Billet de blog 31 oct. 2019

Si par hasard tu croises la psychanalyse... fripon fais gaffe!

Y-t-il un hasard dans le social, le politique ? Après le voile, le voile, le voile... re-voilà la psychanalyse, la psychanalyse, la psychanalyse. Une drôle (sic) de pétition vient d'être lancée accusant «la psychanalyse, d'exercice illégal de la médecine» et appelant à bouter cette sorcière hors des universités et des tribunaux ! Rien moins que ça...

Paul Machto
Psychanalyste - Psychiatre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le hasard existe-t-il ?

Mais pour sûr, mon cher Watson !

Après « le poumon, le poumon le poumon, vous dis-je » de Molière, « le voile, le voile, le voile » de ces dernières semaines, re-voilà « la psychanalyse, la psychanalyse la psychanalyse » !

C’est par un drôle de hasard qu’une pétition a été lancée ces derniers jours, « La psychanalyse ou l’exercice illégal de la médecine ».

Pétition relayée par le Nouvel Obs, puis par le Figaro, de ce jour, 30 octobre, « Des psychiatres et des psychologues appellent à exclure la psychanalyse des tribunaux » avec en sous-titre : « 60 psychiatres et psychologues demandent que les partisans d’analyses d’inspiration freudienne soient écartés des expertises judiciaires.

Après les mères voilées qui doivent être exclues des sorties scolaires, voilà les partisans d’analyse d’inspiration freudienne qui doivent être écartés des expertises judiciaires. Ferais-je là un amalgame abusif ?

Donc padamalgame comme on dit au Rassemblement National, … mais je ne peux m’empêcher de percevoir dans les flux de l’information et des mouvements collectifs quelques échos et rapprochements illustrant le moment politique actuel qui constitue cette ambiance générale de rejet, de violence et d’exacerbation.

Mais juste un rappel : n’est-ce pas le Figaro qui avait déjà relayé l’appel au déremboursement de l’homéopathie de 124 professionnels de santé – essentiellement des chirurgiens et des médecins généralistes- ? … et qui ont finalement eu gain de cause !

Cette pétition appelle à l’exclusion de la psychanalyse :

  • de la psychiatrie,
  • de la psychologie,
  • de l’université,
  • des tribunaux.
  • de toutes les institutions.

Mais pour bien montrer que ses rédacteurs ne sont pas féroces, sectaires, et font preuve de grande mansuétude, paradoxalement ils précisent que « l’exercice de la psychanalyse à titre privé, pour des requêtes d’ordre existentiel ou philosophique, n’est pas critiquable ». On ne comprend plus très bien …

On pourrait s’interroger sur les auteurs véritables de cette attaque très idéologique, lorsque l’on découvre le site qui la promeut : https://www.justicesanspsychanalyse.com/ .Fort bien fait, ce site n’indique absolument rien des auteurs, pas de page d’accueil, aucune indication…et indique ce matin, 30 octobre 2019, que 647 professionnels de santé, professeur d’université, etc. ont signé ce texte !

Mais il faut le lire absolument dans son intégralité : il est hallucinant de bêtise, de volonté d’effrayer, d’accumulation de poncifs, de généralités, de contradiction, mêlant des propos de café du commerce avec une rhétorique cherchant à s’appuyer sur LA science, LES preuves et surtout LA protection des malades mentaux, … et des pauvres étudiants pris en otage par des gens qui « utilisent (leurs) diplômes de médecine et de psychologie pour diffuser à l’université un enseignement en violation avec la médecine » rien moins !

Ces étudiants et internes en médecine, nous dit-on « apprennent à contester le principe même de la démarche scientifique au motif que la science serait une croyance ». Ils reçoivent « un enseignement psychanalytique livré avec le mépris de la médecine (..) la défiance envers les politiques de santé » !

Ensuite ces pauvres et naïfs jeunes gens sans aucun esprit critique bien évidemment « sont ensuite attirés à l’extérieur pour y recevoir une formation obscurantiste où les pathologies sont réduites au complexe d’Œdipe ou à la mère pathogène (..) Nous estimons que ces étudiants sont placés en danger d’emprise sectaire ». Dommage, le Premier ministre vient de décider la suppression de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes)… Affreux, les psychanalystes vont pouvoir continuer à exercer leurs pouvoirs maléfiques si les pétitionnaires n’obtiennent pas gain de cause !!!

Je vous laisse le soin de continuer vous-même et découvrir ce fatras d’aberrations. Juste pour le plaisir… encore quelques extraits : ce texte s’appuie d’emblée sur le Code de la santé publique et…  « le code de déontologie des professionnels de la santé mentale »(sic) qui n’existe pas !!!

De même les auteurs

  • affirment qu’il existe une santé sexuelle ! L’ont-il rencontrée ??? on pourrait en douter !
  • refusent que soient instrumentalisées la psychiatrie et la psychologie (..) pour prêter des intentions sexuelles aux bébés, (..) affirmer que tout rapport sexuel serait du registre de la perversion et du rapport de force, (..), et déresponsabiliser les auteurs de violences sexuelles ! 

Ce texte serait risible s’il n’était pas dangereux dans les suites que certains parlementaires pourraient lui donner, mais aussi et surtout par ce qu’il peut propager de contre-vérités, de fausses informations avec la volonté évidente de faire peur !

On ne peut qu’être interrogatif sur les motivations qui poussent des professionnels à signer un tel texte… et aussi des journaux à donner de l’écho à une telle initiative.

Y aurait-il à argumenter point par point pour démonter cette initiative ? Je ne le pense pas tant les propos sont dénués de fondement. Les apports des théories psychanalytiques que ce soit dans la culture, dans la littérature … et les outils qu’elles procurent dans les pratiques soignantes qui s’y appuient encore - pourtant de moins en moins nombreuses il faut le rappeler - , sont reconnues depuis des décennies et sont sans cesse réinterrogées de façon critique et stimulante.

Ce qui est décrit laisse entendre que la quasi-totalité des universités, des services de psychiatrie, des experts auprès des tribunaux sont « sous la coupe » des psychanalystes. Pourtant il est notoire que ce sont les neuro-sciences, les thérapies comportementales, les traitements psychotropes, l’enfermement, l’isolement et les contentions qui sont désormais hégémoniques, et se sont banalisés comme l’attestent les rapports de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté !

Ne faudrait-il pas souligner la dimension politique sous-jacente à cette pétition qui vise à exclure « LA » psychanalyse, l’accuse d’exercice illégal de la médecine, dans ce moment politique et social si particulier depuis plusieurs semaines, sinon ces dernières années ?

C’est un discours sur la pureté de LA science au moment où la société française est envahie par un discours sur la pureté de l’identité, la défense de l’identité nationale, aux relents nauséabonds.

Car c’est au nom de la protection des enfants face au prosélytisme et au radicalisme, c’est au nom de la protection des citoyens contre le terrorisme, que des politiciens, le Président de la République, le ministre de l’éducation en tête, en viennent à stigmatiser les musulmans, les sénateurs LR à voter une loi excluante.

C’est au nom de la protection des étudiants « à l’esprit supposé malléable », de la protection des malades mentaux qu’il faut exclure LA psychanalyse, nous disent ces pétitionnaires.

Il semble que nous soyons dans un moment de stigmatisation, de ségrégation, d’exclusion tout azimut.

Avec cette intention d’exclure LA psychanalyse de l’Université, des enseignements, maintenant des tribunaux, de la psychiatrie, de la psychologie, des institutions de soins, publiques, privées, associatives, du médico-social sous couvert de LA science, de la médecine par les preuves ( Evidence Based Medecine –EBM), cet appel vise à empêcher la liberté de proposer des enseignements diversifiés, la liberté du choix des thérapeutiques, la diversité des approches théoriques, la pluralité des pratiques soignantes, le soutien à la multiplicité des thérapeutiques et des démarches soignantes, à la richesse du croisement des enseignements des sciences humaines, sociales et scientifiques, ce que l’on appelaient au temps des Lumières faire ses humanités. 

Cette volonté, ce projet, cet appel à interdire LA psychanalyse ne date pas d’hier : déjà la Haute Autorité de Santé, sous la pression de certaines associations de parents, avait émis un avis – non obligatoire cependant grâce à la mobilisation des cliniciens - déclarant « non recommandé » l’apport de la psychanalyse et la psychothérapie institutionnelle dans les soins aux patients autistes. Un député LR, Daniel Fasquelle d’abord seul, puis avec le soutien d’un député PS Gwendal Rouillard, passé depuis chez LREM, était vent debout contre la psychanalyse pour l’autisme. Il avait été jusqu’à déposer un projet de loi pour interdire la psychanalyse dans les prises en charge de l’autisme qui fut cependant rejeté par l’Assemblée nationale en décembre 2016.

On ne doit pas laisser se développer cet acharnement récurrent contre « LA» psychanalyse, décrite comme une entité globale unique ! Il s’agit de dénoncer cette sorte de haine contre un mouvement qui vise d’abord à soutenir une pensée singulière et l’élaboration psychique, à explorer l’histoire individuelle, familiale, sociale, politique, collective, à trouver son propre cheminement pour se libérer de ses pesanteurs mémorielles et fantasmatiques, de ses souffrances accumulées. Mais aussi il ne faut pas oublier que ce mouvement psychanalytique, ces outils qu’il procure, aide à penser les soignants dans leurs pratiques, dans la confrontation complexe avec les folies individuelles, collectives et institutionnelles. Il s’agit de contre-vérités honteuses que de laisser croire que les pratiques référencées à la psychanalyse sont imposées dans les institutions soignantes et du médico-sociales. Si dans les années 70, le psychanalysme, comme l'a nommé Robert Castel, a sévi, ce temps est bien révolu. 

Faudrait-il rappeler dans quels contextes politiques la psychanalyse a été violemment attaquée et interdite ? Ce fut d’abord au moment de la proclamation de la pureté de la race aryenne, la psychanalyse étant dénoncée en tant que « science juive », et ses livres brûlés dans les autodafés. Mais aussi, elle fut attaquée et dénoncée par le stalinisme et toutes les dictatures d’Amérique latine.

Il est révoltant de voir que ce sont les haines, les rejets, les ségrégations, les anathèmes qui ruissellent… Ce ne sont pas les richesses des « premiers de cordée » !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique