Billet de blog 10 août 2016

La création et la musique pour panser/penser ses plaies …Charles Lloyd

Charles LLOYD, une des dernières légendes vivantes du jazz, le saxophoniste, flûtiste et compositeur, sera en concert vendredi 12 août à 21 h., au Chapiteau de Jazz In Marciac. En prélude, ce 12 août, à 16h, pour découvrir ce musicien singulier, un documentaire sera projeté au Cinéma de Marciac : « Le moine et la sirène – Le chant de Charles Lloyd » coréalisé par Fara C. et G. de Vecchi.

Paul Machto
Psychanalyste - Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Charles LLOYD, une des dernières légendes vivantes du jazz, le saxophoniste, flûtiste et compositeur, sera en concert vendredi 12 août  à 21 heures, au Chapiteau de Jazz In Marciac avec Jason Moran au piano, Harish Raghavan, à la basse, et Eric Harland aux drums.

La cuvée 2016 de JIM s’est jusqu’à présent hissée à la hauteur des plus belles années gersoises du festival. La présence militaire, les blocs de béton jalonnant les rues, les accès au chapiteau ou à la place où fleurit le Festival Bis, n’a pas entamé la bonne humeur, la fréquentation et la chaleur de l’accueil. Ahmad Jamal, Avishaï Cohen, et Roberto Fonséca, pour les quelques jours que j’y ai passé, ont enthousiasmé chacun dans leur style, le Chapiteau jusqu’à pas d’heure. Auparavant, j’ai pu recueillir des avis passionnés pour les prestations de Jason Herman, venu avec M., Snarky Puppy, Ibrahim Maalouf, John Scoffield et John Mac Laughlin, et surtout Lisa Simone et Cyrille Aimée.

L’après midi organisée le 4 août par le Collectif des 39, pour la sixième année consécutive, a donné lieu à de belles discussions. D’abord autour du film de Cécile Philippin, « Vivre en ville », dans lequel les paroles de patients psychiatrisés transmettent toute l’humanité dont la folie est porteuse, et l’importance de l’accueil, de l’écoute et le respect que ces personnes attendent, et l’évidence effacée par le poids du diagnostic, asséné sans discernement, et écrase trop souvent : « Vous savez, on n’est pas malade pour tout » ! énonce une des protagonistes du film. Puis ce fut une discussion animée par Mireille Nathan-Murat, psychanalyste venue nous présenter son récent livre « Couleurs de transferts », une PsyFiction qui nous fait pénétrer dans le huis–clos de quelques psychothérapies, et psychanalyses, avec des allers retours au politique et le désastre de la psychiatrie actuelle.

En prélude au concert du soir, ce vendredi 12 août, à 16h, un documentaire à ne pas manquer sera projeté au Cinéma de Marciac : « Le moine et la sirène – Le chant de Charles Lloyd » 2009 (60 min.) Film coréalisé par Fara C. et Giuseppe de Vecchi, écrit par Fara C.

Cette projection au CinéJim 32, salle Emir Kusturica, Place du Chevalier d'Antras à Marciac, sera suivie d’une discussion avec l’auteure du film, Fara C.

Si ce musicien exceptionnel, né en 1938, discret, sait nous faire voyager, il porte une histoire complexe, il a traversé des turpitudes existentielles qui l’ont amené à partir s’isoler, pour tenter d’apaiser ses douleurs et sa quête identitaire.

Charles Lloyd © Giuseppe de Vecchi

© Giuseppe de Vecchi

«  Dès mon enfance, j’ai eu envie de planer.                                                                                                                                                              Ma mère ne m’a pas désiré (…)Elle était très belle, mais n’arrivait pas à trouver sa voie.                                                                                     J’en ai souffert (…) J’ai réalisé que, si personne ne voulait de moi, il me fallait construire mon propre monde »                                                                                                                                                                                                                   Charles Lloyd à Fara C. et à Alex Dutilh, dans le mensuel « Jazzman », septembre 2000

Le film repose sur la rencontre entre Charles Lloyd et Fara C.[1], journaliste et membre de l’Académie du Jazz.

Une des dernières légendes vivantes du jazz, le saxophoniste, flûtiste et compositeur américain Charles LLOYD fut l’un des premiers à vendre un disque de jazz à plus d’un million d’exemplaires (« Forest Flower », 1966). Pour Fara C., « Charles LLOYD est l’un des artistes les plus énigmatiques de l’histoire du jazz ».

En 1966, il créa l’événement lors du prestigieux festival de jazz d’Antibes/Juan-les-Pins, avec un quartet historique, avec le batteur Jack De Johnette, le bassiste Cecil Mc Bee et un jeune pianiste… Keith Jarrett.

Pourquoi, en 1969, alors qu’il était au sommet de la gloire, interrompit-il l’activité de ce quartet et se retira-t-il de la scène internationale ? Refusant les pressions de l’industrie musicale et constatant que sa musique était impuissante à changer le monde, Lloyd se retire durant dix ans, pour mener une réflexion sur son art, mais aussi et peut être surtout dans un repli sur lui-même. Longue période introspective, existence quasi monastique, ponctuée de concerts triés sur le volet, notamment dans des écoles, des universités.

- Pourquoi cette incessante recherche de sa place dans le monde ?

- Comment a-t-il fait de la musique sa terre d’exil ?

- Sa quête identitaire va passer par son rapport à son instrument et sa quête du son.

Ainsi, le « moine » poursuit sa quête… avec le soutien de Dorothy, sa « sirène ».

« Peut-être n’ai-je pas de place dans le monde, mais dans le son j’ai un chez-moi. », confie-t-il dans le film.

« La musique m’a toujours apporté inspiration et consolation. Je veux partager ça avec les autres »

En 1981, Charles Lloyd vit débarquer, dans sa résidence retirée de Big Sur, le pianiste français Michel Petrucciani. Bouleversé dès qu’il l’entendit jouer, il revint à la scène avec lui, en duo, puis en quartet. Des deux années de tournée, résultèrent deux disques ‘live’.

S’il existe nombre d’archives sur Lloyd en concert, « Le moine et la sirène – Le chant de Charles Lloyd » est le premier documentairequi cherche à percer le mystère d’une personnalité aussi étonnante qu’émouvante.

Fara C. nous précise son projet : « Mon parti-pris n'a pas été de faire un film esthétisant, mais plutôt dans un esprit "street", avec souvent la caméra à l'épaule (grâce à Giuseppe de Vecchi à la caméra), afin d’établir une proximité avec Lloyd, homme plutôt secret, qui a l'émotion à fleur de peau, afin qu'il nous puisse nous livrer les secrets de cette blessure tapie en lui. A travers cet artiste, j’ai souhaité faire sentir, humer, ressentir, au spectateur, le parfum, l'esprit du jazz et de ses acteurs, ainsi que des fragments de l'histoire du jazz. ».

Il y a eu dans cette rencontre, une authentique « résonnance » entre l’auteure et l’artiste : placée en famille d’accueil dès l’âge de 2 ans et demi, Fara C. a pu reconnaître, percevoir de façon intime, la difficulté de Charles Lloyd à trouver sa légitimité et, donc, la quête existentielle qu’il mène sans répit.

Se dégageant de la chronologie biographique, le documentaire privilégie un regard subjectif de Charles Lloyd à la première personneet une réflexion sur les thèmes fondamentaux de son investigation artistique et philosophique.

« Quand j’écoute Charles Lloyd, je sens, au-delà des notes les plus paisibles, les secrets sacrés de la souffrance. Charles et moi nous nous comprenons instinctivement. »Michel Petrucciani, en décembre 1998, trois semaines avant sa disparition, à Fara C. pour « L’Humanité »


[1] Fara C. Initiatrice, en 1986, de la page jazz, black music & world music pour le journal quotidien l’Humanité, collaboratrice des mensuels Jazz Magazine, Jazzman et d’autres publications spécialisées (le magazine World, le site Internet grioo.com…), Fara C. officie sur les divers champs des musiques actuelles. Elle estmembre de divers jurys (Django d’Or, Victoires du Jazz), elle est une des rares femmes journalistes professionnelles à avoir été admises à la prestigieuse Académie du Jazz.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique