Billet de blog 27 juil. 2021

pascal b
Abonné·e de Mediapart

Face à ce gouvernement des psychiatres en appellent à la "résistance"

Pour la première fois, les médecins se voient interdits par la loi de soigner une partie de la population, en dépit de leur Code de déontologie.

pascal b
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Appel à résistance

Communiqués de presse USP

Pour la première fois, les médecins se voient interdits par la loi de soigner une partie de la population, en dépit de leur Code de déontologie. 

Le gouvernement et la majorité présidentielle ont fait passer en force, à l’issue de la nuit de débats législatifs relatifs à la gestion de la crise sanitaire du 22 au 23 juillet, à l’Assemblée nationale, une obligation de présenter soit un pass sanitaire attestant d’une vaccination complète, soit d’un test sérologique négatif, soit d’un certificat médical de rétablissement de la Covid-19 à toute personne se rendant dans un établissement sanitaire, social ou médico-social.

Une fois de plus, ces décisions ont été prises sans concertation, ni avec les professionnels de terrain, ni avec les scientifiques des commissions ad hoc, ni avec les citoyens.

Ceci est une atteinte extrêmement grave à l’accès aux soins pour les personnes malades, à l’accès aux services sanitaires ou sociaux, créant une discrimination entre ceux qui ont accès ou non aux vaccins.

Or, nous le savons bien, outre les personnes réticentes ou opposées à la vaccination, une partie de la population n’a pas accès à cette vaccination. Parce que les possibilités de vaccination sont trop limitées (plages disponible, quantité de doses insuffisantes), parce qu’elles ont socialement des difficultés d’accès aux centres (transports, manque d’information…), parce que leurs problèmes de santé même les empêchent d’accéder à cette vaccination, hors des contre-indications médicales extrêmement réduites énoncées par le ministre de la Santé.

C’est le cas en particulier d’un certain nombre de patients suivis pour des pathologies psychiatriques qui ne peuvent, sans un accompagnement soignant rapproché, se faire vacciner ni passer de test virologique. Ils n’ont pas à subir de nouveau, comme lors du confinement de mars à mai 2020, des ruptures de suivi, au risque de les fragiliser, les isoler, les amener potentiellement à une aggravation de leur état et à une nécessité de soins en urgence.

Marche-t-on sur la tête ou a-t-on affaire à des dérives sécuritaires supplémentaires qui excluraient encore plus une partie de la population jugée trop dangereuse (les vaccinoseptiques) ou une population trop vulnérable (les plus défavorisés) ?

L’USP s’oppose fermement à cette ségrégation des plus démunis, à cette phase supplémentaire de destruction de l’accès aux services publics sanitaires et sociaux.

Nous appelons tous les professionnels à réagir, notamment localement sur leur lieu de travail, à se mobiliser auprès des usagers pour rappeler l’absolue nécessité de l’accès égal aux soins pour tous et contre les dérives autoritaires extrêmement graves du président de la République et de son gouvernement.

Nous appelons également les élus à faire barrage à cette loi, les sénateurs dès aujourd’hui, les députés lors du second passage à l’Assemblée nationale.

Le Conseil national de l’USP, 24 juillet 2021

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost