La médicalisation de nos vies quotidiennes remise en cause aux USA

"Comment la psychiatrie et l'industrie pharmaceutique ont médicalisé nos émotions" de Christopher Lane

 

http://www.lemonde.fr/livres/article/2009/03/05/comment-la-psychiatrie-et-l-industrie-pharmaceutique-ont-medicalise-nos-emotions-de-christopher-lane_1163501_3260.html


Au moment où les psychiatres français s'insurgent contre une politique d'Etat qu'ils jugent contraire à leur éthique, voilà que le modèle cognitivo-comportemental qu'ils contestent et qu'ils regardent comme "américain" est violemment critiqué aux Etats-Unis comme inefficace, grotesque et quasiment fasciste. De l'autre côté de l'Atlantique, cette mise en cause ne vient pas des psychiatres, trop soumis au diktat des laboratoires pharmaceutiques, mais des historiens et des écrivains.

En témoigne le livre de Christopher Lane, qui a été un best-seller en 2007. Prenant l'exemple de la timidité, qui n'est en rien une maladie mais une émotion ordinaire, l'auteur, spécialiste de l'époque victorienne et des cultural studies, dénonce la manière dont le fameux DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) - élaboré par l'American Psychiatric Association (APA), puis adopté dans le monde entier à travers l'Organisation mondiale de la santé (OMS) - a permis, en une trentaine d'années, de transformer en maladies mentales nos émotions les plus banales, pour le plus grand bonheur d'une industrie pharmaceutique soucieuse de rentabiliser des molécules inutiles : contre la crainte de perdre son travail par temps de crise économique, contre l'angoisse de mourir quand on est atteint d'une maladie mortelle, contre la peur de traverser une autoroute à un endroit dangereux, contre le désir de bien manger parfois avec excès, contre le fait de boire un verre de vin par jour ou d'avoir une vie sexuelle ardente, etc...

Elisabeth Roudinesco

 

COMMENT LA PSYCHIATRIE ET L'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ONT MÉDICALISÉ NOS ÉMOTIONS (SHYNESS. HOW NORMAL BEHAVIOR BECAME A SICKNESS) de Christopher Lane. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par François Boisivon. Flammarion, 384 p., 26 €.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.