Déraison d’Etat, ou des raisons de l’Etat?

Une pétition nationale, nouvel appel du «Collectif des 39 contre lanuit sécuritaire», vient d'être publié. Près de 10.000 signataires sesont déjà manifestés, parmi lesquels on relève notamment les noms de Stéphane Hessel, Edgar Morin, Jack Ralite, Jean Oury.
Une pétition nationale, nouvel appel du «Collectif des 39 contre lanuit sécuritaire», vient d'être publié. Près de 10.000 signataires sesont déjà manifestés, parmi lesquels on relève notamment les noms de Stéphane Hessel, Edgar Morin, Jack Ralite, Jean Oury.

 

Le titre de l’Appel dont les lecteurs de Médiapart ont eu la primeur il y a quelques jours[1], n’a pas été choisi pour le plaisir du jeu de mot. Quoique … Car l’Etat, en l’occurrence le Président de la République actuel et son gouvernement, des raisons ils en ont.

Et plutôt des mauvaises : le projet d’engager la psychiatrie, et peut être aussi la société vers une orientation « contrôlitaire », une « Police Sanitaire Spécialisée».

En effet le projet de loi qu’ils nous ont concocté, « relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge », s’il est adopté, va entraîner un basculement paradigmatique en psychiatrie analogue à ce que la loi Dati sur « la rétention de sûreté » en février 2008, a provoqué pour le Droit.

Le texte va passer en première lecture à l’Assemblée Nationale, le mardi 15 mars, après un simulacre de concertation : une heure et demi d’audition en une seule fois, une « table ronde » avec l’ensemble des syndicats de psychiatres, le syndicat des psychologues, etc.

Hasard du calendrier ? Retour dans l’inconscient gouvernemental ?

Il se trouve que le 15 mars est la date anniversaire de la circulaire qui a fondé la Politique de Secteur Psychiatrique en France, voilà 51 ans, le 15 mars1960 !!!

Pour l’anniversaire de la création d’une politique de soins psychiatrique, alors inédite dans le monde, une politique prévoyant la prise en charge de la prévention, des soins et de la« post-cure », comme on disait à l’époque, par une même équipe soignante pluridisciplinaire à l’hôpital et dans la cité, le quartier, l’ouverture sur la ville, la réinsertion des malades, le désaliénisme, la déségrégation, voilà un beau cadeau : le renfermement programmé.

Avec ce projet, toute personne qui ne donne pas son consentement à des soins psychiatriques pourra être hospitalisé 72 h., sous des modalités assimilées à une garde à vue psychiatrique. Elle pourra être ensuite « internée à domicile », grâce à ce que le projet de loi énonce comme « des soins sans consentement en ambulatoire » avec obligation d’être soumise à un traitement que l’on sous entend comme neuroleptique, médicamenteux.

La camisole chimique à domicile, l’internement chez soi, avec un bracelet électronique offert par le ministère de la santé et la sécurité sociale !

Pour ne pas être en reste, l’individu verra son identité inscrite dans un casier judiciaire psychiatrique à vie.

Mais, objecterez-vous, « ceci est peut être nécessaire pour les fous dangereux » ?

Sauf que les fous dangereux ne sont pas si nombreux que cela, je ne vous citerai pas ici les études scientifiques, françaises et internationales. Les fous, les patients atteints de désordres psychiques, sont beaucoup plus dangereux …. pour eux-mêmes, comme nous l’apprend parfois douloureusement la pratique quotidienne en psychiatrie.

Mais aussi, ne constate-t-on pas l’extension du domaine des troubles psychiques ?

La souffrance au travail, les conflits dans le monde de l’entreprise où vexation, humiliation, qui confine parfois à de la persécution, ce que la mode éditoriale a dénommé « harcèlement », les conflits intra – familiaux, les difficultés affectives et identitaires de l’adolescence … tout ceci, et j’en oublie, entraînent des manifestations psychiques, des troubles de l’humeur, des malaises existentielles extrêmes, que la psychologisation facile nomme« Dépression ».

Ainsi vous percevez l’ampleur du nombre de personnes concernées potentiellement par les soins psychiatriques. Certaines études ont avancé le chiffre d'un tiers de la population touchée par des troubles psychiques. Parmi toutes ces situations souvent fort complexes, combien de personnes se sentent « malades » ? Combien acceptent facilementl’idée de consulter un psychiatre, un psychothérapeute, un psychanalyste ? Et lorsque l’entourage, un ami, un parent, un collègue de travail, sera suffisamment inquiet, lorsque le consentement aux soins sera difficile à obtenir, , s’il se laisse gagner lui aussi par l’inquiétude, le médecin sollicité aura facilement recours à la loi.

Ainsi vous découvrez le champ d’application des soins sans consentement

Mais également, nous le savons d’expérience, la loi va entraîner, va entériner des pratiques de plus en plus sécuritaires. L’état d’esprit des soignants à l’encontre des malades va être particulièrement influencé, modelé, par l’esprit de la loi. Les patients sous prétexte de non-consentement seront encore moins pris en compte comme des sujets, des « soins » réduits aux médicaments seront imposés « pour leur bien ».

De trop nombreuses pratiques ont déjà particulièrement dérivé vers l’inacceptable, l’insupportable régression et le retour à l’enfermement asilaire. Ce projet de loi ne va que les banaliser, les amplifier.

Nous publions aujourd’hui dans Médiapart, les premiers signataires qui ont rejoints les membres du Collectif des 39.

Nous avons eu la surprise avant toute publication dans les médias de voir près de 10.000 citoyens, acteurs du monde de la culture, professionnels signer cet appel en moins d’une semaine !

Parmi eux, au premier rang, nous avons eu l’honneur de voir s’engager, Stéphane HESSEL, ambassadeur de France, Edgar MORIN, sociologue, Jack RALITE, ancien Ministre de la Santé, Jean OURY, éminent psychiatre, soutenir ce nouvel appel des 39.

D’autres personnalités, intellectuels, écrivains, artistes, politiques se sont aussi mobilisés à nos côtés pour exiger le retrait du projet de loi.

La diversité des signataires est remarquable : des personnes signent en tant que « malade bipolaire », « poète », « retraité de l’enseignement » etc. Des responsables et des adhérents d’associations de patients, comme Advocacy, comme les « V.I.P. en psy », les Voix Iséroises de Patients en psy, de Grenoble, des syndicalistes.

De très nombreux soignants, mais aussi fait particulièrement notable, de très nombreux psychanalystes, membres d’associations de psychanalystes les plus diverses.

Nous vous invitons à prendre connaissance de cet appel : « Réforme de la psychiatrie : une déraison d’Etat », et à signer, en cliquant sur le lien : http://www.collectifpsychiatrie.fr/phpPetitions/index.php?petition=8

Pour lire l’analyse et la position du Collectif des 39 dans un texte plus détaillé que ne peut le faire une pétition, allez sur les site :http://www.collectifpsychiatrie.fr

 

Parmi les premiers signataires :

Rony BRAUMAN, Ex-Président de Médecins sans Frontière, Yves CLOT,Titulaire de la Chaire de psychologie du travail du C.N.A.M., Jacques HOCHMANN Professeur émérite de psychiatrie - Lyon, Serge PORTELLI, Vice-président au tribunal de Paris, Jacques RANCIÈRE Philosophe professeur émérite à l'Université de Paris VIII (Saint-Denis), John STRAUSS,Professeur de psychiatrie émérite Yale University Medical School, Pouria AMIRSHAHI, Secrétaire national aux Droits de l'homme du Parti Socialiste, Denis BAUPIN, Maire Adjoint de Paris Europe Écologie Les Verts, Olivier BESANCENOT, Porte - parole du N.P.A. Martine BILLARD Députée et Co-Présidente du Parti de Gauche, Nicole BORVO COHEN-SEAT Sénatrice Communiste de Paris, Yves COCHET Député de Paris, Europe Écologie Les Verts , Pierre DARDOT, Philosophe, Martine DUTOIT Directrice association Advocacy, Hélène FRANCO Animatrice de la commission Justice et Libertés du Parti de Gauche,Jean Luc GIBELIN, membre de l'exécutif du P.C.F. responsable des questions de santé et protection sociale, Jérôme GUEDJ, Vice-Président du Conseil Général d'Essonne, Parti Socialiste, Pierre LAURENT, Secrétaire National du PCF, Daniel LE SCORNET, Parti Socialiste, ancien dirigeant mutualiste, Anne LECLERC, membre de la direction du N.P.A., Alain LIPIETZ, Économiste, E.E.L.V., François LONGERINAS (Journaliste, secrétaire national du Parti de Gauche, Paris), Noël MAMÈRE Député de Gironde, Europe Écologie Les Verts, Jean Luc MÉLENCHON Député Européen, Président du Parti de Gauche,Anny POURSINOFF Députée des Yvelines, Europe Écologie Les Verts, René REVOL, Maire de Grabels - 34, Laure ADLER, Journaliste, écrivain, Cécile ANDREY, Metteur en scène - Vosges - co-fondatrice du festival «La tête ailleurs», Cécile AVENTURIER "V.I.P. en psy" - 38, Philippe BORREL Réalisateur auteur - Paris, Geneviève BRISAC Écrivain, CHARB dessinateur, Dominique CONIL, Écrivain, Michel CONTAT Chercheur émérite au C.N.R.S, Patrick COUPECHOUX Journaliste, Marie DARRIEUSSECQ Écrivain, Jean-Baptiste GENDARME Écrivain, Philippe GUERARD Président de Advocacy, Leslie KAPLAN Écrivain, Linda LÊ Écrivain, Marie-José MONDZAIN Directrice de Recherche CNRS philosophe et écrivain, Chantal MOREL, metteur en scène, Compagnie "Equipe de Création Théâtrale", Grenoble, François MOREL,comédien, humoriste, Laurent MUCCHIELLI Directeur de recherches au CNRS, Véronique NAHOUM-GRAPPE Anthropologue - Paris, Elisabeth ROUDINESCO Historienne Université Paris VII, Evelyne SIRE-MARIN Magistrat, Bernard TEPER U.F.A.L., Jan ARONS Artiste peintre - 30, Yves BERNARD Décorateur, Jacqueline BLEWANUS Artiste peintre - 30, Marcial DIFONZO Metteur en scène, Jean-Michel GREMILLET Directeur de la scène nationale de Cavaillon, Patrick GUIVARCH Responsable des cinémas UTOPIA - Avignon, Marie-José JUSTAMOND Directrice du festival des Suds d'Arles, Frédérique LOLIÉE Metteuse en scène et comédienne, Sonia MEDINA Productrice réalisatrice, Daniel MESGUICH Metteur en scène, Paris, François RANCILLAC Metteur en scène directeur du théatre de L'Aquarium - Paris, Claude RÉGY Metteur en scène, Alain VEINSTEIN, Ateliers Contemporains, Elise VIGIER Metteuse en scène et comédienne, Sophie AOUILLÉ Psychanalyste, Guy BAILLON Psychiatre, Dominique BESNARD Psychologue, directeur des politiques sociales aux C.E.M.E.A.en charge de la psychiatrie, Alice CHERKI Psychanalyste, Gilles DELBOS Président du Conseil de surveillance de l'E.P.S. Paul Guiraud,Villejuif, Pierre DELION Professeur de pédo-psychiatrie Lille, Catherine DOLTO Médecin, haptopsychothérapeute, OlivierDOUVILLE, Psychanalyste, Caroline ELIACHEFF Pédo-psychiatre, Psychanalyste, Nabile FARÉS Psychanalyste - Paris, Philipe GASSER Psychiatre, USP, ATTAC, Claire GÉKIÈRE Psychiatre, Bernard GOLSE, Pédopsychiatre-psychanalyste- professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (ParisV)-chef de service (Necker), Michel GRAPPE Pédo - psychiatre, praticien hospitalier-93, Pascale HASSOUN Psychanalyste, , Richard HOROWITZ Pédo-psychiatre, Président de la fédération des C.M.P.P., Dimitri KARAVOKYROS Psychiatre, Patrick LANDMAN Psychanalyste, Lucien Mélèse, psychanalyste, Paris, Michel MINARD Psychiatre honoraire des hôpitaux - Dax, Joseph MORNET Psychologue, Secrétaire Général de la Fédération d'Aide à la Santé Mentale Croix Marine, Jean-Jacques MOSCOVITZ Psychanalyste, Claude NACHIN Psychanalyste, Pierre PARÉSYS, Psychiatre, Vice-Président de l'U.S.P., Michel PLON Psychanalyste, Gérard POMMIER Psychanalyste, Erik PORGE (Praticien hospitalier à temps partiel, Paris), Gilles-Olivier SILVAGNI, Psychanalyste, Jean-Pierre WINTER Psychanalyste, Radmila ZYGOURIS Psychanalyste.

 

Et le collectif des 39 (qui sont bien plus que 39 !), dont :

Mathieu BELLAHSEN (Psychiatre, Utopsy), Béatrice BENATTAR, Selma BENCHELAH (Psychologue clinicienne ), Philippe BICHON (Psychiatre), Olivier BOITARD (Psychiatre), Hervé BOKOBZA,(Psychiatre, Clinique St Martin de Vignogoul), Loriane BRUNESSAUX (Psychiatre, Utopsy), Marie CATHELINEAU, (Psychologue Clinicienne, Syndicat National des Psychologues), Patrice CHARBIT, (Psychiatre, Clinique St Martin de Vignogoul), Franck CHAUMON, (Psychiatre, psychanalyste), Patrick CHEMLA (Psychiatre chef de service , Centre Antonin Artaud Reims , Président de la CRIEE, membre de l'Union Syndicale de la Psychiatrie ), Guy DANA (Psychiatre psychanalyste chef de service), Heitor O'DWIER DEMACEDO(Psychanalyste), Alexandra DE SEGUIN, Pierre DELION (Professeur de psychiatrie), Bernard DURAND (Psychiatre, président de la Fédération d'Aide à la Santé Mentale FASM Croix Marine), Roger FERRERI ("psychiatre chef de service infanto juvénile 91000 Evry, association"Pratiques de la Folie"), Florent GABARRON-GARCIA (Psychologue - psychanalyste), Sarah GATIGNOL, (interne en psychiatrie), Yves GIGOU (Infirmier de secteur psychiatrique - militant associatif), Olivia GILI, Michaël GUYADER (Chef de service du 8ème secteur de psychiatrie générale de l'Essonne, psychanalyste), Pascal HERARD (Journaliste), Liliane IRZENSKI (Psychanalyste), Patricia JANODY (Psychologue, clinicienne), Serge KLOPP (Cadre de santé, chargé des questions de psychiatrie commission santé du P.C.F.), Claude LOUZOUN (Psychiatre), Émile LUMBROSO (Psychologue Reims, président d'Euro-psy), Antoine MACHTO, (Psychologue), Paul MACHTO (Psychiatre. Psychanalyste, Centre de Jour de Montfermeil 93. Association Pratiques de la Folie, Conseiller National de l'Union Syndicale de la Psychiatrie), Jean-Pierre MARTIN (Psychiatre, Paris), Bénédicte MAURIN(éducatrice spécialisée), Simone MOLINA(Psychanalyste, psychologue clinicienne, Présidente du Point de Capiton (Vaucluse)), Françoise NIELSEN Psychanalyste, Jean OURY (Psychiatre, Médecin directeur de la clinique de la Borde), Sylvie PRIEUR (Psychologue Clinicienne), Pierre SADOUL (Psychiatre désaliéniste du service public, ex Médecin Chef de Secteur en pédopsychiatrie, ex-Vice Président de l'Association de Psychiatrie Infanto-Juvénile, administrateur de l'ASEPSI), Olivier SCHMITT, (Psychiatre, Niort), Pedro SERRA (Psychiatre), Bruno TOURNAIRE BACCHINI (Psychiatre, praticien hospitalier), Anne TUFFELLI (Psychiatre), Monique VINCENT,(infirmière de secteur), Élie WINTER (Psychiatre, Paris).


[1]Billet du 22 février 2011 dans la présente Edition : http://blogs.mediapart.fr/edition/contes-de-la-folie-ordinaire/article/220211/reforme-de-la-psychiatrie-une-deraison-d-et

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.