Nouvelle marche pour la baisse des loyers

La plateforme Logement des mouvements sociaux appelle à une marche, mercredi 11 septembre 2013 (à 17 heures, place du Palais Royal, à Paris), pour la baisse des loyers et pour le droit à un logement stable et décent pour tou-te-s.

La plateforme Logement des mouvements sociaux appelle à une marche, mercredi 11 septembre 2013 (à 17 heures, place du Palais Royal, à Paris), pour la baisse des loyers et pour le droit à un logement stable et décent pour tou-te-s.


Le projet de loi sur le logement (dit « ALUR ») présenté par Cécile Duflot et débattu à l’Assemblée nationale à partir du 10 septembre 2013 a bien mauvaise allure : il menace de faire monter les loyers et de chasser vers la périphérie les locataires modestes ou anciens qui se maintiennent encore dans les centres.

Il ne prévoit rien pour protéger les locataires contre la précarisation de leur statut, contre les abus des bailleurs indélicats (marchands de sommeil, loueurs de logements indignes ou indécents…) ou contre les expulsions-« représailles » ou illégales.

Il ne prévoit pas non plus d’aider les plus mal lotis : améliorer la loi de réquisition, qui reste inappliquée malgré les promesses de Madame Duflot, reloger les prioritaires DALO (ils sont 40 000 à attendre), suspendre les expulsions sans relogement, respecter le droit à l’hébergement des sans-abri jusqu’à leur relogement, sortir les mal-logés des taudis et des hôtels pour les reloger dignement, etc.

Il n’est nulle part question d’abroger la loi Boutin et les autres lois qui conduisent à la marchandisation du logement social, à la hausse des loyers HLM, tandis que le 1 % logement et le Livret A qui permettent de financer la construction des HLM sont détournés de leur objet pour d’autres usages (30 milliards du Livret A ont, ainsi, été offerts aux banques sans contrepartie le 1er aout 2013).

La crise du logement, elle, n’attend pas ; depuis 2000, le nombre d’expulsions a doublé, le nombre de sans-abri aussi, les locataires sont étranglés par des loyers de plus en plus chers, tandis que les bailleurs privés s’enrichissent comme jamais : les profits locatifs ont augmenté de 74 % en 10 ans.

C’est pourquoi la plateforme Logement des mouvements sociaux demande à nouveau :

- l’encadrement à la baisse des loyers privés : 20 % sous le loyer moyen de référence ;

- le gel des loyers en HLM, le relèvement des APL et des aides à la pierre pour leur construction ;

- le renforcement des droits des locataires et des résidents de foyers à un logement stable, décent, et accessible, l’interdiction des congés ventes et des congés frauduleux ;

- l’arrêt des expulsions sans relogement et la pénalisation des expulsions illégales ;

- le respect et le renforcement des lois pour les mal-logés et les sans-logis : loi DALO, Droit à l’hébergement, loi de réquisition, logement indécent ou indigne ;

- l’abrogation de la loi Boutin et de toutes les mesures de marchandisation des HLM ;

- la restitution des 60 milliards d’euros du livret A offerts par les gouvernements aux banques depuis 2009 sans contrepartie et le rétablissement du 1% logement, afin de financer annuellement 1 million de mises aux normes thermiques et 150 000 logements sociaux promis par François Hollande.

 

Rendez-vous mercredi 11 septembre 2013, à 17 heures, place du Palais Royal, à Paris.

 

A lire également le billet publié sur notre blog Mediapart consacré à la publication de l'ouvrage commun Droit au logement (DAL) - Fondation Copernic, En finir d'urgence avec le logement cher (Editions Syllepse, 2013) : un état des lieux circonstancié sur les questions de logement et un plan d'urgence en soixante mesures.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.