Billet de blog 25 nov. 2018

Information préoccupante concernant les enfants adressée à la ministre de la Santé

Lettre ouverte du 23 novembre 2018, journée des Droits de l'enfant, à la Ministre de la santé. https://www.uspsy.fr/Lettre-ouverte-du-23-novembre-2018.html

pascal b
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madame la ministre de la Santé,

Pédopsychiatre dans le Maine et Loire, je me permets de vous interpeller en cette journée des droits de l’Enfant au sujet des annonces que vous avez faites ce jour, notamment concernant l’effort porté au signalement des violences contre les mineurs, via entre autres la promotion du 119 et une meilleure formation des médecins. 

Il y a maintes choses à redire concernant les modalités de ces signalements et informations préoccupantes. Amenée à en effectuer pour des cas de maltraitances graves et avérées, je ne peux que regretter le peu d’actes concrets qui suivent les lourdes démarches effectuées, souvent sans aucun retour.

Aménager le processus de signalement et permettre une meilleure coordination entre les différents acteurs de la protection de l’enfance serait bénéfique, mais ça n’est pas le plus urgent. Nous avons besoin de mesures concrètes pour faire face à la pénurie de places en milieu extra familial pour garantir à ces enfants une sécurité minimale et ainsi leurs permettre l’accès aux soins psychiques post traumatiques

J’avoue avoir été extrêmement déçue par les réponses que vous avez apportées, qui ne sont pas à la hauteur des difficultés auxquelles les professionnels de la protection de l’enfance sont confrontés dans le contexte d’une pseudo logique comptable 

Notre système de protection de l’enfance se montre de plus en plus défaillant, si ce n’est maltraitant, et peine à accomplir sa mission. Pensez-vous sérieusement que nous sommes en mal de signalements ? Deux cents rien que pour notre département, voilà le nombre de mineurs dont les signalements ont été jugés suffisamment inquiétants pour qu’une demande de placement  soit faite sans être satisfaite. Quel intérêt d’accentuer l’effort sur le signalement si aucune prise en charge n’est possible ? Pourquoi rien n’est fait pour pallier ce problème endémique ? Souhaitez-vous accentuer le « placement à domicile », qui permet qu’on renvoie les enfants maltraités dans l’environnement qui a favorisé cette maltraitance ?

Les travailleurs sociaux croulent sous la charge de travail faute d’effectifs suffisants. Les turn-over incessant empêchent toute continuité relationnelle. 

En résulte une prise en charge a minima des enfants, donc des liens d’attachement insecures.

Plus qu’un manque d’investissement, c’est le désinvestissement de l’Etat de ce secteur pourtant essentiel au maintien du vivre-ensemble qui semble en cours. Comment expliquer autrement la vente des foyers au moins coûtant? La vie en foyer n’a jamais été la panacée mais force est de constater que le turn-over permanent des encadrants nuit à ces enfants vulnérables ainsi plongés dans l’insécurité du lien d’attachement, ce qui amène une recrudescence des violences, qu’elles soient à l’encontre de leurs encadrants ou entre pairs .

En cette journée des droits de l’Enfant, il me semblait essentiel de rappeler l’Etat, dont vous êtes la représentante, à son devoir de garantir leurs droits à ces enfants. S’ils ne sont bien souvent pas aptes à l’exprimer, leurs droits et leur dignité sont trop souvent bafoués par des institutions qui ne pensent qu’à leur propre logique.

Aussi je me permets de vous interpeler face à cette situation préoccupante voire alarmante des enfants confiés à l’Etat et notamment au ministère de la Santé et de la Solidarité dont vous êtes garante. Je vous invite à venir constater la réalité des faits énoncés sur le terrain. 

Je vous prie de bien vouloir agréer, Madame la ministre de la Santé, l’expression de mes salutations distinguées,


Nathalie Batardière,

membre du conseil national de l’USP

Union Syndicale de la Psychiatrie

52 rue Gallieni, 92240 Malakoff

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés