Billet de blog 25 sept. 2019

Nommer les responsables de la catastrophe de la psychiatrie.

Le 18 septembre a été publié le rapport de la «Mission parlementaire sur l'organisation territoriale de la santé mentale» dont les deux co-rapporteures sont Martine Wonner (LREM) et Caroline Fiat(FI).

pascal b
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui est responsable de la catastrophe?

Le 18 septembre a été publié le rapport de la «Mission parlementaire sur l'organisation territoriale de la santé mentale» dont les deux co-rapporteures sont Martine Wonner (LREM) et Caroline Fiat(FI).Une délégation de l'USP était présente lors de la présentation de ce rapport à l'Assemblée nationale, ayant été auparavant auditionnée par cette commission avec d'autres syndicats de psychiatres.

Ce rapport est explosif: la situation de la psychiatrie est dite «catastrophique», «accablante»; ce rapport est présenté comme étant un cri d'alarme.Des préconisations y sont faites, souvent anciennes mais cependant intéressantes: mettre l'accent sur le lien avec les médecins généralistes, donner un rôle plus important aux psychologues, combattre les inégalités territoriales, etc. La Contrôleuse générale de lieux de privation de libertés est citée à juste titre. Les deux parlementaires nous disent avoir entendu les inquiétudes, les angoisses des soignants, des patients et de leurs familles, et leur avoir donné une tribune dans ce rapport parlementaire. Dont acte.

Notons que ce rapport ne se réfère pas au travail en cours de Madame Buzyn ministre de la Santé. Nous ne saurions en faire grief aux deux parlementaires tant le bilan de ce ministère, dans la continuité des précédents, est pitoyable. Cela vaut-il dénonciation?

Ayant reçu ce long rapport il y a peu, nous ne saurions en faire dès à présent une analyse exhaustive; nous saluons l'importance de ce travail, de ce bilan de la situation de la psychiatrie. Bilan catastrophique donc:«La filière psychiatrique et en particulier la psychiatrie publique est au bord de l'implosion, et la sur-occupation des lits est un fléau pour les patients comme pour les soignants».

Mais la question qui s'impose à nous est la suivante: y aurait-il un consensus allant de la droite macronienne à la gauche de FI à propos de la psychiatrie comme la présentation de ce rapport pourrait le faire craindre? Non, bien sûr. Mais l'exercice parlementaire gomme les aspérités des contradictions vécues.

Ce rapport cite Bonnafé et salue le Printemps de la psychiatrie. Fort bien, mais le Printemps de la psychiatrie désigne ses adversaires: les capitalistes de l'hospitalisation privée, ceux de l’industrie pharmaceutique, les idéologues de la fondation FondaMental, et leurs amis, alliés, et mercenaires. C'est pour cela que nous sommes présents dans ce mouvement aux côtés de beaucoup d'autres. Et nous ne ferons pas de consensus avec ces adversaires: mille conférences et rapports n'y changeraient rien.

Quelques premières remarques à propos de ce rapport:

-Dans le résumé de ce rapport, nous lisons: «la psychiatrie de secteur a pu freiner le développement d'une expertise plus spécialisée indispensable pour certains patients». La formule vient annuler l'hommage classique à Bonnafé: la sectorisation aurait empêché le développement d'une penséeacérée. Mensonge et manipulation.

-A plusieurs reprises,l'hospitalisation privée est placée sur le même plan que l'hospitalisation publique. Madame Wonner,dont les liens avec les chefs de l'hospitalisation privée sont connus, se montre ainsi bien sur la même ligne que les propagandistes néolibéraux de FondaMental (dont le professeur Leboyer est une figure de proue): ouvrir de nouveaux marchés aux cliniques privées.

-Ce rapport insiste sur un nécessaire passage à 80% d'ambulatoire: vœu pieux fort estimable. Mais Madame Wonnertient ensuite à préciser que contrairement à Madame Fiat,elle estime que cela doit se faire sans création de poste...mais avec augmentation de budget. Difficile de marier la carpe et le lapin.

Nous avons tenté de faire entendre lors de cette présentation la voix des grévistes de l'hôpital du Rouvray qui s'engagent dans une grève illimitée, un an après la grève de la faim qui aboutit à un protocole d'accord. Mais aujourd'hui leur direction d'hôpital et leur Agence régionale de santéne tiennent pas leurs engagements, trahissent la parole donnée.

Nous avons fait résonner l'exigence de la Coordination inter urgences de plus de lits d'hospitalisation, plus de personnels, et des augmentations de salaires, sans être entendu par Madame Wonner.

Dire que la situation est catastrophique est très justifié,mais doit être complété par la dénonciation des responsables: les néolibéraux et leur management terrifiant, et Sarkozy incarnant le tournant sécuritaire.Nous dénonçons ceux qui saccagent le service public pour livrer par fragments aux intérêts privés. Nous dénonçons Madame Buzyn qui,au nom de la bonne gouvernance,liquide les possibilités mêmes du soin psychiatrique en s'appuyant sur les directives autoritaires de la Haute autorité de santé.

La référence faite dans ce rapport,à plusieurs reprises, à la nécessité d'une direction politique ferme de la psychiatrie ne peut être dans ce contexte que source d'inquiétude pour nous.

Pour l'USP:

Pascal Boissel, Philippe Gasser, Delphine Glachant

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment la Russie a laissé filer l’épidémie
Omicron déferle sur la Russie alors que le pays vient déjà de traverser une terrible année 2021 et déplore plus de 900 000 morts excédentaires depuis le début de la pandémie. Une hécatombe acceptée par l’État mais aussi par la population, peu encline à la vaccination.
par Julian Colling
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal
Deux « Zouaves » condamnés pour l’attaque à Paris d’un bar antifasciste
Un an et demi après la descente du groupe d’ultradroite Les Zouaves au Saint-Sauveur, QG des antifascistes parisiens, Marc de Cacqueray-Valmenier et Bastien Dos Santos ont été condamnés à des peines de prison ferme pour violences et dégradations en réunion.
par Camille Polloni
Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2020 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie