Billet de blog 18 sept. 2022

Paul Machto
Psychanalyste - Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Une sinistre beauté des lieux

La liberté est thérapeutique. Pourtant dans cet hôpital psychiatrique de la Seine St Denis, Ville-Évrard, pas un chat. Une ville désertée. La mort du grand renfermement. Au delà des espérances de Nicolas Sarkozy, le silence et le désert règnent en maître. L'asile est bien de retour. Psychiatres, braves gens dormez en paix !

Paul Machto
Psychanalyste - Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un hôpital est en principe peuplé de patients.

En principe.

Un hôpital psychiatrique qui devrait ériger en principe fondamental la liberté de circulation.

À Trieste, en Italie, dans l’hôpital psychiatrique travaillé par Franco Basaglia, puis par Franco Rotelli, j’avais admiré en 1978 sur un mur d’un pavillon abandonné, déserté par les malades et les soignants « La Liberta e térapeutica ».

Oui la liberté est thérapeutique !

Mais c’était dans un siècle aujourd’hui lointain.

En 2022, c’est un tout autre monde, un tout autre programme.

En juin 2022, à l’issue d’une journée de colloque organisée par de jeunes soignants à Ville – Évrard en Seine Saint Denis, « Enfermer pour soigner ? », je m’étais baladé dans cet hôpital dans lequel j’ai effectué la totalité de ma carrière de psychiatre.

J’avais toujours aimé ce lieu, chargé d’histoire. Des personnages illustres y avaient été enfermés. Antonin Artaud, Camille Claudel, pour les plus emblématiques.

Cet hôpital où dans les années 48-50, un psychiatre renommé, Paul Sivadon, y avait créé le Centre de Traitement et de Réadaptation Sociale. Un des premiers actes posé avait été de proposer aux malades enfermés là, pour certains depuis des années, d’œuvrer à abattre les murs, à combler les sauts de loup. Tout un travail de terrassement avait été mis en œuvre dans un certain enthousiasme. Un des pavillons avait été nommé La terrasse justement en référence à ces malades qui s’étaient transformés en terrassiers.

Cet hôpital qui avait abrité un réseau de résistance. Lucien Bonnafé avait dû s’en échapper pour rejoindre Saint Alban en Lozère où oeuvrait Francecq Tosquelles, et où il avait jeté les bases du désaliénisme et de la politique de secteur psychiatrique.

J’avais connu cet hôpital vivant.

Les malades y circulaient dans le parc, entre tous ces bâtiments en pierre de taille qui constituent désormais un authentique patrimoine architectural. Ils aimaient se réunir à la cafétéria en face du bâtiment de la Direction où arrivait au début du 20ème siècle un tramway arrivant de Paris pour rejoindre Neuilly sur Marne. Le tram avait été depuis remplacé par le bus qui s’arrête désormais à l’entrée de l’hôpital. Les malades fréquentaient aussi le salon de coiffure qui jouxtait la cafétéria. Certains se rendaient dans les bâtiments d’ergothérapie.

C’était une véritable petite ville vivante.

J’y croisais des patients que j’aimais saluer et qui me le rendaient bien.

Il y avait de la vie.

La ferme fonctionnait pendant des décennies, avec son troupeau de vaches qui passait chaque matin et chaque soir devant la Direction, les cochons qui se répandaient dans le terrain vague en face des pavillons Alyzé ou Tramontane encore jusque dans les années 80, les sillons maraîchers qui auraient pu empêcher la famine qui décimait les malades pendant la guerre…

En ce mois de juin 2022, lors de ma balade, je fus pris par une angoisse sourde. Ce fut au bout d’un moment que je compris qu’elle n’était pas dû au temps pluvieux de cette fin d’après-midi.

Je finis par comprendre que la cause de cette angoisse était liée au silence et à l’absence total d’êtres vivants.

Aucun malade ne circulait.

Tous les pavillons encore occupés étaient fermés.

Personne.

Pas un chat.

Même ces chats – une association de sauvegarde des chats avait été même créée- qui se baladaient dans l’hôpital avaient disparu.

Un silence de mort. Plus de vie.

Lorsque je suis revenu ce 17 septembre 2022 à l’occasion de la Journée du Patrimoine le soleil était radieux.

Mais … toujours personne. Pas un chat.

Dans les jardins de chaque pavillon, ceinturés par de nouvelles grilles neuves, personne. Plus de vie.

Pourtant dans ces pavillons de nombreux malades y sont hospitalisés en … hospitalisation libre ! Ils devraient avoir le loisir de se promener, d’échapper à la promiscuité des couloirs et des salles où une télévision certainement tourne en boucle pour créer un simulacre d’occupation.

J’avais connu une époque où les chambres d’isolement n’étaient pas occupées, ou seulement pour quelques heures.

Cette époque me semble remonter à un siècle, à l’asile créé en 1868. Il n’y a pourtant qu’une ou deux décennies.

N’ont-ils pas honte ces psychiatres actuels ? Dorment-ils tranquilles ?

Les pavillons sont désormais bouclés.

De l’extérieur on aurait l’impression d’errer dans une ville désertée.

Sinistre sous le soleil.

Ainsi va la psychiatrie française en 2022.

Le grand renfermement prôné par Nicolas Sarkozy en décembre 2008 est accompli au-delà de ses espérances.

Ville Evrard Le Chateau © Paul Machto
Ville Evrard les pavillons © Paul Machto
Ville Evrard les pavillons © Paul Machto

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop