Billet de blog 29 mars 2020

Je n'ai rien dit ... à la façon de ...

"Lorsqu'ils sont venus chercher ...les communistes, les incurables, les juifs, les opposants ... " Pour paraphraser Martin Niemöller, mon ami Yves Gigou, m'a donné l'idée et quelques éléments pour lancer un cri de révolte face à la situation politique actuelle et les conséquences des décisions scandaleuses des gouvernants depuis trente ans, contre le service public hospitalier français.

Paul Machto
Psychanalyste - Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand ils nous ont dit : La loi du 31 juillet 1991 instaure la maîtrise des dépenses hospitalières.

Je n’ai rien dit, je n’étais pas économiste

Quand Claude Evin a parlé d’hôpital-entreprise à la fin des années 80,

                  Je n’ai rien dit, je n’étais pas entrepreneur,

Quand les gouvernants ont mis en œuvre la gestion-comptable en 90, pour les hôpitaux,

                  Je n’ai rien dit, je n’étais pas dirigeant,

Quand Sarkozy et Bachelot ont mis en œuvre la loi H.P.S.T qui a donné le pouvoir au « patron » de l’hôpital, le directeur et rendu une administration toute-puissante,

                  Je n’ai rien dit, je n’étais pas administratif,

Quand la gestionnite bureaucratique s’est mise en place,

                  Je n’ai rien dit, je n’étais pas gestionnaire,

Quand Hollande et Marisol Touraine, ont supprimé 17500 sites de santé et supprimé 17500 lits,

                  Je n’ai rien dit, je n’étais pas comptable,

Quand quelque trois milliards d'euros d'économies furent prévues, dont 860 millions issus de la "maîtrise de la masse salariale", c’est à dire la suppression de 22.000 postes, soit 2% des effectifs,

                  Je n’ai rien dit, je n’étais pas fonctionnaire,

Quand les salariés de l'hôpital psychiatrique du Rouvray à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), ont fait la grève de la faim en 2018,

Je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.

Quand les services d’urgences se sont mis en grève en 2019,

Je n’ai rien dit, je n’étais pas urgentiste.

Quand Macron et Buzyn se sont moqués du mouvement des soignants au cours des dix derniers mois,

                  Je n’ai rien dit, je n’étais pas soignant,

Quand les sbires de Castaner sont venus réprimer les manifestants des hôpitaux,

Je n’ai rien dit, je n’étais pas hospitalier.

Quand Macron a supprimé en 3 ans 4172 lits dans 3000 services de santé publique,

                  Je n’ai rien dit, je n’étais pas hospitalisé,

Mais quand le coronaromachin, le Covid 19, est arrivé, qu’il nous est tombé dessus,

                  Là, j’ai paniqué :

Il n’y avait plus assez de lits pour les hospitalisations, plus assez de places en réanimation,

Il n’y avait plus assez de soignants pour nous soigner,

Il n’y avait pas assez de masques pour protéger les soignants

Face à la pénurie organisée depuis trente ans par ces gouvernants irresponsables,

  • ils ont commencé à trier les malades à soigner,
  • à laisser de côté les malades et les soignants en psychiatrie,
  • à isoler les personnes âgées dans les EPHAD, à les oublier.

Alors j’ai commencé à applaudir les soignants le soir à 20h. , sans honte de n’avoir rien dit pendant toutes ces années,

J’ai donné le titre de « héros » à ces soignants, que je n’ai pas soutenu pendant ces onze mois,

Mais quand est-ce qu’ENFIN vais-je DIRE ou HURLER quelque chose ?

Alors quand sera-t-il possible de commencer à se révolter vraiment ?

Alors quand sera-t-il possible de commencer à construire un autre monde ?

Alors quand sera-t-il possible d’inventer un nouveau système alternatif à la deshumanisation néolibérale et au chacun pour soi ?

Alors quand sera-t-il possible de mettre en œuvre une société où le collectif et le partage aillent de pair avec l’individu et le singulier ?

Alors quand y aura-t-il assez de monde se lever et être tous ensemble pour protéger la planète, instaurer la décroissance, une démocratie citoyenne à échelle humaine, privilégier l’humain sur la machine et sur l’économie, développer de nouvelles solidarité ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica