Billet de blog 20 nov. 2008

La psychiatrie va mal, donc elle existe !

Bon, ça devait arriver, la psychiatrie va mal ! Donc, la psychiatrie existe! On peut constater que les évidences, du type "le roi est nu", mettent toujours un certain temps avant de "sortir". (Article original et commentaires ici.)

alain Gillis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bon, ça devait arriver, la psychiatrie va mal ! Donc, la psychiatrie existe! On peut constater que les évidences, du type "le roi est nu", mettent toujours un certain temps avant de "sortir". (Article original et commentaires ici.)

Un peu après certaines tentatives sur MDPT, le journal "Le Monde" nous le suggère : il faut refaire de la psychiatrie...car mine de rien, on a beaucoup régressé !

On va donc, le temps d'une courte crise, (une petite semaine) avoir le droit de dire que les fous existent... On aura peut-être même le droit de dire qu'on les respecte, qu'on se sent tout à fait proches d'eux, qu'ils sont "nous"... Et qu'on aimerait s'attacher à les comprendre et à les soulager. Alors on va former des psychiatres hein ? Des vrais ? Des cultivés ? Des qui savent lire des livres ? Des qui aiment comprendre ? On va construire des lieux confortables et accueillants... Et puis on formera le personnel aux questions de la folie! Et les soignants seront passionnés par le discours des patients! On fera en sorte qu'ils y entendent quelque chose... Et qu'ils sachent aussi prescrire... Et comme dirait Brel : on s'ra bien comme avant Jeff ! Allez viens Jeff !

.

En attendant, les chiffres s'imposent, toujours plus incroyables 25 pour 100 de psychotiques dans les prisons, dont 8 pour 100 de schizophrènes... Mais il était si bon, le temps où l'on chantait les airs de l'antipsychiatrie ! C'était la droite alors, et puis la gauche, et puis la droite... Mais ça n'a pas d'importance le consensus est solide sur cette question. Roger Gentis écrivait : La psychiatrie doit être faite et défaite par tous ! Bref, elle a été défaite. On ne risque plus d'être empêché de "vivre sa folie". On peut aller sur le trottoir, ou en prison, crever d'ennui et d'angoisse, avec une plaquette de médicament dans la poche...

On a déclaré la presque fin de la psychiatrie... Ca plaisait !

Enfin, une dernière chose, plus importante encore : ce qui arrive aujourd'hui a bas bruit, c'est le démantèlement ou la non reconnaissance active de la psychiatrie de l'enfant !

C'est exactement la même histoire. On simplifie, on désinforme, on raconte des fables, on prescrit des amphétamines pour stabiliser de soit disant hyperactifs (les malheureux), on intègre à l'école des enfants qui souffrent de graves troubles mentaux. Et, comme pour l'antipsychiatrie des années 60, ça fait chic !

Les enfants, qui n'ont évidemment pas la parole, ne peuvent rien dire du sort qui leur est réservé ! Et les parents sont loin d'être tout a fait informés...

Le secteur médico social, les IME, les IMP, presque totalement dépourvus de psychiatrie, constitueront bientôt un genre d'hospices... Des hospices pour enfants, destinés aux "cas lourds", et aux déçus de l'intégration... Il s'agit là de maltraitance administrative très consciemment assumée : l'absence de structures d'accueil conséquentes. Ce cynisme passe éventuellement pour de la "claire voyance" et prend des allures d'appel à la solidarité... Dans combien d'années, le journal, Le Monde ou un autre, va-t-il découvrir la chose ?

Quelle surprise ce sera alors !

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart