Un nouveau lynchage médiatique

Une nouvelle victime vient d'être dénoncée à la vindicte populaire, les maniaco-dépressifs !!!

Le journal du soir de France 2 du 19/12 parle en ces termes des malades psychiques, en particulier des maniaco-dépressifs, des"gens violents et suicidaires" qui coûtent beaucoup trop cher à la collectivité, par leurs arrêts maladie, ou encore pire, par leur mise en invalidité. Le journaliste flatte le penchant poujadiste du public, en disant que la collectivité c'est vous et moi, donc ces dangers sociaux vivent à nos dépens et de la sueur de notre front.

Ben voyons, tout le monde vous le dira, on cherche tous à devenir maniaco-dépressif ou schizophrène pour vivre aux crochets de la société! C'est sûr qu'avec 700 euros d'allocation adulte handicapé ou 1000 euros par mois de pension d'invalidité ( en dessous du seuil de pauvreté donc) on devient très riche ! Le vécu de la maladie psychique n'est ni grave, ni invalidant pour celui qui le vit au quotidien, c'est juste l'enfer au jour le jour ! Une paille, je vous dis !

La solution viendra alors à l'esprit des esprits abreuvés de culture télévisuelle toute seule comme une grande: les maniaco-dépressifs, il faut s'en débarasser ! Et comme malheureusement on ne peut pas, comme pour les Roms et les sans-papiers les envoyer en dehors de nos frontières, on va donc les parquer dans des camps, pardon dans des lieux de rétention, où ils ne pourront plus nuire à la société. Puis, comme il faut quand même qu'ils méritent la nourriture qu'on leur dispensera chichement, on les mettra au travail, les fainéants ! Et après qu'ils seront tombés comme des mouches, on s'en débassera purement et simplement, comme on balaye des miettes sur une nappe bien propre.

Non mais c'est vrai quoi, de quel droit ces fous auraient-ils le droit de respirer le même air que nous ou d'exister tout simplement, alors qu'ils sont une telle charge pour la collectivité !

Le futur que je viens de vous dresser ici vous paraîtra peut être improbable ou le trait trop forcé, mais ce reportage n'augure vraiment rien de bon pour le futur plan de santé mentale du gouvernement. Les journalistes sont là visiblement en service commandé, en train de poser les prémices d'une nouvelle chasse à l'homme: après les roms, les sans-papiers, les fous ! C'est sûr que c'est un danger beaucoup plus grand pour l'avenir du monde que la financiarisation de l'économie ou les profits boursiers !

Pour ceux qui ne craindraient pas trop le haut le coeur, voici l'extrait du journal concerné

http://www.youtube.com/watch?v=fRxOiOX0MwI

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.