Mme Wonner députée et la pétition exigeant l'interdiction de la psychanalyse...

Martine Wonner députée, membre de la Com. des affaires sociales de l’assemblée,a signée récemment une pétition pour l’exclusion de la psychanalyse de la Cité. Est-elle encore légitime pour assurer les fonctions de vice-Présidente des groupes de travail de la Commission des affaires sociales de l'Assemblée Nationale ?

Une pétition demandant l'exclusion de la psychanalyse des tribunaux, de l'université et des institutions de soins et du médico-social a été publiée à l'automne 2019 sur le site https://www.justicesanspsychanalyse.com/ .

Elle a été signée par 1022 professionnels de santé. Elle a été relayée par le Figaro et le Nouvel Obs.

J'ai publié dans Médiapart un article le 31 octobre dernier Si par hasard tu croises la psychanalyse... fripon fais gaffe!.

Avec Roland Gori, nous avons découvert que Mme Martine Wonner, député de la 4e circonscription du Bas Rhin, membre de la Commission des affaires sociales, auteure d’un récent rapport sur la psychiatrie contesté par de nombreux collectifs et professionnels de la psychiatrie, a apporté son soutien à cette pétition en la signant personnellement.

Nous en avons été profondément choqués du fait de ses responsabilités de vice-Présidente de deux groupes de travail de la Commission des Affaires sociales, ce qui l'oblige à une certaine décence. En effet, ces groupes de travail, "Lutte contre les addictions" et "Pauvreté, précarité et sans-abri"  relèvent pourtant d’approches soignantes multiples et diversifiées, incluant notamment des praticiens pouvant avoir comme références  dans leurs pratiques la psychanalyse ou certains de ses concepts, comme le transfert et le contre-transfert notamment, car ces domaines sont évidemment centrés sur la relation et les liens affectifs et sociaux.

Une pétition "Contre l'exclusion de la psychanalyse, Pour la diversité des recherches et des soins",  https://www.change.org/p/assembl%C3%A9e-nationale-s%C3%A9nat-minist%C3%A8re-de-l-enseignement-sup%C3%A9rieur-de-la-sant%C3%A9-de-la-justice-contre-l-exclusion-de-la-psychanalyse-pour-la-diversit%C3%A9-des-recherches-et-des-soins, à l’initiative du Séminaire InterUniversitaire Européen d’Enseignement et de Recherche en Psychopathologie et Psychanalyse (SIUEERPP) a recueilli à ce jour près de 35.000 signataires en réponse à l’exigence que la psychanalyse soit exclue des tribunaux, de l’université, et des institutions de soins…

Aussi nous avons décidé avec des collègues et ami.e.s de l'Appel des Appels, du Collectif des 39, du SIUEERPP et du Printemps de la Psychiatrie, d'interpeller Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l'Assemblée ainsi que les présidents des autres groupes parlementaires.

C'est ce texte que je publie ce soir dans l' Edition des contes de la folie ordinaire du Club de Médiapart.

Paris , le 12 décembre 2019

A Monsieur Gilles Le Gendre,

Président du Groupe parlementaire LREM

Monsieur le Président,

Nous portons à votre attention notre étonnement quant à l’engagement d’une députée LREM en faveur d'un groupe de pression réclamant que soient exclus des tribunaux, des hôpitaux et des universités la totalité des psychiatres et des psychologues se référant à la psychanalyse.

Nous avons en effet été stupéfaits de constater que Mme Martine Wonner , député de la 4e circonscription du Bas Rhin, membre de la Commission des affaires sociales, a apporté son soutien à une tribune stigmatisant des citoyens, professionnels du soin, enseignants, chercheurs, tous acteurs engagés de la vie sociale; une pétition loin de ce que les citoyens doivent pouvoir attendre de leurs représentants chargés de faire évoluer et de moderniser dans la sérénité les lois qui régissent leur pays.(cf : https://www.justicesanspsychanalyse.com)

Soucieux de voir garantie la qualité des débats qui présideront à l’amélioration du fonctionnement de nos tribunaux, de nos hôpitaux et de nos universités, nous nous tournons vers vous pour vous demander de nous rassurer quant aux options que retiendra à l’avenir le groupe parlementaire que vous présidez et vous prier instamment de veiller à en écarter tous les porteurs de discours de haine et d’exclusion, comme les colporteurs de ragots et de discours archaïques d’un temps qu’on pouvait croire révolu .

Nous souhaitons d’autant plus vous entendre prendre clairement parti pour l’échange intelligent, serein, objectivement et scientifiquement documenté et démocratiquement mené, que, manquant à ce même devoir, le Ministre de l’éducation nationale a installé un Conseil scientifique de l’ Education nationale duquel les représentants de plusieurs spécialités (dont les sciences humaines non numériques) ont été exclus sans explication ni justification scientifique.

Votre groupe parlementaire ne devrait-il pas s’inscrire dans une démarche plus démocratique que ne le sont ce genre d’initiatives si peu respectueuses des intérêts sanitaires nationaux ? Ne conviendrait-il pas d’en informer nos concitoyens ? Madame Martine Wonner peut-elle légitimement conserver ses fonctions de Vice-Présidente des Groupes d’Études de la "Lutte contre les addictions" et de la "Pauvreté, précarité et sans-abri" - tous deux fléaux relevant d’approches soignantes multiples - alors qu’elle se montre aujourd’hui publiquement juge et partie ?

C’est dans l’attente de vos réponses que nous nous engageons dès à présent à transmettre celles-ci aux membres des associations que nous représentons, comme aux 32 000 citoyens qui ont signé en un mois la pétition s’indignant de celle que Mme Wonner a soutenue et dont voici le lien : http://chng.it/VsrmkfJjjX

Recevez, Monsieur le Président, nos parfaites considérations,

Alain ABELHAUSER, professeur des Universités (psychopathologie clinique),président du Séminaire Inter-Universitaire Européen d’Enseignement et de Recherche en Psychopathologie et Psychanalyse (SIUEERPP), psychanalyste.

Michèle BENHAIM, professeur des Universités, psychanalyste.

Pascal BOISSEL, psychiatre, psychanalyste, président de l'Union syndicale de la psychiatrie.

Hervé BOKOBZA, psychiatre, membre fondateur du Collectif des 39.

Sébastien FRIPI, psychologue clinicien, doctorant en psychanalyse et psychopathologie clinique, formateur en travail social, membre de l’Appel des Appels.

Roland GORI, professeur honoraire de psychopathologie des Universités, psychanalyste, président de l’Appel des appels.

Danielle LÉVY, pédopsychiatre, psychanalyste, membre du Collectif des 39.

Paul MACHTO, psychiatre honoraire des Hôpitaux, psychanalyste, membre fondateur du Collectif des 39.

Céline MASSON, professeur des Universités, psychanalyste, présidente de l’Association Française de Recherche sur les Processus de Création.

Marie-Jean SAURET, professeur émérite des Universités, psychanalyste.

Claude SCHAUDER, Anc. professeur assoc. des Universités, psychologue clinicien, psychanalyste, membre de l’Appel des Appels, Président de l’Association Lire Dolto aujourd’hui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.