Billet de blog 12 févr. 2016

Appel à la création d’un réseau européen pour une santé mentale démocratique

La lutte de résistance du peuple grec, face à la politique néolibérale imposée par les créanciers, a ouvert la voie à l’émergence de radicalités émancipatrices et à la mise en place de structures d’auto-organisation. Parmi celles-ci, les dispensaires et les pharmacies sociaux autogérés en sont aujourd’hui la forme la mieux organisée.

pascal b
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La pétition dont une première version a été publiée dans cette édition "contes de la folie ordinaire" le 2 décembre, a été remaniée puis signée par une première liste de personnes. La voici maintenant publique. Nous souhaitons qu'elle soit signée par le plus grand nombre possible de personnes concernées.

Voici le lien pour la signer.

http://reseau-sante-mentale-democratique-france.wesign.it/fr

Voici cette appel et pétition reproduit ici:

La lutte de résistance du peuple grec, face à la politique néolibérale impitoyable imposée par les créanciers,  a ouvert la voie à l’émergence de radicalités politiques émancipatrices et à la mise en place de structures d’auto-organisation de la population et des travailleurs.

Parmi celles-ci, les dispensaires et les pharmacies sociaux autogérés en sont aujourd’hui la forme la mieux organisée, jouissant d’une visibilité et d’une reconnaissance importante au sein de la société grecque et au-delà.

Le service public de santé, les services psychiatriques, soumis en Grèce à des restrictions massives de moyens, sont mis dans l'impossibilité quasi-totale d’accueillir la souffrance psychique et d’accompagner les patients à travers des projets individuels, respectueux de leur subjectivité.

Or, aujourd’hui, une part nombreuse et croissante de la population grecque souffre psychiquement des conséquences d’un remaniement brutal des rapports sociaux, engendré par la crise et les remèdes néolibéraux toxiques de la Commission européenne, de la BCE et du FMI.  Les symptômes d’effondrement psychique se sont multipliés : dépression, suicides et tendances suicidaires, crises de panique, pathologies à déterminants psycho-sociaux ou post-traumatiques, etc.

La Grèce avait mis en route des réformes en Santé Mentale ambitieuses, en rupture avec l'ancien modèle asilaire. Ces réformes ont été arrêtées par la tourmente de l’austérité, entraînant la  fermeture brutale des hôpitaux psychiatriques, sans alternative soucieuse de la continuité des projets de soins, ni souci de la survie sociale voire physique des patients.

 On peut reconnaître là des analogies avec ce qui est entrepris dans d’autres pays européens, notamment en France. En effet, dans le contexte d'offensive néolibérale, avec ses mesures d'austérité,  la Santé Mentale risque de se transformer en outil de régulation  a minima des effets de la violence économique et sociale, conséquence de ces politiques.

L’expérience du mouvement des dispensaires et pharmacies sociaux autogérés grecs démontre qu’un autre accueil pour les patients est possible dans des espaces publics indépendants à la fois des administrations étatiques et de l’économie de marché.

Cette expérience, créatrice d’une hospitalité nouvelle, rejoint les pratiques alternatives de désinstitutionalisation et de désaliénation, et les combats des dernières décennies, pour la conquête de droits nouveaux humains et d’une émancipation élargie.  Dans les dispensaires solidaires, c'est l'écoute des patients, l'écoute attentive des conséquences sur la personne de la crise comme de sa subjectivité, qui est promue. C'est la réinvention de la participation de jeunes volontaires et aussi des groupes de rencontre, de soutien psychique et de parole qui se développent.  Et des groupes de coopération, de mobilisation et de solidarité de patients au chômage et de volontaires s'y créent.

Les mouvements grecs de réappropriation des biens communs nous montrent une voie originale dans la perspective d’un changement radical des rapports sociaux et de l’organisation du travail et du soin.

Partant de cette expérience grecque et d'autres expériences européennes, nous affirmons notre décision de participer à la création d'un réseau européen d’échanges de pratiques et de contenus.  Conjointement à un soutien concret à nos amis grecs, ce réseau élaborera un projet pour le développement et la diffusion de pratiques démocratiques en Santé Mentale, qu'elles soient publique, associative ou privée.

Par votre signature, vous pouvez soutenir cet appel individuellement ou en tant que représentant d’association. Si vous souhaitez être inscrit à la liste de diffusion du réseau et tenu informé des prochains évènements, écrivez-nous à :

emancipsy@gmail.com

Cet appel est soutenu par les organisations suivantes :

Appel des Appels Midi-Pyrénées,

Association Grèce France Résistance,

Collectif de recherche sur l'institutionnel et l'éthique (La Criée),

Collectif des 39 « Quelle hospitalité pour la folie »,

Collectif des psychologues des Dispensaires Sociaux Solidaires (DSS) grecs,

Comité Européen Droit Ethique et Psychiatrie (CEDEP),

Fédération Inter Associations (FIAC),

Revue «Tetradia Psychiatrikis»,

Union Syndicale de la Psychiatrie (USP)

Premiers Signataires

Arnéguy, Janie, enseignante, Nîmes

Bajon, Jean-Baptiste, médecin, Centre des 3 Cités, Poitiers

Boissel, Pascal, psychiatre-psychanalyste, Poitiers

Bourlier, Martine, psychiatre des hôpitaux, Paris

Chabert, Alain, psychiatre des hôpitaux, Chambéry

Chemla, Patrick, psychiatre des hôpitaux, Reims

Damour, Dominique, psychologue, Pontoise

Drylewicz, Serge, psychiatre-psychanalyste, Tours

Duguet Marion, psychiatre des hôpitaux, Lagny

Epiard, Christian, psychothérapeute, Pontoise

Gasser, Philippe, psychiatre des hôpitaux, Nîmes

Goulas, Vanguélis, militant associatif, Paris

Grigoriadou, Léna, enseignante, Paris

Kosadinos, Emmanuel, psychiatre des hôpitaux, Paris

Malaterre, Evelyne, médecin généraliste, Toulouse

Markman, Nora, psychanalyste, Paris

Martin, Jean-Pierre, psychiatre des hôpitaux, Paris

Matsa Katerina, psychiatre, Athènes

Paresys, Pierre, psychiatre des hôpitaux, Lille

Pavlou, Véra, psychologue, Athènes

Perraut Soliveres, Anne, cadre infirmière, Paris

Sakellariou, Pieretta, psychologue, Toulouse

Sauret, Marie-Jean, Professeur Emérite, Toulouse

Théotokatou, Nineta, psychologue, Athènes

Thiérion Laure, psychologue, Reims

Tournaire-Bacchini, Bruno, psychiatre des hôpitaux, Paris

Vallet, Antoine, psychiatre en formation, Reims

Vignes, Jean, infirmier psychiatrique, Toulouse

Yotopoulou, Katerina, psychologue, Athènes

QUI SOMMES NOUS
Nous sommes un groupe composé de militants et de professionnels  souhaitant  coordonner les initiatives pour la mise en place d’un  « Réseau Européen pour une Santé Mentale démocratique », en  lutte contre les conséquences de l’austérité sur les soins psychiques en Europe, désirant faire connaître et soutenir des  pratiques citoyennes et alternatives dans ce champ. L’éveil grec, représenté en la matière par les dispensaires autogérés et les initiatives solidaires nous servira de point d’appui concret pour conjoindre réflexion et actions dans la perspective de favoriser le développement de soins psychiques humanistes, respectueux du sujet et d'accès universel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Pour Matignon, le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard