Billet de blog 28 sept. 2017

Un colloque sur le Trouble Déficitaire de l'Attention avec ou sans hyperactivité?

Vendredi 29 septembre 2017 se tiendra à l'Université Paris Nanterre un colloque organisé par une association "Hypersupers TDAH France. Le Collectif des 39 prend position et sera présent. Comment ne pas s’interroger sur les raisons du soutien accordé par le Ministère des Solidarités et de la Santé à cette conférence, lorsque celle-ci est largement investie par les laboratoires pharmaceutiques ?

Paul Machto
Psychanalyste - Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Collectif des 39 rend public sa protestation à propos de ce colloque.

Vendredi 29 septembre, à l’Université Paris-Ouest Nanterre, se tiendra une conférence intitulée « TDAH et accès aux soins » sous le patronage des plus hautes autorités de l’état. Comment ne pas s’interroger, tout d’abord, sur les raisons du soutien accordé par le Ministère des Solidarités et de la Santé à cette conférence, lorsque celle-ci est largement investie par les laboratoires pharmaceutiques – et ceci au sein même d’une université publique ?

Médecins, universitaires et laboratoires pharmaceutiques ont répondu à l’invitation faite par l’association « HyperSupersTDAH France ». Ils soutiennent une reconnaissance univoque d’une nouvelle maladie : le TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité) considéré comme un handicap qu’il convient de diagnostiquer au plus tôt - notamment dans le cadre scolaire - et de traiter dans la foulée. Face à l’agitation, le traitement préconisé est la prescription d’un dérivé amphétaminique, chez l’enfant le méthylphénidate (Ritaline, Concerta, Quazim...) au mieux accompagné d’une psychothérapie de type cognitivo-comportemental.

Pourtant, l’agitation, que l’on pourrait désigner comme l’une des « caractéristiques spécifiques de l’état d’enfance », est, chez certains enfants, l’expression d’une véritable souffrance et doit donc être considérée comme un symptôme à comprendre, et non pas une maladie en soi.

Si les dérivés amphétaminiques permettent parfois, notamment au début du traitement, un arrêt du symptôme principal d’agitation et/ou d’inattention, ils ne permettent que rarement sa « guérison », l’agitation réapparaissant au plus tôt quelques mois après le début du traitement, au plus tard à l’arrêt du traitement, révélant l’inadéquation de celui-ci, ainsi que de nombreuses études l’ont démontré.

Si l’on connait certains des nombreux risques liés à l’administration d’un dérivé amphétaminique à des enfants (risques cardiaques, de retard staturo-pondéral, de dépendance, de syndrome dépressif, de tics, présomption de risque d’hallucinations, etc.) on ignore absolument tout des effets de ces molécules à moyen et long terme sur le développement cérébral, en particulier dans un contexte où elles sont administrées à des enfants de plus en plus jeunes (dès avant six ans).

De plus, le recours à une prescription médicamenteuse, comme réponse à l’agitation, signifie trop souvent l’abandon de l’effort pour comprendre la nature de la souffrance de l’enfant à l’origine du symptôme. En masquant celui-ci de façon artificielle et provisoire, on en gomme la signification dans l'histoire singulière de l'enfant, faisant ainsi obstacle à tout travail psychothérapeutique qui proposerait d’en élaborer la dimension psychique et relationnelle, et de prendre en compte le contexte de vie de l’enfant et de sa famille.

Le collectif des 39 dénonce le projet politique de course au diagnostic précoce et de médication des « troubles de l’enfance ». Cette médication inconsidérée porte atteinte à l’intégrité physique, psychique, familiale et sociale, des enfants, et transforme l’état d’enfance en handicap.

En outre, la démultiplication de ce diagnostic est aussi à l’origine de la médicalisation croissante des difficultés scolaires et de leur mise sous tutelle de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Véritable risque pour une société et une école qui prétendent et souhaitent accueillir tous les enfants et toutes les familles dans leurs diversités, pour une société qui prétend accompagner et soigner des enfants en souffrance.

Le collectif des 39 alerte sur les dangers encourus face à de telles orientations mécanistes et chimiothérapeutiques, concernant la santé et le bien-être des enfants.

Quelle hospitalité pour les souffrances psychiques de l’enfance ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse