ensemble des grèves des hospitaliers depuis un an et demi, que ceux-ci - en priorité dans les services d'urgences - se plaignent ... d'être maltraitants voire d'induire des morts qui sont autant de crimes ... par insuffisance de personnels ...   

Ainsi les hôpitaux broient les malades et cassent les personnels en en faisant des brutes et des barbouzes, surtout dès le moment où les patients sont "psychiatriques" ... Références faites aux rires et déclarations hideuses, sardoniques autant qu'inhumaines de "soignants" ou prétendus tels, à propos des psychiatrisés dans les salles de garde des établissements ou services psychiatriques ... Un genre de déclarations que des racistes profonds ne désavoueraient pas.

Pourquoi croit-on que bien des soignants authentiques désertent leur poste et changent de métier dès que possible ?

Rendez-vous à la rentrée, avec des contentieux en plein dans le paysage.

Références :

- Mediapart, 11 juin 2013 : "A Evreux, l'hôpital psychiatrique paye dans la violence le prix de son sous-financement", cliquer sur ce lien

- Le Monde, 11 juin 2013 : "Patiente morte à l’hôpital Lariboisière : l’enquête confirme des dysfonctionnements aux urgences", cliquer sur ce lien

 

Pour retrouver cet article sur le site internet du CRPA, cliquer sur ce lien 

CRPA - Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie [1]

Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | Ref. n° : W751208044

Président : André Bitton. 14, rue des Tapisseries, 75017, Paris | Site internet : http://crpa.asso.fr  

Pour nous contacter cliquer sur ce lien

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.